X

Le Mercredi 11  juillet 2012 [11h30] (www.unita-naziunale.org): Après une période de calme relatif un peu après les élections territoriales de 2010, la « police politique » est de nouveau sur le « pied de guerre » en alternant hebdomadairement les interpellations par la gendarmerie nationale et celles par la police judiciaire.

Depuis la semaine dernière, l’actualité répressive a connu un « buzz » non négligeable avec pour commencer le 3 juillet avec l’interpellation de deux militants de Corsica Libera(1 sdat/1 gendarmerie) et  la convocation d’un militant de l’Associu Sulidarità par la Sdat/SRPJ, et le verdict du procès des militants nationalistes (21 personnes en une journée concernées par la politique répressive), puis le jeudi 5 juillet, le procès d’un militant de Scelta Para (1). Le lundi suivant, 9 juillet, l’interpellation d’un militant de Corsica Libera (1 gendarmerie), le 10 juillet, la convocation et/ou interpellations de militants nationalistes dont des militants de Corsica Libera (3/4 Sdat). Ce mercredi 11, la sanction pour Yvan Colonna avec la confirmation de la perpétuité.

Au total 27 personnes ont été concernée par la répression politique en 8 jours à peine.

Cerise sur le gateau, la présence de Mr Gilbet Thiel sur Ajaccio lors de la garde à vue d »hier soir à Aspretto où se déroulait un rassemblement de soutien organisé par la Commission Anti Répressive de Corsica Libera.

Plus de 69 années de prison ont été prononcée au procès du 4 juin, une perpétuité confirmée, des militants interpellés ou convoqués.

Le message semble clair : Il est donc  formellement interdit de défendre un idéal politique depuis 40 ans, la République Une et Indivisible ne le tolére pas, il faut respecter les ‘us et coutumes’ de l’Etat dominant à savoir la culture de son territoire : la Banlieurisation générale.

En attendant la filière régalienne « droit-co »  continuent de prospérer depuis 40 ans, et de provoquer dans la jeunesse insulaire, des nouvelles recrues… La drogue continue d’arriver, de circuler et de détruire ce qu’il reste de la jeunesse du peuple Corse… La terre est toujours autant source de convoitise par des intérêts politico-mafieux, et là, aussi l’inertie des services de l’Etat depuis 40 ans démontrent une volonté de destructuration de la société corse. La langue corse, moins on la parle, mieux le colons peut s’installer et se sentir chez lui, d’autant que, malgré une crise en Corse, il arrive tous les ans, 5000 personnes. L’acculturation a de beaux jours devant elle.

Quid du rapprochement des prisonniers politiques qui n’est toujours pas mis en place, d’une répression toujours aussi forte, d’un mouvement national balkanisé, l’avenir du Peuple Corse semble aujourd’hui ressembler à celui des indiens d’Ameriques…

A moins que…

Pour Unità Naziunale

 AnTo FpcL

[Billet d’HuMeuR]

 

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)