X

Sous le regard imperturbable de Dominique Erignac et de ses enfants, deux des compagnes des membres du commando ont dénoncé hier les « pressions » subies durant les gardes à vue et évoqué les conséquences de cette tragédie sur leur vie personnelle Jeanne Finidori-Ferrandi n’est pas venue. Mais sa détresse a fait le voyage. Dans un courrier adressé par fax au président de la cour d’assises spécialement composée de Paris, Hervé Stephan, elle dit en quelques phrases combien elle appréhende l’épreuve d’une nouvelle audition, alors qu’elle « subit depuis de nombreuses années les conséquences des choix de son ex-mari », Alain Ferrandi, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat du préfet.

Elle veut pouvoir « procurer une vie sereine » à son fils. Il lui semble « légitime, désormais, de prétendre à la discrétion et à la tranquillité », d’autant qu’elle n’a « rien d’autre à déclarer ». Elle sera reconvoquée ultérieurement, et pourrait faire l’objet d’un mandat d’amener si elle ne donne pas suite. Mais on n’en est pas là, si le ministère public a réaffirmé l’importance de ce témoignage, la défense a fait observer que les débats vont se prolonger encore quelque temps, une nouvelle date pourra être fixée.

Source et suite de l’article : http://www.corsematin.com/article/corse/corinne-ex-epouse-ottaviani-il-ma-explique-je-me-suis-evanouie

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)