X

D’abord médiatisée sur le net via Facebook et Tweeter, la mobilisation citoyenne espagnole commence à trouver échos dans la presse européenne. Qualifiée de nouvelle place Tahrir, le mouvement de mobilisation né place de la Puerta del Sol à Madrid il y a plus d’une semaine, prend de l’ampleur et s’étend à présent aux villes de Barcelone ou Séville. La foule ne désemplit pas et ils sont toujours plus nombreux, jeunes diplômés sans emploi, salariés, familles endettées ou retraités, à venir protester contre un système qui les délaisse.

Il faut dire que les effets de la crise se sont particulièrement fait ressentir en Espagne avec notamment un chômage record : un jeune sur deux est sans emploi aujourd’hui, mais aussi un sentiment d’injustice sociale, un ras le bol de la « corruption des hommes politiques » et de la mainmise des grands partis sur la vie politique espagnole.

Le PNC Ghjuventù veut affirmer son soutien à l’ensemble de la jeunesse mobilisée et se sent d’autant plus concerné qu’il s’agit là d’un mouvement citoyen apolitique, non violent et fondamentalement européen. En s’autoproclamant les « indignados » (les indignés) en référence au livre de Stéphane Hessel, et en utilisant comme slogan le fameux « dégage » scandé en Tunisie puis en Egypte, les jeunes pacifistes espagnols participent à l’internationalisation d’un mouvement de contestation qui souffle à présent sur l’Europe.

Antonia LUCIANI

Par PNC Ghjuventù

 

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)