X

Femu a Corsica : la parole aux militants hier à Cortié. Au cours de l’assemblée générale, certains ont été parfois critiques, n’hésitant pas à remettre en cause le fonctionnement du mouvement.

Max Siméoni lui-même a dénoncé sa tièdeur. D’autres voudraient aller vers un démarche plus unitaire. Au centre également des discussions: la réforme institutionnelle à venir. La méthode employée par l’assemblée de Corse est jugée satifaisante, mais Femu a Corsu affirme rester vigilant.

Dans un amphi de l’université, les élus du mouvement nationaliste, Jean-Christophe Angelini et Gilles Simeoni en tête, ont défini leur ligne stratégique pour les mois à venir. Il faut selon eux relever le dégré d’exigence de la réforme institutionnelle en cours.  » Nous ne transigerons pas, notamment pas sur la reconnaissance pas du peuple corse, nous ne voulons pas d’une réforme à minima », a prévenu Jean-Christophe Angelini.

RCFM

 

*Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)