X

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) Deux conférences de presse ont eu lieu aujourd’hui (mercredi), par rapport au projet du Padduc. La première, donnée par Femu a Corsica, avait comme objectif de bien poser les jalons à l’approche d’un débat important.

Ce n’est pas une surprise, pour le mouvement nationaliste le maintien du statut quo, face à l’état d’urgence que connaît la Corse est totalement inenvisageable. Le mouvement politique pèsera de tout son poids pour orienter le débat dans le sens d’une véritable réforme constitutionnelle. Il déposera d’ailleurs, dès demain matin (jeudi) toute une série d’amendements dont un qu’il juge fondamental : celui trait à la notion de peuple corse. Préambule ou préalable ?

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – Dui cunfarenzi di stampa si sò tinuti oghji (marcuri), di pettu à u prughjettu di u Padduc. A prima, data da Femu a Corsica, t’avia pà scopu di pona bè i basi, u dibattitu impurtanti avvicinendu si. Ùn hè micca una surpresa, pà u muvimentu naziunalistu u mantinimentu di u statutu attuali, di pettu à u statu d’urghjenza ch’ella cunnosci a Corsica, ùn pò mancu à pena firmà cusì. U muvimentu puliticu pisarà à u più da purtà u dibattitu ind’u sensu di una vera riforma custituziunali. Punarà d’altrondi, à partasi di dumani matina (ghjovi), parechji mudifichi fundali pà contu soiu : quilla nant’à a nuzioni di populu corsu.

Écoutez la réponse de Jean-Christophe Angelini.

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)