X

Le vendredi 28 juillet 2012 [12h45] (www.unita-naziunale.org) : Aout 2012, environ une vingtaine de personnes condamnées ou en préventive dans des dossiers dit « politique » ne sont toujours pas rapproché en Corse malgré les multitudes de promesses faites depuis des années et notamment celles faites par l’ancien gouvernement « Sarkozy ».

Avec la prise de pouvoir de la gauche en mai dernier, aucun rapprochement n’a pour l’instant eu lieu dans ces dossiers. Des prisonniers condamnées ou en préventive sont toujours dans les prisons françaises loin de leurs familles, nécessitant pour celles ci, des frais financiers, des difficultés pour voir leurs proches incarcérés aussi souvent qu’ils le pourraient s’ils étaient en Corse. En plus de la peine pénale et civile, ces familles doivent subir la rupture du lien familial, et les difficultés financières qui en période de crise rend le quotidien difficile.

L’Associu Sulidarità défend cette idée de rapprochement familial depuis plus de 10 ans, et elle s’est battue, avec le soutien des familles, de ses bénévoles et du mouvement politique, pour obtenir l’application de ce droit.

La solidarité ne se divise pas.

Activités de soutien au mois d’aout :

Présence de l’Associu Sulidarità avec son stand de produit aux Ghjurnate Internaziunale des 3,4 et 5 Aout. (La restauration est au profit des prisonniers politiques)

12 AOUT RIPASTU DI SUSTEGNU E VILLE DI PETRABUGNU

18 AOUT : SERATA DI SUSTEGNU IN ULMETU

Pour Unità Naziunale

AnTo FpcL

Voici une liste de personnes condamnées ou en préventive listées ou non par l’Associu Sulidarità :

+ de 15 personnes TOUJOURS PAS RAPPROCHÉES EN CORSE (dont + de 12 personnes condamnées)

 

Alessandri Pierre Condamné à perpétuité, interpellé le 21 mai 1999. Toujours pas rapproché à Borgu

Pittiloni Jean-Marie Interpellé en 2008, condamné à 12 ans de prison


Clément Marc condamné à 6 ans de prison en avril 2012, incarcéré depuis 2007

Pais Ange-Marie Interpellé en 2008, condamné à 6 ans de prison.

Pais Anthony Interpellé en 2008, condamné à 7 ans de prison.

Colleoni Marc-Antoine Interpellé en 2008 condamné à 8 ans de prison (CONDITIONNABLE)

Istria Paul Interpellé le 7 juillet 2008, condamné à 12 ans de réclusion

Nasica Joseph Interpellé fin avril 2008, condamné à 12 ans de prison

LIBRE

 

Alessandrini Julien Interpellé en 2008 : Condamné à 18 mois de prison avec sursis en juillet 2012. et à 5 ans de prison dont 1 avec sursis en septembre 2011. Libéré le 15 juillet.

Yvan Colonna, interpellé en 2003 condamné à Perpétuité,

Alain Ferrandi interpellé en 1999, condamné a Perpétuité.

Dumè Pasqualaggi, 38 ans (2012) interpellé en 2006, condamné à 13 ans de réclusion criminelle.

EN PRÉVENTIVE

Andreani Sampieru Interpellé en 2011, toujours en préventive

Fili Pierre-Thomas Interpellé en 2010, toujours en préventive. (changement d’adresse carcérale en cours)


Marras Eric
Interpellé en 2011, toujours en préventive, toujours pas rapproché.

 

 

E tanti altri . . .

 


+ de 9 personnes A BORGU

Casimiri Dumé Interpellé en novembre 2003 et condamné à 15 ans de prison.

Casolasco Thierry Interpellé en juin 2009, condamné à 9 ans de prison

Dominici Jean Marc : Interpellation en 2007, Procès en 2010 – Condamné à 11 ans de réclusion criminelle

Gonzalez thierry Interpellation en décembre 2007 (incarcéré de 2007 à 2009, puis assigné à résidence, puis réincarcéré en 2010 et procès en mars 2011) condamné à 7 ans de prison

Santoni Charles Interpellé en avril 1996, condamné à 28 ans de réclusion criminelle

Maranelli Didier Interpellé en 1999, condamné à 25 ans de prison

Istria Marcel Interpellé en 1999, condamné à 20 ans de prison

Peretti Olivier : Interpellé en septembre 2007 condamné à 7 ans de prison (procès puis procès en appel) puis relaxé en 2012 lors d’un second procès. Libérable en septembre 2012

Conditionnelle :

En principe, une personne condamnée peut prétendre à une mesure de libération conditionnelle lorsque la durée de la peine qu’il a accomplie est au moins égale à la durée de la peine lui restant à subir . Les personnes condamnées à la réclusion criminelle à perpétuité ne peuvent bénéficier d’une libération conditionnelle qu’au terme d’une période minimale de 18 années de détention et après avis de la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté, rendu à la suite d’une évaluation pluridisciplinaire de dangerosité réalisée au centre national d’évaluation de Fresnes et assortie d’une expertise médicale.

Remises de peine :

Depuis le 1er janvier 2005, il est désormais accordé à tout condamné un crédit de réduction de peine (CRP) : Dès la mise à l’écrou (entrée en prison), ou dès la mise à exécution de la peine (après le jugement et tous les recours possibles), pour les personnes déjà détenues, ce crédit est calculé sur la base de la condamnation prononcée (c’est le greffe qui informe le détenu) : soit 3 mois pour la 1ère année de détention, 2 mois pour les années suivantes, 7 jours par mois pour une année incomplète.

DOSSIER PROCES DU 4 JUIN SUR CORSICA INFURMAZIONE

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)