vincent Carlotti gauche autonimiste corse
 
X

Paul GIACOBBI s’est fait une réputation d’habile manoeuvrier: à la lumière des dernières élections législatives et de la dernière session de l’assemblée de Corse , et nonobstant le score à l’africaine qu’il a obtenu, on en pressent aujourd’hui les limites.

La droite, requinquée par la victoire inespérée de Camille de ROCCA SERRA et la conquête par Laurent MARCANGELI du siège de Simon RENUCCI est incontestablement décidée à partir sans plus tarder à la reconquête de l’assemblée de Corse et du conseil général de haute Corse.

Sociologiquement majoritaire dans l’Île ou elle a totalisé avec le FN plus de 60% des suffrages, elle a retrouvé au moins dans le sud les leaders qui lui faisaient défaut, et elle peut partir confiante à l’assaut des citadelles détenues par la gauche dans le département, Ajaccio bien sûr , mais aussi Bonifacio et Propriano.

Le président du conseil exécutif, quant à lui, a fort à faire avec le dossier des transports maritimes: faute d’avoir remis à plat l’ensemble du dispositif de continuité territoriale en le recadrant par rapport à ses objectifs initiaux, il ne peut que constater que ce dossier est en train de tourner à un caricature de match de foot, les bleus contre les jaunes, dont il doit arbitrer l’issue.

Chacun sait que dans un match de cette nature la position de l’arbitre n’est jamais la plus confortable.

Le PADDUC en préparation se présente quant à lui, et selon toute apparence sous de bons auspices: le travail sérieux effectué par Maria GUIDICELLI et son équipe constitue une bonne base pour que l’assemblée de Corse prenne les décisions qui s’imposent. Elle les prendra le moment venu après que le texte qui lui sera soumis passe à travers un double tamis.

Celui des amendements que ne manqueront pas de déposer entre autres ceux qui restent, dans l’opposition comme dans certaines franges de la “majorité” partisans de la “désanctuarisation” de la Corse, à commencer par Camille de ROCCA SERRA remis en selle par Paul GIACOBBI et les siens lors des élections législatives.

Celui du Conseil Constitutionnel ensuite: la loi portant préparation du PADDUC votée par la droite il y a quelques mois constitue un coup de canif dans le principe de non ingérence d’une collectivité dans les compétences d’une autre et rend le PADDUC, s’il est voté en l’état, opposable aux PLU votés par les communes. Rien n’empêcherait aujourd’hui un parlementaire ou même une association d’invoquer la présomption d’inconstitutionnalité pour déférer le texte devant le Conseil Constitutionnel et d’obtenir vraisemblablement son rejet.

Les trois députés UMP fraîchement élus dans l’Île pourraient par exemple discrètement inciter quelques uns de leurs collègues continentaux de le saisir sans avoir à porter le chapeau de la saisine.

Restera enfin à observer comment se comporteront dans les mois qui viennent les membres du groupe Femu a Corsica: Paul GIACOBBI avait motivé son refus de soutenir Jean Christophe ANGELINI par le fait que le groupe Femu a Corsica n’avait pas voté le budget 2012: il s’était en effet abstenu.

Il y a fort à parier que cette attitude qui pourrait avoir stoppé net l’ascension du leader du PNC à Porto Vecchio, n’est pas de nature à rendre le groupe Femu a Corsica plus conciliant: le prochain vote du budget risque d’être d’autant plus sportif que les projets de modifications institutionnelles pourraient ne pas recevoir des pouvoirs publics l’accueil espéré.

Il faut reconnaître que Paul GIACOBBI n’a pas la partie facile, pris dans l’étau que constitue d’un coté une ”majorité” sans véritable colonne vertébrale politique et pour une large partie viscéralement opposée à toute évolution institutionnelle, et de l’autre une famille nationaliste dont il a choisi de porter une partie des exigences.

Si on y ajoute, depuis peu, une droite revigorée et redevenue conquérante, et une image personnelle à Paris qui est apparemment moins favorable que celle qu’en avait Nicolas SARKOZY qui avait envisagé, contrairement à son successeur, d’en faire son ministre, il y a plus d’épines que de roses dans le chemin qu’il a devant lui.

Blog Vincent Carloti

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)