X
Militant nationaliste de la première heure, Paul Leonetti, s’engage, pour la première fois, dans la bataille des législatives. Il nous en expose les enjeux pour la mouvance qu’il représente. C’est la première fois que vous êtes candidat à une élection de manière uninominale. Que représente cette échéance selon vous ? C’est une décision collégiale qui m’a désigné. Depuis longtemps déjà, le mouvement que je représente, a fait le choix d’être présent à toutes les élections. Je suis militant depuis plus de trente ans, je me soumets donc à ce choix sans me dérober et j’espère que nous allons faire une élection honorable. Quel objectif, Corsica Libera vise t-il à travers cette élection ? Il consiste, dans les quatre circonscriptions de Corse, à porter le message nationaliste. Un message où nous réitérons notre souhait premier, à savoir, obtenir, pour l’île, une modification institutionnelle profonde qui lui permette véritablement d’organiser son territoire et sa fiscalité, chez elle afin qu’elle puisse, enfin, sortir du marasme qu’elle connaît depuis tellement longtemps. Et je reste persuadé, pour ma part, que si l’on ne change pas les outils, on ne pourra pas se satisfaire des dispositions légales dont dispose la région aujourd’hui. Votre programme reste, quant à lui, inchangé et en lien avec vos revendications de toujours ? Je préfère évoquer le terme d’ambition en parlant précisément de l’état actuel de cette circonscription, ce que l’on vit tous les jours et qui lui d’être satisfaisant. Je pense, en premier lieu, au véritable « charcutage » électoral que l’on nous a imposés depuis vingt ans et qui fait, aujourd’hui, que 16.000 habitants de la ville ne votent pas ici lors des législatives. Ajaccio doit retrouver son périmètre naturel et historique. On doit, ensuite, évoquer la situation de la ville. Elle est saturée, c’est la ville la plus enclavée de Corse. Par ailleurs, le péri-urbain devient une zone sans âme, de consommation, occupée essentiellement par des grandes surfaces pourvoyeuses d’emplois précaires. Au-delà de la ville, nos revendications sont les mêmes : une agriculture qui se voit grignoter son espace avec les résidences secondaires ; l’économie, qui est développée dans un périmètre restreint du territoire. Mais nous ne sommes pas, là, dans le registre d’un député. Quel rôle attendez-vous de lui ? Il est là pour faire la loi et contrôler l’exécutif. Et si, un jour, la Corse élit un député qui conteste fortement le mode de gestion autoritaire, jacobin et méprisant que nous impose Paris depuis

Produit CORSU E RIBELLU

Votre site hébergé à partir de 3€ par mois...
Votre nom de domaine offert... Pour tout paiement au comptant d'une année d'hébergement... en cliquant sur le logo IPFIXE
EuroWH hébergement internet