X

Vingt militants nationalistes corses, soupçonnés d’avoir participé à une dizaine d’attentats attribués à une cellule du FLNC-UC (Union des combattants) comparaissent à partir de lundi devant la cour d’assises spéciale de Paris.

Dans cette audience devant une cour composée uniquement de magistrats professionnels, qui se tiendra jusqu’au 6 juillet, Paul Istria, 54 ans, et Christophe Giannesini, 40 ans, seront en première ligne. La justice les soupçonne d’être les figures tutélaires d’une cellule du FLNC-UC (la principale organisation indépendantiste clandestine corse) démantelée en avril 2008 et à laquelle sont imputées treize attentats visant des bâtiments publics, dont certains auraient pu être mortels, en 2007 et 2008.

Interpellés le 7 juillet 2008
Christophe Giannesini a déjà été condamné, notamment, pour avoir déposé une plaque funéraire signée «FLNC» sur la tombe d’un militant tué par balles en 2005 à la suite d’une dispute dans un village corse. Paul Istria avait été mis en cause en 1998 pour ses liens avec des auteurs d’attentats. Les deux hommes avaient été interpellés le 7 juillet 2008 en Corse-du-Sud par des policiers de la sous-direction antiterroriste (Sdat) et transférés à Paris. La veille, ils avaient participé à une réunion de plusieurs mouvements nationalistes à Corte dans le but de refonder le nationalisme corse.

Un tir de roquette contre la caserne de CRS d’Aspretto
Tous deux comparaissent détenus ainsi que huit autres des vingt accusés, soupçonnés d’appartenir à ce groupe du FLNC-UC présenté par la justice antiterroriste comme la «cellule jeunes» de l’organisation clandestine. Lui sont imputés plusieurs attentats en Corse, dont un tir de roquette, le 15 septembre 2007, contre la caserne de CRS d’Aspretto, le mitraillage du tribunal d’Ajaccio le 20 février 2008, au cours duquel un projectile s’était fiché dans le portefeuille d’un CRS, ainsi qu’un attentat à la grenade contre la préfecture de région, le 20 décembre 2007.

Source

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)