Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – 21 février 2018 – publié à 18h00) Accusée par la justice espagnole de rébellion, elle risque jusqu’à 30 ans de prison. Son procès doit commencer ce mercredi. La députée du parti Candidature d’Unité Populaire (CUP) ne s’y rendra pas. Elle attend de savoir si une demande d’extradition sera formulée par le tribunal. Dans ce cas la, elle demandera l’asile politique en Suisse.

La CUP est un parti indépendantiste catalan et anticapitaliste. Il a joué un rôle déterminant durant le référendum d’autodétermination en 2017. Actuellement plus de 900 personnes sont sous enquête de la justice espagnole pour des faits liés au mouvement d’indépendance catalan.

S.R (C&P)

La Suisse n’expulsera pas l’indépendantiste catalane Anna Gabriel
Risquant jusqu’à 30 ans de prison pour avoir participé au référendum en Catalogne, une ancienne députée refuse de se rendre à son procès. Les autorités helvétiques devraient refuser la demande d’extradition espagnole, qui sera déposée mercredi

Joint par téléphone mardi soir, Folco Galli, porte-parole de l’Office fédéral de la justice, indique que la Suisse refuserait à priori une demande d’extradition de la part de l’Espagne. «Il s’agit selon toute vraisemblance d’un délit politique. Selon notre code pénal et la Convention européenne des droits de l’homme, une demande d’extradition ou toute forme d’aide judiciaire ne peuvent pas être accordées pour l’un de ces motifs.»