X

Quatre mois de prison fermes. Ceux requis par le substitut du procureur contre Jean-François Renucci. L’agriculteur d’Aleria comparaissait cet après-midi devant le tribunal correctionnel d’Ajaccio, après avoir saccagé le 23 février dernier l’étal d’un vendeur ambulant, près de Porto-Vecchio. Ce mardi, ils étaient plus d’une cinquantaine présents dès le début de l’après-midi devant le tribunal de grande instance d’Ajaccio (notre photo). Tous venus soutenir Jean-François Renucci. Parmi ces soutiens, les incontournables du monde agricole : les présidents des deux chambres d’agriculture, des représentants syndicaux, mais aussi des élus, dont le président de l’ODARC, Jean-Louis Luciani. Syndicalisme. En février dernier, déjà, la profession avait fait bloc derrière l’accusé. Au moment des faits, le co-président du syndicat des jeunes agriculteurs de Haute-Corse, viticulteur et arboriculteur, avait justifié son geste par un ras le bol du secteur face à la concurrence déloyale des vendeurs itinérants. Un coup de sang relevant, selon lui, du syndicalisme.

http://24ore.club-corsica.com/la-fin-justifie-t-elle-les-moyens-_19483.html

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)