Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – 24 février 2018 – publié à 14h01) Euskal Herriak Askatasuna a organisé à Bayonne ce samedi 24 février à 18h00 un rassemblement de soutien à la Corse et contre l’impérialisme français.

(Source Mediabask) La plateforme Euskal Herriak Askatasuna (pourrait être traduit par « le Pays Basque se libère ») organise un rassemblement contre l’impérialisme français et pour la liberté des deux territoires. Il donne rendez-vous samedi 24 février à 18 heures, devant la mairie de Bayonne.

La plateforme a fait sa première apparition à travers un communiqué au début de ce mois. Cela a été le point de départ d’une campagne dont la première action sera celle de samedi. Elle est formée d’abertzale des sept provinces, partageant les mêmes idées sur la lutte de libération nationale du Pays Basque.

Ils estiment que les réformes statutaires au Pays Basque Sud et l’avènement de la Communauté d’agglomération unique ne font qu’accentuer l’assimilation. « Le problème des peuples qui se trouvent dans le territoire français n’est pas le centralisme, mais l’oppression des nations. Le cadre de la résolution de ce problème ne réside pas dans la réforme de la Constitution française, mais dans la construction de la République basque », affirme la plateforme dans son dernier communiqué.

Ses membres saluent la position des Corses, opposés à des solutions « pseudo-techniques ». Ils ne se reconnaissent pas dans les principales forces abertzale. D’après eux, « elles sont rentrées dans la logique des solutions pseudo-techniques. Pas d’officialisation, pas d’amnistie, pas de reconnaissance de la nation basque en vue de la résolution du conflit ».

Dans son premier texte, Euskal Herriak Askatasuna a annoncé qu’il ne participera pas à la chaîne humaine du 10 juin organisée par Gure Esku Dago, en faveur du droit à décider. Il considère que ce grand rassemblement a été pensé dans la logique du statut de la Communauté autonome basque, le Statut de Gernika, qu’il fustige.


Texte de l’appel

FRANTZIAR INPERIALISMOAREN KONTRA KORSIKAK ETA EUSKAL HERRIAK ASKATASUNA!

Korsikar herriaren eta frantziar estatu inperialistaren arteko gatazka albiste iturri da. Korsikar herriak duintasunez planteatu ditu bere aldarri politikoak eta beste behin ere frantziar estatuaren erantzuna mespretxuzkoa izan da.

Korsikar indar desberdinek oinarrizko aldarrikapen taula bat adostu dute gatazka politikoaren konponketari begira, puntu nagusi gisa korsikeraren ofizialtasuna, preso eta iheslarientzako amnistia eta Korsikaren nazio izaeraren aitortza finkatuz. Otsailaren 7an Frantziako presidenteak irlara egindako bisitan ordea, bere politika inperialistan osoki berretsiz, muzin egin zien erabat puntu horiei. Frantziar estatuaren partetik ez koofizialtasunik, ez amnistiarik eta ez inolako nazio aitortzarik ez dela izanen harropuzkeriaz adierazi zuen Macronek okupazio indarren babesean. Gehienez ere preso batzuk hurbildu eta konstituzio frantziarrean Korsikaren aipamen bat egiteko aukera aipatu zituen. Hortaz, indar korsikarrek mobilizazioaren bidea indartu dute, bereziki gazteriaren eskutik.

Honen aitzinean, Euskal Herritik Korsikara gure elkartasun internazionalista eta anti-inperialista igortzearekin batera, azpimarratu nahi dugu korsikarrek gatazkaren arrazoi politikoak mahaigaineratu izanaren garrantzia. Korsikan iraintzat hartu dute gatazka preso batzuk hurbilduz edo frantses konstituzioan aipamentxo bat eginez konpondu nahi izatea. Korsikan iraintzat dute konponbide politiko bati izkin eginez erabaki sasi-teknikoak soluziotzat aurkeztea. Horregatik Korsika buruhauste bat da frantziar estatuarentzat.

Euskal Herrian aldiz, nazio askapen borrokaren krisia hainbestekoa izaki, abertzale deitzen diren eragile nagusienek gatazkaren arrazoi politikoekin loturiko aldarriak mahai azpian gorde dituzte. Parisek nahi duen bide sasi-teknikoan murgildu dira erabat. Ez dute ez euskararen ofizialtasuna, ez amnistia eta ez Euskal Herriaren nazio aitortza konponbiderako gako gisa planteatu. Alderantziz, frantziar inperialismoaren ordezkari lokalak bidelanguntzat hartuta, frantziar estatuaren jarrera zuritu eta txalotzen dute, eredugarri bailitzan. Are gehiago, garaipentzat saltzen dituzte Parisetik egindako ogi papur eskaintzak eta maltzurkeriazko promesak.

Asimilazioari aitzin eginez nazio askapenaren alde garenok ezin dugu besoak gurutzaturik gelditu. Horregatik, korsikar herriari elkartasuna adierazteaz gain gure herriaren zanpaketa mahaigaineratu behar dugu. Eta baita zanpaketa hori frantziar estatuarekiko haustura osoaren bidez gainditzeko beharra plazaratu ere. Frantziar estatuak menpean gaituen herriok dugun arazoa ez da “zentralismo” auzi bat, nazio zanpaketa arazo bat baizik eta honen konponketaren markoa ez da frantziar konstituzioaren erreformarena, Euskal Errepublikaren eraikuntzarena baizik. Independentzia behar dugu nazio burujabe izateko eta frantziar eta espainiar estatuen kateak hausteko.

Aldarrikapen hau hauspotze bidean, otsailaren 24an larunbatarekin, arratsaldeko 6tan, Baionako Herriko Etxeko plazan burutuko dugun elkarretaratzera deia luzatzen dugu.


Appel à nous rejoindre : Liberté de la Corse et du Pays Basque contre l’impérialisme français !

Il y a du nouveau dans le conflit entre le peuple Corse et l’Etat impérialiste français. Le peuple corse a élevé dignement son pouvoir politique, et, encore une fois, la réponse de l’Etat français a été péjorative.

Les différentes forces politiques corse essayent d’avancer positivement dans la résolution du conflit politique, avec pour objectif principal la co-officialisation de la langue corse , l’amnistie pour les prisonniers et les réfugiés politiques et la reconnaissance de la Corse dans la constitution française. Cependant, le 7 février dernier, lors de sa visite dans l’île, le président français a pleinement réaffirmé sa politique impérialiste et a entièrement changé d’avis sur la question corse. Emmanuel Macron n’acceptera ni la co-officialité de la langue, ni l’amnistie des prisonniers politiques, ni aucune reconnaissance nationale dans la constitution française.

Le président Macron a simplement émis la possibilité de rapprocher quelques prisonniers et peut être de faire « mention » de la Corse dans la constitution française. Ainsi, la population corse et la CTC ont renforcé le chemin de la mobilisation, notamment chez les jeunes (NDLR. grève de la faim…).

Avant cela, du Pays Basque à la Corse, avec notre solidarité internationaliste et anti-impérialiste, nous voudrions souligner l’importance de freiner les causes politiques du conflit en Corse. Ils ont malmené la Corse, en essayant de se débarrasser de certains prisonniers ou de résoudre la Corse dans la constitution française. Ils sont crucifiés en Corse pour présenter une solution politique à la résolution de décisions pseudo-techniques

C’est pourquoi la Corse est un casse-tête pour l’Etat français. Au Pays basque, comme la lutte de libération nationale est tout aussi importante, les principaux acteurs appelés abertzale (NDLR. nationalistes patriotes) se sont appuyés sur la table pour résoudre les principaux motifs du conflit politique (NDLR. désarmement et probable dissolution de l’ETA).

Le gouvernement français a totalement plongé dans le chemin « pseudo-technique » qui l’arrange. Ils n’élèvent pas l’officialité de la langue basque, pas l’amnistie des prisonniers, et pas non plus la reconnaissance nationale du Pays Basque. Au contraire, les représentants locaux de l’impérialisme français, applaudissent l’attitude de l’Etat français, comme si elle était exemplaire. En outre, Paris ne cesse de nous faire des fausses promesses.

Traduction Ꮯonstance Ᏼatut Ꭶillegue @BatutSillegue