X

Dans un article paru hier sur ce site, nous titrions « nettoyage à blanc sur espaces remarquables pour accueillir un concert écolo ». Nous montrions le démaquisage d’une zone située en espace remarquable pour accueillir un festival pop rock du 13 au 15 juillet sur la commune de Pitrusedda.

Nous nous révoltions contre le massacre au bulldozer d’espaces riches en vie et en biodiversité et protégés pour tels. Nous nous inquiétions du devenir de la biodiversité des sols après le piétinement et la surfréquentation des festivaliers. Nous montrions sur l’arrière-plage d’Argent (là où aura lieu le rassemblement) le déboisement et le dessouchage, éliminant tout ce qui aurait pu ressembler à de la vie.

Nous avons, ce matin, suspendu cet article à la suite de plusieurs coups de fil nous affirmant qu’il n’y avait sur les lieux nul espace remarquable, nulle Znieff. Menace de plainte…. Nous étions-nous trompés de parcelle ? Il nous fallait, une nouvelle fois, aller sur place pour vérifier l’implantation des espaces démaquisés.

Rendus sur le terrain, nous avons pu vérifier que la zone incriminée est bien en espace remarquable protégé de la loi Littoral (voir carte ci-dessous).

Nous avons pu également constater que le démaquisage déborde sur la Znieff. La partie nord du défrichement donnant sur la route départementale 55, se situe en partie dans la parcelle 439 sur une largeur d’environ une vingtaine de mètres donc à l’intérieur de la Znieff. En revanche la forêt domaniale n’a pas été touchée. Les travaux sont à son orée. “Ce site exceptionnel et classé est mis à notre disposition » affirmaient eux-mêmes les organisateurs dans une interview donnée à Corse Matin le 16 décembre 2011.

Dans l’article précédent nous nous interrogions : pourquoi les services de l’État, le préfet, la Dreal, la DDTM chargés de faire respecter les espaces remarquables et les Znieff n’interviennent-ils pas ?

Nous ne savions pas que ce déboisement avait été autorisé par la DDTM, laquelle a délivré une autorisation de défricher sur les parcelles 397 et 78 situées en espaces remarquables des Altas de la loi Littoral. Pourquoi ? Comment est-ce possible ?

Le Conseil d’État, dans l’arrêt « Pouyau », a pourtant jugé qu’un Espace remarquable ne peut pas être défriché. L’article L146-6 du code de l’urbanisme doit être respecté : « Les documents et décisions relatifs à la vocation des zones ou à l’occupation et à l’utilisation des sols préservent les espaces terrestres et marins, sites et paysages remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel et culturel du littoral, et les milieux nécessaires au maintien des équilibres biologiques ».

Un festival Rock peut être un lieu de création et de festivités. N’existe-t-il pas d’autres lieux plus propices à son organisation que des espaces patrimoniaux, même si les surfaces concernées ne sont pas considérables ?

Le « mal » est fait mais la végétation repousse là où les dalles de béton ne sont pas coulées. Après le festival ce lieu pourrait redevenir naturel et bientôt remarquable à nouveau, effaçant ainsi les traces du défrichement.

http://www.ulevante.fr/une-znieff-espace-remarquable-nettoyee-a-blanc-pour-accueillir-un-concert-ecolo/

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)