Produit CORSU E RIBELLU

X

Son mouvement, « Une nouvelle Corse » se revendique de « la droite autonome », qui doit participer à instaurer une autre conception de la politique privilégiant les propositions et le débat

«Le meilleur d’entre nous ». Cette appréciation portée Par Jacques Chirac sur Alain Juppé, certains dans la droite corse l’ont reprise à propos de Jean-Martin Mondoloni. On ne peut pourtant pas dire que sa famille aimante lui ait prodigué des cadeaux… Mais l’homme n’est pas fait pour se complaire dans une quelconque traversée du désert. Il revient, avec la ferme intention de reprendre sa place sur l’échiquier insulaire.

Comment se porte votre mouvement « Une Nouvelle Corse » ?

Au terme d’une année d’existence, notre démarche est désormais comprise et structurée : comprise par qui le veut bien comme une composante à part entière de la famille libérale, structurée comme un parti politique avec un maillage quasi abouti du territoire. J’ajoute qu’au gré de nos rencontres, un projet de société prend forme dont nous dévoilerons bientôt les contours. Pour reprendre à mon compte une expression de votre rédaction, « le bébé se porte bien ».

« Nous ne cultivons ni la concurrence ni l’adversité »

source et suite de l’interview : http://www.corsematin.com/article/politique/lancrage-de-jean-martin-mondoloni