Nouveau défi « le retour des prisonniers à la maison » – #Corse #Dispersion

(Unità Naziunale – Lutte internationale – Publié le 12 juin 2021 Après avoir constaté que les prisons du Levant et d’Andalousie se vident et confiant que ceux qui sont encore éparpillés dans les prisons du nord de l’Etat seront bientôt localisés dans les prisons du Pays basque, Sare lance sa nouvelle stratégie, Etxerako Bidean, en laquelle il parie l’application de la législation pénitentiaire ordinaire pour obtenir le retour des détenus dans leurs foyers.

La politique de dispersion des prisonniers politiques basques a commencé il y a plus de 34 ans, et selon Sare, nous sommes confrontés aux dernières mesures de cette mélodie sinistre qui a causé tant de souffrances aux prisonniers et à leurs familles et amis et qui a tant conditionné politique au Pays basque.

Certains détenus basques sont toujours incarcérés dans le sud de la péninsule ibérique, mais ils devraient être transférés dans des prisons plus proches du Pays basque dans les semaines à venir. Et malgré cette nouvelle réalité, un nombre important de détenus continuent d’être dispersés dans toute la moitié nord de la Péninsule et attendent leur localisation dans les prisons du Pays Basque. C’est alors que Sare propose de commencer à parler de « normaliser la coexistence dans notre pays ». « Son implantation au Pays basque continue d’être un objectif indispensable pour une grande partie de la société basque », soulignent-ils du réseau de solidarité.

Concernant l’adoption de pouvoirs pénitentiaires par l’Administration basque, Sare ne doute pas qu’« une nouvelle politique pénitentiaire à caractère humaniste et visant à remplacer, avec l’étude préalable de chacun des cas, les peines de privation de liberté seront appliquées. pour d’autres plus en phase avec la nouvelle situation dans laquelle nous vivons ». Pour cette raison, Sare estime qu’il est essentiel que tous les détenus basques soient transférés dans les prisons du Pays basque et que les mesures pénitentiaires correspondantes soient appliquées.

Sare félicite la société basque pour le travail accompli depuis des années « en dehors des idéologies et affiliations partisanes » dans son engagement « pour la fin de la violation des droits humains des prisonniers basques ».

Etxerako Bidean, la nouvelle stratégie de Sare pour le retour des détenus
Le prochain défi de Sare commence donc maintenant, et ce n’est autre que de ramener à la maison tous ceux qui ont subi des représailles. « Nous réclamons l’amortissement d’une police pénitentiaire exceptionnelle, fondée sur le droit pénal de l’ennemi et conçue pour le passé, et la remplaçant par une autre fondée sur le droit commun. De cette façon, la punition et la simple rétribution deviennent des principes qui violent l’esprit et la lettre des règles, et sont déplacés par ceux de l’humanité, de la réparation et de la coexistence », explique Sare, qui appelle la nouvelle stratégie « Etxerako Bidean » et la dynamique que Sare va développer avec le travail accompli jusqu’à présent en faveur de la coexistence, de la résolution et de la paix.

Sare indique que la libération des personnes gravement malades et des personnes âgées de plus de 70 ans doit commencer en premier lieu, et rappelle que plus de 90 % de ces personnes sont incarcérées, si elles n’avaient pas fait l’objet d’une politique de classement fondée sur des critères strictement critères politiques. , aurait pu jouir, avec les normes pénitentiaires ordinaires, des autorisations propres du deuxième degré, se situant il y a quelque temps au seuil du troisième degré et avec l’accomplissement des peines en semi-liberté.

Sare rappelle également que plus d’un tiers ont purgé – dans certains cas depuis longtemps – 3⁄4 des peines prononcées par les tribunaux. Avec l’application d’une politique pénitentiaire non exceptionnelle, ils auraient atteint le troisième degré et auraient obtenu la libération conditionnelle.

En outre, environ 60 prisonniers basques qui ont été jugés et condamnés après l’approbation de la loi organique 7/2003, des mesures de réforme pour l’exécution pleine et effective des peines – avec jusqu’à 40 ans de privation effective de liberté et des limitations insurmontables afin de accès au troisième degré et à la libération conditionnelle, ils étaient soumis à des réglementations exceptionnelles qui, de l’avis de Sare, doivent être reconverties en réglementations ordinaires.

D’autre part, 50 autres détenus qui ont déjà purgé leur peine dans les prisons d’État françaises sont soumis à une loi rédigée ad hominem, uniquement pour les détenus basques, la loi organique 7/2014 sur l’échange d’informations sur les casiers judiciaires et l’examen de l’UE décisions de justice, législation exceptionnelle, qui les empêche de calculer le temps passé en prison dans l’UE. Cette loi a été rédigée avec l’inclusion de clauses visant spécifiquement à éviter un tel calcul dans le cas des détenus basques

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: