Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – 20 février 2018 – 22h00) Demain, le mercredi 21 février, le secrétaire de notre structure est convoqué auprès du Juge d’Instruction pour une nouvelle audition concernant son dossier. 

Il n’est pas sans savoir que cela fait quasiment un an que notre secrétaire, Baptiste Maestracci subit un contrôle judiciaire stricte, l’empêchant de poursuivre convenablement ses études à Corte.

L’accès à l’éducation est, rappelons le un droit fondamental proclamé par les instances supranationales et doit être défendu par chacun. A ce jour, son cursus universitaire et son avenir professionnel sont fortement compromis si le juge d’instruction ne lève pas ce contrôle à la fin de l’audition de demain.

Pour le même dossier, Yohann Hemery et Guillaume Amadei sont eux aussi soumis au même contrôle judiciaire.

En effet depuis le 11 Mai dernier ils sont tous mis en examen dans une affaire incompréhensible, déconcertante et confuse. Ils sont contraints de pointer une à deux fois par semaine, sont sans cesse surveillés, ont déjà effectué plusieurs mois de prison, sans aucune avancée déterminante dans leur dossier. Une date de procès n’est même pas encore envisagée, le délai raisonnable ne semble alors qu’être une notion vaguement appliquée par les instances de l’autorité de l’Etat.

C’est naturellement qu’aujourd’hui nous demandons au juge d’instruction de modifier & d’assouplir ce contrôle judiciaire pour notre secrétaire mais aussi pour ces deux jeunes corse. Il est indéniable que ceux ci puissent finir dans les meilleurs conditions possibles leurs études respectives. Le cas contraire, nous serons tenu de nous mobiliser en conséquence.

En ce sens, nous demandons que cette instruction se termine afin de respecter les droits de l’ensemble de la jeunesse, et que ces jeunes ne soient plus dans une impasse qui brime leur avenir professionnel


Dumane, marcuri u 21 di ferraghju, u nostru secretariu hè cunvucatu da u ghjudice d’instruzione per una nova udizione in rapportu cù u so cartulare. Ùn hè senza sapè chì face guasgi un annu chì u nostru secretariu, Baptiste Maestracci hè sottumessu à un cuntrolu ghjudiciariu strittu, chì l’impedisce di fà i so studii di manera nurmale in Corti.

L’accessu à l’educazione hè unu di i diritti fondamentali pruclamati da l’instanze sopranaziunale è deve esse diffesu da ognunu. Oghje u so percorsu universitariu è u so avvene prufessiunale sò veramente cumprumessi s’è u ghjudice ùn lascia micca core stu cuntrolu in fine d’udizione dumane.

Per a stessa affare, Yohann Hemery è Guillaume Amadei sò tutti i dui dinò sottumessi à u stessu cuntrolu ghjudiciariu.
Di fattu dapoi l’11 di maghju scorsu, tutti i trè sò messi in esamine ind’un inchiesta ch’ùn si capisce micca, decuncertante è cunfusa. Sò tutti ubligati d’andà una à duie volte per simane in gendarmeria à puntà, sò sempre seguitatti da a pulizia, dighjà fattu parechji mesi di priggiò, senza nisune avanzate ind’è st’affare. Ùn ci hè mancu una data di prucessu, tandu u tempu dettu « resunevule » per què ùn hè allora chè un idea da a ghjustizia francese.

Ghjè naturale ch’oghje dumandemu à u ghjudice d’instruzione di mudificà è di calmà issu cuntrolu ghjudiciariu per Baptiste ma dinò per i dui ghjovani corsi. Hè nurmale chì tuttu què ùn si pò compie chì d’una bona manera è ch’elli puderanu cuntinuà i so studii di manera nurmale. In lu casu cuntrariu sapperemu mubilisà ci in cunsequenza.

In questu senzu, dumandemu chì st’instruzione si cumpiessi per rispettà i diritti di l’inseme di a ghjuventù, è chì issi ghjovani ùn sianu più in difficultà per u so avvene prufessiunale.

-UNITI PER U NOSTRU AVVENE-

CUNSULTA DI A GHJUVENTÙ CORSA