X

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) La rentrée scolaire s’est déroulée dans les conditions que l’on sait, dans une ambiance bon enfant, sans jeu de mot, et ce malgré quelques rares point « d’agacement » ici ou là.

La rentrée c’est bien entendu la reprise des cours en langue corse, matière aujourd’hui pleine et entière du cursus scolaire de la maternelle à la terminale. Mais attention, rappeler cette évidence ne veut pas dire que tout va pour le mieux dans le monde de l’enseignement du corse. Si l’Éducation Nationale déroule le plan de développement 2007 / 2013 arrêté avec la Collectivité de Corse, un plan qui prévoit trois heures d’enseignement du corse à tous les niveaux, cet objectif aujourd’hui n’est pas encore atteint. En effet, si dans le premier degré presque 99% des élèves reçoivent cet enseignement, ce pourcentage est en chute libre dans le second degré.

Si dans les collèges 57 % des élèves suivent encore des cours de corse, c’est l’effondrement au lycée ou seulement 22 % poursuivent cette formation. Pour l’enseignement bilingue paritaire, la situation est même pire: 27 % des élèves s’y consacrent dans le primaire et ils ne sont plus que 9 % dans le secondaire.

Arrive-t-on à la limite de ce que peut faire l’Éducation Nationale dans le domaine de l’enseignement du corse et ce dans le cadre légal tel que défini actuellement ?

Écoutez la réponse de Jean-Marie Arrighi, chargé de langue et de culture corses au rectorat de la Corse.

*Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)