Le 1er mars 1981, il y a 40 ans, Bobby Sands entamait le premier jour de sa grève de la faim – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte internationale – Publié le 1er mars) Le premier jour de sa grève de la faim, il écrivit: 

Dimanche 1er Mars 1981

Je me tiens au seuil d’un autre monde tremblant. Que Dieu ait pitié de mon âme.

J’ai très mal au cœur parce que je sais que j’ai brisé le cœur de ma pauvre mère et que ma maison est frappée d’une anxiété insupportable. Mais j’ai examiné tous les arguments et essayé tous les moyens pour éviter ce qui est devenu l’inévitable: cela a été imposé à moi et à mes camarades par quatre ans et demi de cruelle inhumanité.

Je suis un prisonnier politique. Je suis un prisonnier politique parce que je suis victime d’une guerre perpétuelle qui se déroule entre le peuple irlandais opprimé et un régime étranger, oppressif et indésirable qui refuse de se retirer de notre terre.

Je crois et je soutiens le droit que Dieu a donné à la nation irlandaise à l’indépendance souveraine, et le droit de tout Irlandais ou femme d’affirmer ce droit dans une révolution armée. C’est pourquoi je suis incarcéré, nu et torturé.

Version originale :

Sunday 1st I am standing on the threshold of another trembling world. May God have mercy on my soul. My heart is very sore because I know that I have broken my poor mother’s heart, and my home is struck with unbearable anxiety. But I have considered all the arguments and tried every means to avoid what has become the unavoidable: it has been forced upon me and my comrades by four-and-a-half years of stark inhumanity. I am a political prisoner. I am a political prisoner because I am a casualty of a perennial war that is being fought between the oppressed Irish people and an alien, oppressive, unwanted regime that refuses to withdraw from our land. I believe and stand by the God-given right of the Irish nation to sovereign independence, and the right of any Irishman or woman to assert this right in armed revolution. That is why I am incarcerated, naked and tortured.

Bobby Sands pensait que sa mort pouvait garantir d’obtenir les cinq revendications et de sauver la vie de ses collègues grévistes de la faim. Pendant les 17 premiers jours de la grève de la faim, il a tenu un journal secret dans lequel il a écrit ses pensées et ses opinions, principalement en anglais mais parfois en irlandais.

Le 1er mars 1976, le statut spécial (prisonnier politique) a été aboli. Condamné à quatorze années de prison, Bobby Sands devient un droit commun. Comme les autres, il refuse le costume carcéral. Comme les autres, il vit nu, recouvert de sa seule couverture de lit. Plus de visite, plus de courrier, plus rien. Un matin de 1978, alors que des centaines de républicains vivent nus depuis deux ans, les Britanniques décident de confisquer leurs tinettes. Sands et les autres urinent sur le sol et répandent leurs excréments sur les murs des cellules. Les douches leur sont interdites. Ils sont lavés au jet.

Son histoire sur cet article : 

Il y a 40 ans Margaret Thatcher laissait mourir de faim en prison Robert Gerard Sands #BobbySands – #Corse

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: