X

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – La nouvelle va faire à nouveau l’effet d’une bombe dans le microcosme politico-économique gravitant autour des transports maritimes entre la Corse et le continent. Le tribunal de l’Union Européenne a annulé la décision de la Commission, une décision prise le 8 juillet 2008, par laquelle elle approuvait l’ensemble des mesures prises par la France en faveur de la SNCM.

La commission avait estimé à l’époque que les 158 millions d’euros apportés par l’État, les 76 millions d’euros de la CGMF, la compagnie générale maritime et financière, plus quelques dizaines de millions d’euros par ci par là étaient compatibles avec le droit européen. Le tribunal a jugé que la commission s’était trompée à l’époque, tout comme elle s’était trompée sur les 38 millions d’euros consacrés à l’aide à la personne, un dispositif jugé alors comme ne constituant pas une aide d’État. En clair, tout ce qui a été fait en faveur de la SNCM lors de sa phase de privatisation était illégal au regard du droit européen, un arrêt de justice qui ne va pas manquer de rajouter de l’huile sur le feu au moment où ce dossier va revenir sur le bureau de l’Assemblée de Corse. Du coté de la Corsica Ferries, on a enregistré avec satisfaction cette décision de justice.

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – A nutizia hà da fà l’effettu di una bomba ind’u mondu puliticu è ecunomicu inghjiru à i trasporti maritimi trà a Corsica è u cuntinenti. U tribunali di l’Unioni Aurupea hà annulatu a dicisioni di a Cummissioni, una dicisioni presa l’8 di lugliu di u 2008, dicendu di sì à l’insemi di i misuri presi da a Francia à prò di a SNCM. A cummissioni avia stimatu à l’epica chì i 158 millioni d’auri arricati da u Statu, i 76 millioni d’auri di a CGMF, a cumpagnia ghjinirali maritima è finanziaria, cù in più calchì decina di millioni d’auri quì è culà, erani in leia cù u dirittu aurupeu. U tribunali hà ghjudicatu chì a cummissioni s’era sbagliata tandu, com’ella s’era sbagliata nant’à i 38 millioni d’auri cunsacrati à l’aiutu à a parsona, un dispusitivu ghjudicatu tandu com’è essendu fora di un aiutu di Statu. Di modu chjaru, tuttu ciò chì hè statu fattu à prò di a SNCM duranti a so fasa di privatisazioni era fora di legi di pettu à u dirittu aurupeu, un arrestu di ghjustizia chì hà da fà impeghjuriscia a situazioni à u mumentu chì issu cartulari hà da vultà nant’à u scagnu di l’Assemblea di Corsica. Da u cantu di a Corsica Ferries, issa dicisioni di ghjustizia hè stata accolta cù suddisfazioni.

Écoutez Pierre Mattei, son directeur général.

 

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)