Produit CORSU E RIBELLU

X

Antoine Ottavi, le premier magistrat de la commune de Bastelicaccia n’en démord pas : à ses yeux, le projet d’implantation de la future centrale ne se justifie pas plus aujourd’hui qu’hier. Malgré l’arrêté préfectoral pris par l’ancien préfet, Stéphane Bouillon, et malgré certaines garanties notamment le fonctionnement au gaz naturel, le maire continue à manifester son opposition. Et fait de la résistance. Au nom de ses administrés. Les associations de défense de l’environnement n’entendant pas davantage, pour leur part, baisser la garde. Alors que les premières études viennent de commencer in situ, nous avons demandé à Antoine Ottavi d’esquisser un point d’étape. Ce dernier annonce qu’il reste déterminé à s’opposer à l’implantation d’une centrale dont personne ne veut. Le bras de fer se poursuit donc. Avantage, pour l’heure, à l’État.

Apparemment, les choses commencent à bouger en termes de repérages sur le futur site d’implantation de la centrale. Qu’en est-il exactement ?

J’ai reçu un arrêté préfectoral en date du 11 février 2011 portant autorisation de pénétrer dans des propriétés privées situées sur le territoire des communes d’Ajaccio et de Bastelicaccia.

source et suite de l’interview sur :

http://www.corsematin.com/article/societe/le-maire-de-bastelicaccia-fait-toujours-de-la-resistance-au-nom-de-sa-commune