X

Les pilotes de bombardiers d’eau de la base de la Sécurité civile de Marignane (Bouches-du-Rhône), se sont lancés dimanche dans une grève illimitée, la première depuis 1998, dénonçant le manque de moyens affectés selon eux à la maintenance des avions et l’absence de dialogue social.

Vers 09h30, « la grève a été votée à la quasi-unanimité en assemblée générale », a dit à l’AFP François Tauveron, délégué du SNPNAC (Syndicat national du personnel naviguant de l’aéronautique civile), en précisant qu’un tel mouvement était le premier depuis 1998.

Le ministère de l’Intérieur Manuel Valls a proposé dimanche aux pilotes de « poursuivre les négociations lundi matin » au cabinet du ministre.

Une soixantaine de pilotes en combinaison orange, sur les 88 que compte la base de Marignane, se sont ensuite rendus au rond-point de l’aéroport où ils ont déployé des banderoles sur lesquelles était inscrit « pompiers du ciel en grève » et « moins d’avions, moins de protection », a constaté un photographe de l’AFP.

La manifestation a permis aux pilotes de distribuer des tracts aux automobilistes afin d’expliquer leur mouvement, au moment où débute la saison des feux dans le sud du pays. Peu avant midi elle était en cours de dispersion.

Ces pilotes, « dont 85% sont syndiqués » selon M. Tauveron, sont les seuls en France à voler à bord des 12 Canadair, 9 Tracker et 2 Dash 8 que compte la flotte de la Sécurité civile.

Deux raisons à ce mouvement: obtenir dix millions d’euros nécessaires à la maintenance de ces avions, et alerter sur l’absence de dialogue social entre pilotes et direction.

suite et source de l’article

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)