X

Déclaration de Michel Stefani parue dans le Corse Matin le 30 août : Le gouvernement a annoncé la création d’une mission d’inspection sur la transparence des prix du carburant. Le 14 aout le Ministre de l’économie et des finances assurait : « Les Français peuvent avoir confiance, nous agirons dans leur intérêt avec comme préoccupation leur pouvoir d’achat ».

Une récente étude de la CLCV Association nationale de consommateurs confirme la cherté des carburants en Corse en plaçant les deux départements Haute Corse et Corse du Sud en tête de classement juste derrière Paris.

Sachant qu’une mesure de réfaction de 6 points de TVA s’applique théoriquement en Corse où la CTC de surcroit n’a pas retenu l’augmentation de 2.5 points de la TIPP cette situation est des plus consternantes pour ne pas dire scandaleuses indépendamment du prix du baril de brut.

Dans ces conditions la mission d’inspection devra faire la clarté sur cette particularité dommageable pour le consommateur et son pouvoir d’achat en Corse. Dans cet esprit le Ministre de l’économie et des finances serait bien inspiré d’annoncer des mesures de contrôle pour déterminer les raisons de l’évaporation de cet avantage dû au consommateur.

Il est question des Compagnies, des distributeurs et enfin des pompistes.

On nous explique qu’ici il existe une entente commerciale illicite pour préserver les 125 pompistes propriétaires, on explique également qu’il y a le prix du transport soit, mais personne n’explique pourquoi l’essence est plus chère que sur le continent de plusieurs centimes alors que théoriquement sur un prix moyen à 1.50 € cette réfaction de TVA équivaut à 0.09 cts par litre.

Or le prix moyen en Corse est toujours plus élevé que sur le continent d’environ 0.06 cts soit un écart réel moyen et permanent de 15 cts par litre au détriment du consommateur et du pouvoir d’achat des ménages insulaires déjà lourdement impacté par la faiblesse des salaires dans l’île et un panier moyen de la ménagère 3 % plus cher que sur le continent.

En conséquence il faut faire la transparence sur la formation des prix des carburants en Corse, veiller, c’est la responsabilité de la puissance publique, à ce que la réfaction de TVA ne soit pas diluée dans les marges des distributeurs et des pompistes.

Il faut donc bloquer les prix et mettre en place un dispositif de régulation et de baisse jouant sur les taxes, les marges de raffinage et de distribution qui n’ont cessé d’augmenter ces dix dernières années indépendamment des variations du cours du pétrole brut de manière linéaire.

Blog Michel Stefani

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)