X

(Michaël Andreani – Alta Frequenza– Après les attentats qui ont touché plusieurs grandes surfaces en Corse dans la nuit de dimanche à lundi, le FLNC, dans un communiqué de presse revendique la campagne d’actions menée. Celle-ci « s’inscrit dans le droit fil des luttes sociales et syndicales de notre peuple face aux relais multiples du colonialisme français en Corse ».

« Les patrons de la grande distribution n’ont pas su prendre la mesures des aspirations sociales de notre peuple et ont persévéré dans leur politique de paupérisation de la société corse », poursuit le FLNC, parlant même « de prix qui n’ont jamais été aussi élevés en Corse ». « Le peuple corse n’a pas vocation à supporter les excès des appétits des grands actionnaires de la grande distribution. »

L’organisation clandestine dénonce également des « salaires trop bas pratiqués par ces enseignes, les pressions exercées sur le personnel corse, l’embauche de personnel venu de l’extérieur, souvent avec un non-respect des conventions collectives avec une forte précarisation des emplois ».

Le FLNC met ainsi en demeure les tenants de la grande distribution : « – De baisser significativement les prix pratiqués avant le mois de décembre 2012, de participer de concert avec les acteurs de la société corse à une plate-forme d’observation des prix, modifier la stratégie commerciale en s’imposant comme axe prioritaire, une politique privilégiant au maximum les produits issus de l’économie corse. » Et de poursuivre, « nous saurons rester vigilants à toute évolution.

Dès à présent, nous nous inscrivons contre toute nouvelle implantation de grande surface ». Et le FLNC de conclure qu’il s’opposera à « la disparition programmée du commerce de proximité corse qui doit rester un outil de cohésion sociale ».

*Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)