Breaking News

« La communauté mapuche de Pucón revendique la récupération de ses territoires usurpés » – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte internationale – Publié le 30 mars 2021 – Source«Nous communiquons que nous déclarons la superficie de notre communauté, aujourd’hui, entre des mains privées comme » Terre en Récupération « et que nous utiliserons toutes les ressources nationales et internationales pour la récupérer et nous considérerons nulle et non avenue toute action de vente , transfert, construction de chalets ou de toute autre installation qu’ils ont l’intention d’y construire », affirme la communauté mapuche de la réserve indigène Manuel Huaiquivir de Quelhue de la commune de Pucón.

 



DÉCLARATION PUBLIQUE

                                                                               Quelhue, 29/03/2021.

La communauté de réserve indigène Manuel Huaiquivir de Quelhue de la commune de Pucón, s’adresse à l’opinion publique pour communiquer ce qui suit:

Kiñe: En 1908, les autorités gouvernementales de l’époque «accordèrent» un titre Merced (N ° 1757) au nom de Manuel Huaiquivir. Bien que les limites soient claires dans le document, les vols de terres n’ont pas cessé et se sont accompagnés de discrimination, de déni de justice et d’autres violations des droits de l’homme.

Epu: En 1932, le mariage de Toribio Cañuquir (Cayuñir) Calfuñir (Calfunao) et Margarita (Trayen) Huaiquifil Huenupe avec leurs enfants, ont été expulsés et dépossédés sous la menace d’une arme à feu; Ils ont brûlé leur ruka là où ils vivaient, détruit leurs récoltes avec des chevaux et soumis à la torture le couple marié et leurs enfants plus âgés. Au plus fort des outrages, les policiers – avec une grande violence et arrogance – ont jeté leur guagüita en bas de la colline, heurtant le tronc d’un arbre, mourant immédiatement. Toute la communauté a été battue.

Kula: L’un des instigateurs de l’expulsion était Manuel Córdova (marié à Margarita del Carmen Jara Silva) qui a payé un groupe de policiers pour commettre les méfaits susmentionnés. Córdova s’est installé dans la communauté en tant que garde forestier et en 1982, il a demandé aux actifs nationaux de céder un terrain à la communauté, dont il apparaissait comme le propriétaire, bien que le titre Merced établisse le contraire.

Meli: Actuellement, Andrés Muñoz occupe cette terre, qui n’a même pas de lien familial avec Manuel Córdova ou Margarita Jara, puisqu’il était leur majordome, qui les a escroqués en leur faisant signer un testament et a attribué la «propriété» de Córdova. Muñoz a subdivisé et vendu des terres; L’un des acheteurs dont le nom de famille est Arcaya, qui via un contrat avec la General Electricity Company (CGE) a construit – sans le consentement de la communauté – une tour de télécommunications. C’est la seule construction qui existe sur ce terrain.

Kechu: Récemment, «un acheteur» a embauché des voisins qui jouxtent «son terrain» pour abattre des arbres afin de permettre l’entrée d’une pelle rétrocaveuse et construire un chemin privé avec l’intention d’entrer des matériaux pour construire des cabanes. Il est à noter qu’il existe un site spirituel et sacré pour la communauté.

Kayu: Aujourd’hui, en tant qu’héritiers directs, nous sommes prêts à exiger les droits établis (au niveau national et international) qui – en tant que membre d’un peuple autochtone – nous correspondent et à transmettre aux générations futures l’histoire et les valeurs que nos ancêtres nous ont enseignées , avant cela rien du respect total du Ñuke Mapu et de tout ce qu’elle implique.

Exigence: Conformément à la philosophie et à la lettre de la Convention n ° 169 de l’OIT, de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et d’autres instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme, les peuples et communautés autochtones ont des droits inaliénables sur leurs terres et territoires, y compris ressources (matérielles et spirituelles) qu’elles contiennent. Conformément aux dispositions des instruments internationaux susmentionnés, nous exigeons et exigeons la restitution immédiate des terres occupées et transférées par Manuel Córdova.

Pure: Nous soulignons que, selon la jurisprudence internationale établie, les instruments susmentionnés établissent une compensation aux peuples et communautés autochtones pour les violations (passées ou présentes) de leurs droits ou pour des actes qui affectent (ou ont affecté) leurs ressources et / ou héritages culturels, cela comprend les sites cérémoniels et sacrés.

Aylla: Nous communiquons que nous déclarons la superficie de notre communauté, aujourd’hui, entre des mains privées comme « Terre en redressement » et que nous utiliserons toutes les ressources nationales et internationales pour la récupérer et nous considérerons nulle et non avenue toute action de vente, transfert, construction de chalets ou de toute autre installation qui est destinée à y être construite.

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: