X

(Alex Bertocchini – Alta Frequenza) – Non, non et non! Cette affirmation à trois fois répétée, pourrait refléter l’avis presque unanime de l’Assemblée de Corse sur l’extension du périmètre de la prochaine délégation de service public sur Toulon, même si la paternité en revient à Camille de Rocca Serra.

Ce fameux rapport d’information, qui n’était pas soumis au vote ce matin (vendredi), a suscité une véritable volée de bois vert à destination de Paul Giacobbi et Paul-Marie Bartoli, pour avoir formulé une proposition qui ne convient pas, apparemment, aux élus territoriaux. Mis à part le groupe Communistes et Front de gauche, qui a applaudi à deux mains, ils n’étaient pas nombreux en effet, y compris sur les bancs de la gauche, pour approuver cette extension du service public sur Toulon.

La hantise du monopole sur les liaisons maritimes Corse Continent, a transpiré à travers tous les débats, et si tout un chacun s’accorde à affirmer qu’un service public est nécessaire,  presque tous réclament une saine et franche concurrence, qui permettrait à la Corse de ne pas être pieds et poings liés à une seule compagnie. Au-delà d’un énième débat sur les transports maritimes, riche, et il faut bien le dire très technique, la seule véritable information de la journée est finalement le report, sans doute au mois de septembre de la prise de décision. L’assemblée aurait du, rappelons le, se prononcer lors de la dernière session avant les vacances, c’est-à-dire à la fin du mois de juillet.

Nous avons réalisé toute une série d’interviews que nous déroulerons à travers nos différents journaux, en vous donnant à chaque fois deux avis contraires, ceux des groupes de l’assemblée de Corse, ceux des représentants des compagnies maritimes mais également ceux des différents syndicats qui étaient présents à l’occasion de ce débat. Si certains groupes de gauche on appuyé du bout des lèvres le document proposé, tout en faisant état de leurs inquiétudes, c’est sans état d’âme que le groupe communiste a avalisé le document; pourquoi?

C’est ce que nous avons demandé à Michel Stefani,  partisan du projet.

Écoutons Camille de Rocca Serra, qui a poussé avec conviction ce triple non.

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)