« Simeoni a décidé unilatéralement de mettre fin à notre contrat, ce qui a été un échec. » – Revue de Presse Internationale – #corse #FàNazione

(Unità Naziunale – Publié le 16 juin 2021 à 11h35) «Simeonik alde bakarrez erabaki du gure kontratua amaitzea, eta hori hutsegite bat izan da» Ce qui en français donne le titre de l’article « Simeoni a décidé unilatéralement de mettre fin à notre contrat, ce qui a été un échec. »

Voici une partie du texte traduit à lire dans son intégralité dans le journal Berria sur ce lien https://www.berria.eus/

Le leader indépendantiste corse a reconnu qu’il n’était pas prêt pour la scission de la coalition Pè a Corsica, mais a précisé qu’il y a une chance pour les forces nationalistes de se réunir au second tour, tant qu’il y a des idées.

Arrivé place du Duc de Padoue dans le centre de Corte (Corse), Jean-Guy Talamoni (Saumur, France, 1960), leader du parti indépendantiste Corsica Libera et leader de la liste Fà Nazione, est descendu de voiture avec Sébastien Quenot , ancien chef de cabinet et responsable des médias de la campagne.

Après avoir salué quelques militants, Talamoni s’est approché de (Ander Perez Zala du journal) BERRIA pour répondre à quelques questions avant d’assister à un rassemblement électoral public. « Bozen » est dans la phase finale de sa campagne du premier tour en Corse, et le leader de liste indépendantiste a admis qu’il était fatigué, mais sait néanmoins que c’est la dernière ligne droite.

« Voulez-vous une demi-heure pour l’entretien ? Je ne sais pas si je pourrai, la cérémonie va bientôt commencer », confie Talamoni, qui pose le micro sur sa chemise et s’assoit sur le banc.  Pascal Paoli Korsika independentea izan zeneko (1755-1769) militar eta agintariaren estatua begira duela erantzun die galderei, Corten nonahi baitago Paoli.

Le mouvement nationaliste corse est-il devenu hégémonique, ou pas encore ?

Dans le domaine culturel, je dirais que nous avons gagné la bataille, au sens du schéma de [Antonio] Gramsci. C’est la première étape. Les Corses sont d’accord sur tous les enjeux importants pour notre projet ; avec la langue, la terre, l’économie identitaire et bien d’autres. Ensuite, il y a le domaine politique : nous avons obtenu une majorité complète en 2017. Cela a été une autre étape.

Quant au reste du mandat, mon avis est partagé. La gestion de notre majorité a été meilleure que les précédentes, mais nous n’avons pas accordé suffisamment d’importance aux fondements du nationalisme corse, de la justice sociale et de la défense de la terre et de l’environnement. La gestion a été positive; cependant, nous devions gouverner, pas seulement gérer.

Corsica Libera en a pris conscience et a signalé cette réalité assez tôt dans la première année de son mandat. Ils ne nous ont pas bien écoutés, car nous sommes une minorité dans la majorité, et [Gilles Simeoni], le président du conseil exécutif, qui a accumulé beaucoup de pouvoir, n’a pas pris en compte notre position. Aujourd’hui, nous nous présentons dans une scission, même si nous pensions que nous devions rester ensemble pour passer à une autre séquence plus agressive, notamment en regardant Paris.

La décision prise par le président du Conseil exécutif et son parti [Femu a Corsica] est à l’opposé : il a fait un bilan très positif du mandat et a décidé, unilatéralement, de mettre fin au contrat que nous avons conclu depuis dix ans, trois ans après l’avoir signé. Ce fut un échec.

Avez-vous gagné la bataille des idées ?

sur ce lien https://www.berria.eus/

La lutte pour les idées est gagnée ; l’idée la plus politique est de gagner. Notre ville était au bord de l’extinction dans les années 1960, et la lutte nationale a fait de la ville corse une réalité aujourd’hui. C’est une sorte de victoire, mais il y a encore beaucoup de victoires à remporter. Et pour cela, il faut se battre.

La campagne Fà Nazione bat son plein ; la plus actif peut-être.

C’est important pour nous. Ce qui se passera dimanche prochain déterminera la présence de Corsica Libera. Nous sommes le courant historique du [nationalisme]; J’ai plaisanté tout à l’heure en disant que les autres courants sont issus de nous, mais c’est le nôtre, à travers des luttes et des sacrifices divers, qui a fait tant de progrès pour la Corse, même s’ils n’ont pas suffi.

Cela fait 40 ans que cela s’est passé : la Corse avait un statut particulier, la France au XVIIIe siècle. la réouverture de l’Université de Corse au XVIe siècle, la protection du littoral… C’est grâce à notre travail et surtout au travail clandestin du FLNC [Front de Libération Nationale Corse] ; à eux, bien sûr, nous avons toujours exprimé notre solidarité.

Il est donc important pour nous de terminer le plus haut possible au premier tour, d’avoir plus de 7% des [protections] nécessaires pour passer au second tour, et d’avoir Corsica Libera au centre de la prochaine majorité.

Cette année, les trois forces politiques qui composent Pè a Corsica sont présentes : Femu a Corsica, Corsica Libera et le PNC. Vous y attendiez-vous ? Et tu étais prêt ?

sur ce lien https://www.berria.eus/

Non. Bien que nous ayons critiqué le bilan, nous avons travaillé pour l’unité jusqu’au bout. Il fallait maintenir une majorité nationaliste, tant qu’elle restait dans sa cohérence. Il n’y a pas eu beaucoup de lutte de notre part, c’est vrai, car Paris a toujours refusé tous les éléments de notre projet ; n’oublions pas qu’en 2017 la majorité absolue des Corses a approuvé ce projet.

Paris nie la démocratie, et c’est très grave. Bien sûr, la majorité a rencontré de nombreuses difficultés, et cela a été difficile. Nous pensions avoir besoin d’une position plus ferme ; oui, sans revenir à la situation de la Corse il y a vingt ans, car le monde a changé. Mais nous étions convaincus qu’avec le pouvoir dont nous disposions, nous pouvions forcer une relation de force avec les représentants de la communauté corse, la population, les associations, les syndicats et les militants.

Non pas pour le plaisir de le faire, mais parce que nous sommes confrontés à l’annulation de tous les domaines d’un projet.

Ensuite, je vous reparlerai de Paris. Au vu des votes, êtes-vous favorable à un regroupement au second tour ? Avez-vous eu des conversations à ce sujet dans la campagne?

Non, nous n’en avons pas encore eu, et nous ne parlons pas de cela. Les négociations ont été arrêtées avant le premier tour, et nous n’avons pas d’accord pour le second tour. Les Corses nous donneront confiance, puis créeront une nouvelle majorité. Nous sommes clairs que les idées doivent guider l’action politique, car nous ne parviendrons pas à un accord si les sièges doivent être partagés entre nous.

Nos deux anciens alliés ont complété leurs listes, et elles sont politiquement incohérentes, puisqu’elles incluent des hommes politiques issus de secteurs très éloignés du nationalisme corse. Il n’y a pas de cohérence du point de vue des idées. La nôtre, par contre, est une liste militante, sur l’idée nationale, et sur les fondements du nationalisme.

Au cours de la dernière législature, le groupe parlementaire de la Corse Libre et moi-même avons travaillé en tant que Président de l’Assemblée pour développer des projets spécifiques : par exemple, l’innovation sociale…

sur ce lien https://www.berria.eus/

Egalement un revenu universel de 500 euros.

sur ce lien https://www.berria.eus/

C’est ça. Cela fait quatre ans que nous travaillons dessus, et techniquement, il peut être lancé demain. Il est vrai que l’année dernière c’est devenu une préoccupation majeure en raison de la crise économique, mais nous avions trois ans d’avance, car nous avons travaillé avec les meilleurs experts internationaux…

Nous avons également développé plusieurs autres numéros : une lettre sur le travail local par exemple. Nous avons tous, bien entendu, reçu l’aval de l’Assemblée de Corse, et…

Avec le soutien de Femu a Corse et du PNC.

sur ce lien https://www.berria.eus/

Quand j’évoque le statut fiscal et social, quand je vous réfère au revenu universel, le plus important à savoir, c’est qu’ils peuvent entrer en vigueur une fois les votes votés. Ce n’est pas un programme électoral : c’est plus que cela. Qu’est-ce qu’un programme électoral ? Certaines des idées que nous mettons sur papier; parfois ils sont démagogiques, et parfois ils ne donnent pas suite après que les gens ont été élus.

Nous avons plus d’un programme : nous avons des actions cohérentes avec certaines idées. Nos concurrents votants ne sont pas au même niveau : ils ont des programmes, et nous avons un projet prêt à démarrer.

Est-ce que Simeoni voulait vous jeter, toi et le PNC ?

sur ce lien https://www.berria.eus/

Je ne connais rien au PNC. Je pense qu’il y a une volonté de décompter les voix, et c’est une question ridicule, par rapport aux questions actuelles en Corse.

D’un autre côté, on sait que Paris désapprouvait le mouvement indépendantiste jouant un rôle si important dans la majorité. La question peut donc se poser de savoir s’il y a eu une volonté d’être plus compatible avec les désirs de Paris.

Ou Simeoni entend devenir le leader unique et incontesté du mouvement nationaliste. Il est bien connu et bénéficie d’un grand soutien parmi les citoyens.

Il a eu une attitude très personnelle dans sa gouvernance et n’a presque rien laissé entre les mains de ses directeurs exécutifs. J’ai eu l’occasion de dire que ses collaborateurs ont été plus que ses ministres…

Zure alderdiarenekin ere bai?

Oui. Mon cas a été différent car j’étais président de l’Assemblée, et heureusement !

Vous avez appelé à un rééquilibrage entre l’exécutif et le législatif…

sur ce lien https://www.berria.eus/

Pas de rééquilibrage, car le président du conseil exécutif a une grande force en termes de ressources humaines et financières. Le mien a été le moyen de rechercher un équilibre entre les deux pouvoirs. J’ai respecté les pouvoirs de l’organe décisionnel.

Qui sont ou sont vos adversaires ? Le nationaliste, le maire d’Ajaccio, Laurent Marcangeli, qui a réussi à unir la droite ?

Nationalistes, non ; ils sont nos alliés potentiels. Marcangeli n’est pas un adversaire : ses idées et sa stratégie, oui. J’ai une relation avec tout le monde; En Corse, on se connaît tous. Bien sûr, ce n’est pas la même chose d’être un nationaliste corse ou de défendre une Corse française et libérale.

À mon avis, l’un des échecs du président du conseil exécutif a été d’essayer d’atteindre un consensus sur toutes les questions. Si nous ne prenons pas une décision unanime, ce n’est pas grave ; les régimes à l’unanimité absolue ne sont pas les plus démocratiques, à mon avis.

sur ce lien https://www.berria.eus/

Revenons à la position de Paris : la France est-elle toujours un « pays ami » ?

sur ce lien https://www.berria.eus/

Avoir la France comme pays ami a toujours été un objectif. Bien entendu, la France n’agit pas à l’amiable lorsqu’elle rejette un projet qui a été confirmé par la majorité absolue des Corses.

Un pays ami, bien sûr ; nous n’avons pas l’intention de toujours combattre Paris.

Vous avez été impliqué dans le processus de Matignon pour résoudre le conflit, à partir de 1999. A-t-il été plus facile qu’aujourd’hui de négocier avec Paris ?

sur ce lien https://www.berria.eus/

Oui absolument. Les pourparlers ont été loyalement initiés par Lionel Jospin [qui a été Premier ministre français de 1997 à 2002], mais le problème était qu’il ne s’était pas qualifié pour le second tour des élections présidentielles [2002], et le processus de Matignon a été interrompu.

A Paris, faut-il former une nouvelle majorité ?

Oui, mais il doit avoir une base complètement nationaliste.

Cela dépendra aussi de vos anciens alliés…

Cela dépendra des résultats du premier retour, et cela dépendra des alliés. Pour nous, bien sûr, ces alliés seront des nationalistes.

Au cours de votre mandat passé, vous vous êtes entretenu à plusieurs reprises avec des ministres français. Dans le cas des détenus, avez-vous obtenu l’engagement de retirer Yvan Colonna, Alain Ferrandi et Pierre Alessandri du statut de DPS notamment ? Cela semblait être oui, mais il n’y a eu aucun changement.

Ils ont pris des engagements, oui. Après avoir rencontré [Emmanuel Macron] avec le Président de la République française à Ajaccio, et avec [Eric Dupond-Moretti] rencontré le ministre de la Justice à Paris il y a quelques mois, nous étions convaincus que la situation serait débloquée en ce qui concerne le suppression du statut DPS.

Mais il y a eu un changement d’avis, peut-être sous la pression du préfet, et c’est très grave. Dans cette affaire, la France viole ses lois, ses principes. Le statut de DPS n’est pas justifié : c’est une revanche de l’État.

Vous avez la « solidarité » avec le FLNC-Union des Combattants. La clandestinité doit-elle jouer un rôle aujourd’hui ?

S’il est clandestin de nos jours, mais il ne s’exprime pas de la même manière. Ce FLNC et une autre organisation, le 22 octobre, ont fait connaître leur point de vue [ensemble, pour la première fois], et ont expliqué qu’ils livreront une analyse approfondie après le vote.

Certes, compte tenu de l’importance de la clandestinité, l’avis du FLNC pèse lourdement sur la société corse.

Quel avenir pour l’indépendance de la Corse ?

Elle a un grand avenir, car elle va dans le sens de ce qui se passe dans de nombreux pays européens. Nous avons vu ce qui se passe en Catalogne, ce qui se passe en Ecosse, la situation de nos compatriotes kanaks… Ces derniers ne sont pas géographiquement en Europe, mais ils ont une relation étroite avec elle… Nous avons été récemment rejoints par un indépendantiste. ministre, Mickael Forrest du FLNKS, et nous entretenons des relations étroites avec les représentants de ces nations.

L’indépendantisme n’est pas l’un des enjeux du vote cette année, mais l’indépendance sera au centre du débat pour les années à venir. Vous avez vu l’évolution de la Catalogne : il y a quelques années, un nouveau type d’autonomie était la position dominante, et aujourd’hui c’est l’indépendance.

Talamoni, c’est 40 ans de militantisme, 30 ans de carrière politique. Cette année sera-t-elle votre dernier vote ?

Le dernier, le dernier…

En tant que candidat.

sur ce lien https://www.berria.eus/

Ez dut bozetara aurkezteko asmorik 90 urte ditudan arte. Maintenant, je serai candidat parce qu’on m’a demandé de le faire et parce que nous n’avions pas prévu initialement de déposer notre candidature ; nous avions planifié la candidature beaucoup plus facilement. Si nous nous soumettions ensemble, nous étions sûrs de gagner.

La situation a été difficile, et j’ai accepté d’être en tête de liste ; ne pas le faire entraînerait l’abandon du poste. Cela dit, j’ai entraîné les jeunes, et la suite est garantie. Il est clair que je donne le relais si c’était ta question. Personnellement, j’ai beaucoup transmis.

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: