Produit CORSU E RIBELLU

X

Le mardi 12  juin 2012 [23h00] (www.unita-naziunale.org)  : Un peu plus de 60 personnes pour ce second rassemblement de Corsica Libera, de l’Associu Sulidarità, de la famille et des amis des interpellés de la veille. 4 personnes sont toujours entendues dans le cadre d’une enquête diligenté par le juge Thiel, Pierre Paul Chiarasini, membre de l’exécutif de Corsica Libera, son neveu, militant lui aussi du mouvement ainsi qu’une jeune femme et son frère.

Depuis quelques mois, ce sont les membres de l’exécutif de Corsica Libera qui sont dans le collimateur de la justice répressive, militants qui tôt le matin sont cueillis au réveil, puis perquisitionnés, mis en garde à vue, parfois incarcérés mais toujours libérés sans suite. « Fermeture de porte » selon le jargon répressif, « dossiers vide » dénoncé par les militants de Corsica Libera, pressions, »poussettes », l’État Colonial  tire les ficelles… Afin de faire disparaitre les gêneurs.

Il s’agit du « pack-96h », qui était à la mode jusqu’au élections Territoriales de 2010, le fameux pack, qui amenaient l’ensemble des militants de Corsica Libera, soit en garde à vue, soit devant les locaux répressif de l’État Colonial tous les Mardi, puis tous les lundi, parfois, les lundi et mardi consécutivement… De temps en temps le mercredi et le jeudi, ce sont les militaires qui remplaçaient les policiers de la Sdat…

Au lendemain des élections Présidentielles, puis des élections Législatives, la justice reprend ses droits répressif à l’encontre de ceux qui, s’opposent à la disparition programmée du Peuple Corse.

Cette répression touche aussi Scelta Para, mouvement indépendantiste et de Lutte de Libération Nationale, dont un de ces responsables est aujourd’hui incarcéré à la prison d’Aiacciu, mouvement qui semble aussi déranger par ses positions « non négociables » avec l’État Colonial.

Quand les patriotes corses auront disparu de l’échiquier politique, quand le peuple corse noyé par la francisation aura disparu, alors la Corse sera enfin une région française comme les autres.

Ce ne sont pas les »copier coller » des revendications nationales et des fondamentaux de la Lutte du Peuple Corse, qui feront des « clanistes », des descendant de la CFR et de Francia, les porteurs d’un espoir pour la Corse et pour son Peuple.

Les seuls porteurs du message « authentique » « Per U Populu Corsu » sont les militants du mouvement national (dont la liste se trouve sur Unità Naziunale), pas ceux du Front National, ni des groupuscules corso-facho qui hantent les réseaux sociaux. Et encore moins des élus traditionnels qui du jour au lendemain essayent de caresser le « natio » dans le sens du poil, pour oublier une fois élu, les prisonniers politiques qui croupissent dans les geôles de l’État Répressif, pour oublier le statut de résident, pour oublier la défense de la langue corse, la défense de notre patrimoine historique et familial…

Un rappel « à la bonne franquette » (K7 jaquette verte, pour l’expression), ‘quand on vote pour la france (parti franco-français), on prend la merde qui vient avec »

AnTo FpcL

www.unita-naziunale.org

« La solidarité ne se divise pas » site Libertà 1997

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :