Breaking News

Occupation de la Préfecture en soutien à Alessandri et Ferrandi – Répression coloniale – Réactions du mouvement national #Corse

(Unità Naziunale – Lutte de masse – Publié le 22 février 2021 – publié à 13h30) Des jeunes militants corses dont le propre fils d’Alain Ferrandi, Simon Pà, sont parvenus à s’introduire dans la préfecture d’Ajaccio, ce lundi aux alentours de 9h40, afin de porter un message symbolique au sein même des instituions de l’Etat.

Ils ont déployé deux banderoles « Libartà pà Ferrandi » et une avec le portrait d’Alain Ferrandi et Pierre Alessandri. Ils voulaient rencontrer le Préfet de Corse afin de débattre du dossier d’Alain Ferrandi et de Pierre Alessandri. (DPS, rapprochement, libération)

En réponse à cette action pacifique et symbolique un important dispositif de police est entré dans la préfecture pour les déloger.

Délogés sans ménagement et avec violence, les militants ont été soigné pour certains par les services de secours et portés pour un examen à l’hôpital.



(16h30) Rassemblement devant la Préfecture de Bastia.

(16h00) Rassemblement devant la sous préfecture de Corti

(16h00) Réunion des Présidents de groupes de l’Assemblée de Corse

(15h00) Appel à rassemblement à 16h devant la sous préfecture de Corti et 16h30 devant la préfecture de Bastia (Ghjuventù Libera, Ghjuventù Naziunalista, Cunsulta di a Ghjuventù Corsa, Ghjuventù Indipendentista, core in fronte, patriotti, A Muvra…)

(13h28) Rassemblement devant l’hôpital à l’appe de Sulidarità

(13h20) Face à la situation le Président de l’Assemblée de Corse a convoqué une réunion des présidents de groupes de l’Assemblée de Corse aujourd’hui même à 16h.



Voici le texte pour cette action :

Le 22 décembre 2020, le Premier ministre Jean Castex a émis un avis défavorable concernant le retrait du statut de Détenu Particulièrement Signalé pour Alain FERRANDI et Pierre ALESSANDRI. Celui-ci a statué après avoir interdit au ministre de la justice Éric Dupont-Moretti de se prononcer sur cette affaire prétextant un conflit d’intérêts de nature à nuire à son intégrité ministérielle.

Ce refus, éminemment politique est la traduction d’une volonté de l’état d’aller au-delà de la condamnation prononcée par la JUSTICE RÉPUBLICAINE prétendument INDÉPENDANTE. Il s’appuie sur des arguments fallacieux et infondés, au regard du comportement irréprochable de ces deux hommes durant leurs 22 années de détention.
Étant CONDITIONNABLES DEPUIS 4 ANS, et ayants l’aval des commissions spécifiques chargées de délibérer sur leur retrait du statut de DPS, leur maintien à ce registre est la preuve d’un DENI DEMOCRATIQUE ET JURIDIQUE assumé visant à assouvir une vengeance d’état.

Suite au vote à l’unanimité de l’assemblée de Corse et à la signature d’une majorité de mairies insulaires qui se sont prononcées favorablement pour la radiation de ces détenus du registre des DPS,

suite à de nombreuses manifestations populaires organisées sur l’ensemble du territoire, notamment celle de Corte le 30 janvier dernier qui a mobilisé l’entièreté du tissu politique et associatif corse,

suite aux innombrables recours administratifs menés en vain par les avocats des deux hommes et à l’indignation générale de toute la société, nous nous trouvons aujourd’hui dans l’obligation de franchir un pas dans la mobilisation afin de faire appliquer la loi et respecter les droits de l’Homme.

Conscients de se trouver aujourd’hui face à une situation fragile qui va au-delà du destin de deux prisonniers, remettant à la fois en cause la séparation des pouvoirs et le respect des droits et de la volonté du peuple corse.

Nous sommes contraints, en tant que jeunes militants de milieux socio-professionnels différents et sans aucune bannière politique, de mener cette action.

Nous réclamons de la part de l’état une cohérence dans le traitement de ce dossier.

Nous exigeons DÈS AUJOURD’HUI la radiation de Pierre ALESSANDRI et Alain FERRANDI du registre des détenus particulièrement signalés et un engagement écrit du Président français et son premier ministre sur une date de rapprochement dans les plus brefs délais qui permettra aux deux hommes de bénéficier d’un aménagement de peine sur leur terre et près de leur famille en vue de leur libération.



Les réactions :

« Pour le départ du préfet Lelarge »

Ce matin, de jeunes corses, militants nationalistes, ont mené une action légitime de protestation face à la situation inique infligée aux personnes condamnées dans l’affaire Erignac. Leur revendication, à savoir la levée du statut de DPS et le rapprochement sans délai de Pierre Alessandri et Alain Ferrandi fait l’objet d’une adhésion extrêmement large au sein de la société, et même d’un vote unanime de l’Assemblée de Corse. Elle procède de l’application du droit autant que de la justice. L’action de ces jeunes militants a été menée sereinement au sein du Palais Lantivy qui, bien que propriété de la Corse et de l’institution qui la représente, demeure par ailleurs occupé, pour partie et depuis trop longtemps déjà, par la préfecture. C’est d’ailleurs à l’adresse de cette institution que les revendications des manifestants étaient adressées. La mobilisation s’est conclue par des violences policières d’une gravité inacceptable. À la suite de quoi, plusieurs jeunes militants ont été blessés et conduits à l’hôpital d’Aiacciu pour y recevoir des soins. Les images de ces jeunes Corses ensanglantés, diffusés par les différents médias et réseaux sociaux, sont intolérables. Dans cette affaire, la responsabilité du préfet de Corse est caractérisée. Malheureusement, cet épisode s’inscrit déjà dans une longue liste de déclarations ou de décisions hostiles à toute prise en compte des aspirations portées par la Corse, son peuple et sa représentation élue. Il serait ici fastidieux et inutile d’en dresser la litanie. Si les préfets ne sont, par définition, qu’un rouage de la politique de l’Etat français en Corse, il est néanmoins manifeste que le préfet Lelarge joue un rôle particulièrement délétère dans la situation que connaît la Corse. Face au caractère constant de cette attitude et à l’extrême gravité des événements de ces dernières heures, Pascal Lelarge est définitivement disqualifié pour occuper un poste de responsabilité sur la terre de Corse. Nous demandons son départ immédiat.

Communiqué de Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse et Petru Antone Tomasi, Président du groupe Corsica Libera



Président de l’Assemblée de Corse :

Communiqué de Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse L’opposition absente de la Conférence des Présidents de l’Assemblée de Corse Suite aux événements de ce matin, j’ai, comme annoncé, réuni la Conférence des présidents de groupes de l’Assemblée de Corse. Il me semblait en effet que la violence exercée contre de jeunes Corses ayant demandé, pacifiquement, que soit prise en compte la position unanime de l’Assemblée de Corse sur la levée du statut de DPS des personnes condamnées dans l’affaire Erignac, concernait l’ensemble des élus corses. Les trois Présidents de groupes de la majorité étaient présents à cette réunion, ainsi que le Président du Conseil exécutif. Toutefois, les trois groupes d’opposition étaient absents, faisant savoir au secrétariat général de l’Assemblée que cette absence était volontaire. J’en prends acte à regret. Les groupes communiqueront donc séparément sur le fond. En ce qui concerne la présidence de l’Assemblée et le groupe Corsica Libera, une position sera publiée dès aujourd’hui.

+

A l’injustice s’ajoute la violence policière Comme à son habitude, Paris a privilégié, sur le dialogue, la répression débridée. Après une manifestation purement pacifique, de jeunes Corses sont sortis de la Préfecture le visage ensanglanté. Les institutions corses ne peuvent demeurer inertes face à de telles violences policières contre notre jeunesse. Après échanges avec certains des jeunes et leurs familles, j’ai convoqué pour demain une réunion de la conférence des présidents de groupes de l’Assemblée de Corse afin de réagir fermement à cette agression et rechercher ensemble les moyens de traiter le problème de fond.

+

De jeunes Corses occupent actuellement le Palais Lantivy pour dénoncer la situation faite aux personnes condamnées dans l’affaire Erignac. Il est vrai qu’à cet égard l’attitude de Paris relève d’un véritable scandale. L’Etat français violant ouvertement ses propres lois, ainsi que les textes internationaux. Je tiens à apporter mon soutien politique et fraternel aux jeunes Corses manifestant ce jour leur solidarité aux prisonniers et à leurs familles.


Députés de la Corse et Sénateur (Acquaviva, Colombani, Castellani et Parigi) dans un communiqué commun

En notre qualité de parlementaires corse, nous n’avons eu de cesse au cours des dernières semaines d’alerter le Gouvernement sur le profond sentiment d’injustice et d’indignation qu’engendrait en Corse la décision de maintenir le statut de DPS de Messieurs Alain Ferrandi et Pierre Alessandri.

Cette décision, prise au mépris du droit, donne aux Corses le sentiment légitime d’une logique de vengeance d’Etat qui va à l’encontre de tous les efforts d’apaisement menés en Corse depuis plusieurs années.

L’Etat ayant choisi d’ignorer les revendications des élus de la Corse ainsi que du peuple Corse fortement mobilisé lors d’une manifestation à Corti le 30 janvier dernier, a fermé la voie d’une solution politique d’apaisement.

Face à cette injustice, de jeunes Corses ont décidé aujourd’hui d’occuper le Palais Lantivy afin de dénoncer la situation abusive et inéquitable de ces deux détenus et de réclamer une application du droit et leur retour dans l’île. Ils ont été délogé violemment par les services de police et plusieurs d’entre eux ont été blessés et transportés à l’hôpital.

Nous apportons notre entier soutien à ces jeunes militants et dénonçons fermement la réponse répressive et violente de l’Etat à cette action pacifique.

 


Associu Sulidarità:

Rassemblement immédiat devant l’hôpital d’Aiacciu ! Suite au guet apens dont ont été victimes les jeunes qui occupaient la préfecture ce matin, plusieurs jeunes ont été blessés et transportés à l’hôpital d’Aiacciu. Nous assurons ces jeunes de notre soutien sans faille et appelons les Corses à monter massivement les soutenir !
Di pettu à a viulenza di u Statu, seremu Sulidarii di a nostra Ghjuventù !

+

L’Associu Sulidarità tient à apporter son soutien aux jeunes qui ont effectué ce matin une action symbolique dans la préfecture d’Aiacciu pour demander la libération de Petru Alessandri et Alanu Ferrandi.Nous nous insurgeons contre la mobilisation immédiate de « forces de l’ordre » lourdement équipées pour aller déloger ces jeunes qui protestaient symboliquement contre l’arbitraire d’un état en pleine dérive autoritaire. Nous restons extrêmement vigilants à l’évolution de la situation. La position maximaliste et bloquée de l’état génère des actions plus fortes de la part de notre peuple. Libertà per tutt’i Patriotti !


Corsica Libera : Depuis quelques jours, fidèle à elle-même, la jeunesse corse prend son avenir en mains. Après Ghjuventù Libera, ce samedi, de jeunes patriotes ont décidé ce matin d’interpeller le représentant de l’Etat français en Corse. En occupant les locaux du Palais Lantivy, ils dénoncent le sort inique réservé aux prisonniers politiques protagonistes de l’affaire Erignac et otages d’une véritable vengeance d’État. Une fois encore, le gouvernement français a décidé de fermer les portes du dialogue pour recourir à une répression aveugle; l’intervention violente et disproportionnée des forces de l’ordre en fait la preuve. CORSICA LIBERA tient à apporter son soutien plein et entier à tous les jeunes patriotes que cette situation révolte et qui tiennent à exprimer leur indignation devant un État colonial, déloyal et cynique. Nous appelons le peuple corse à exprimer sa solidarité aux forces vives de notre Nation en les accompagnant dans leurs revendications et sur tous les terrains de lutte. CORSICA LIBERA réitère la demande de levée du statut de DPS et le rapprochement immédiat d’Alanu Ferrandi et Petru Alessandri et appelle tous ses militants à renforcer toutes actions allant dans ce sens, le sens de l’Histoire.Forza ghjuventù, l’avvene sì tù!



Partitu di a Nazione Corsa : Le PNC apporte son soutien aux jeunes corses qui ont occupé le palais Lantivy de façon symbolique afin de dénoncer la situation de Pierre Alessandri et Alain Ferrandi et d’obtenir leur retour en Corse. Il est scandaleux de constater que l’État est toujours prompt à s’inscrire dans une logique répressive en mobilisant les forces de l’ordre contre des jeunes corses alors qu’il ne respecte pas ses propres lois et les textes internationaux en matière de justice. Nous condamnons fermement cette dérive autoritaire et les violences physiques, en réponse à ces jeunes qui se mobilisent pacifiquement pour demander la simple application du droit. Le palais Lantivy appartenant à la Collectivité de Corse, le peuple corse ne saurait tolérer que les forces de l’ordre y pénètrent avec force et violence..



L’Ora di u ritornu : Hier, en début de matinée, de jeunes Corses se sont introduits dans l’enceinte de la préfecture de Corse pour manifester leur indignation, leur incompréhension, leur colère légitime face aux tergiversations gouvernementales qui, depuis 4 ans, bafouent le droit et s’exonèrent des dispositions législatives en matière de réinsertion sociale et familiale dans le dossier de rapprochement de messieurs P. ALESSANDRI et A. FERRANDI. L’ora di u ritornu apporte son soutien fraternel aux jeunes manifestants qui, à travers cette occupation, ont voulu dénoncer des agissements antidémocratiques qui portent gravement atteinte à l’esprit de la loi et à la primauté des droits qui s’attachent à l’intégrité des personnes. L’ora di u ritornu condamne les agissements d’une police aux ordres qui privilégie, une nouvelle fois, la matraque à la concertation et au dialogue. Nous ne pouvons qu’être révolté de voir des jeunes hommes sortir d’une préfecture, la tête ensanglantée et le visage bouffi par les coups. L’ora di u ritornu demande avec solennité que ce dossier soit enfin pris en charge comme il se doit par les autorités préfectorales et gouvernementales. Qu’il soit relayé avec diligence et fermeté par nos élus territoriaux au premier rang desquels le président de l’exécutif territorial ainsi que le président de l’Assemblée de Corse. Enfin qu’il soit porté avec pugnacité et efficacité par nos parlementaires nationaux. Cette situation d’injustice et de souffrance porte en elle les prémices d’affrontements qui risquent une nouvelle fois de déboucher sur l’escalade dans les provocations et la surenchère dans les comportements. L’ora di u ritornu demande solennellement que dans le cadre du respect des droits et l’application de la loi Pierre ALESSANDRI et Alain FERRANDI soient rapprochés de leurs familles dans les meilleurs délais. Qu’aucune poursuite pénale et civile ne soit engagée à l’encontre des jeunes manifestants d’AIACCIU.



Député Paul-André Colombani
J’apporte mon entier soutien aux jeunes militants qui ont occupé pacifiquement la préfecture pour dénoncer l’injustice de la situation de Alain Ferrandi et Pierre Alessandri et je condamne la réponse violente et répressive de l’État qui a conduit à l’hospitalisation de plusieurs d’entre eux.



Sénateur Paulu Santu Pariggi : Occupazione pacifica di a prefettura in Aiacciu per #Ferrandi è #Alessandri. U mio sustegnu è tutta a mio sulidarità.



Maire de Portivechju, Jean-Christophe Angelini ; SUSTEGNU Il est inconcevable et indigne que face à l’acte pacifique de jeunes corses, la réponse soit encore une fois répressive et violente. Mon entier soutien à cette action, à ces militants et aux démarches engagées en faveur du retour dans l’île de Petru Alessandri et d’Alanu Ferrandi.



Ghjuventù Naziunalista Nous apportons tout notre soutien aux jeunes corses qui ont occupé pacifiquement ce matin la préfecture d’Aiacciu pour demander la levée du statut du DPS d’Alain Ferrandi et Pierre Alessandri. Une fois de plus l’Etat français a répondu à cette occupation pacifique par la violence ! Nous tenons à demander une fois de plus l’application du droit comme nous l’avons voté à l’unanimité lors de notre dernière séance de l’assemblea di a giuventù. Nous appelons également au rassemblement organisé à 16h aujourd’hui devant la sous-préfecture de Corti et à 16h30 devant la Préfecture de Bastia. Sustegnu a ‘ssi ghjovani, sustegnu a Alanu e Petru !



APPEL des syndicats étudiants, lycées : Suite aux événements de ce matin, nous, jeunesse corse, tenons à apporter notre soutien aux jeunes agressés lors de l’occupation pacifique de la préfecture d’Ajaccio. Il est inadmissible que les forces d’occupations coloniales se permettent de matraquer des corses tentant d’engager un processus d’apaisement. Non content de l’agression physique gratuite, le préfet choisit de répondre aux discussions par l’oppression et la bavure policière, donnant l’ordre d’interpeller à l’hôpital les jeunes victimes de ces violences. Interpellations qui n’ont pas eu lieu grâce au soutien et l’aide d’une forte mobilisation. Nous appelons donc l’ensemble du peuple corse à se réunir devant la sous-prefecture de Corte aujourd’hui, lundi 22 février, à 16h et devant la préfecture de Bastia à 16h30



Ghjuventù Indipendentista apporte tout son soutien aux jeunes qui ont ce matin, occupé le bureau du responsable de la sécurité à la préfecture d’Aiacciu pour obtenir le rapprochement et la radiation des statuts de DPS de Alain Ferrandi et Pierre Alessandri. Depuis tant d’années, rien n’est fait pour ces deux patriotes qui restent enfermés et oubliés de l’état loin des leurs et de leur île. Le maintien du statut de DPS et le non rapprochement de ces patriotes montre bien la justice à deux niveaux orchestrée par l’État, justice que nous ne pouvons donc accepter. A ghjuventù Indipendentista se tient prête pour toute future mobilisation!!! Oghje è più chè mai, libertà per tutti i patriotti!!! A nostra cuscenza hè resistenza !!



Ghjuventù Paolina porta u so sustegnu à i militanti ch’anu occupatu a prefettura sta mane in Aiacciu per dumandà u ritiru di Petru Alessandri è Alanu Ferrandi di u rigistru DPS. Torna una volta, di pettu à un azzione pacifica u statu franceseci risponde cù viulenza. Sta risposta di u statu ùn pò risolve nisunu prublema. Tenimu à porghje li u nostru sustegnu è CHJAMEMU l’inseme di u muvimentu naziunale è ogni parsona chì ha cuscenza di s’inghjustizia à stù pronte à mubilizà si.



Ghjuventù Libera tene à purtà u so sustegnu à i militanti ch’anu occupatu sta mane a Prifettura d’Aiacciu.Dinunziemu a scelta di u prifettu di fà usu di a viulenza contr’à sti ghjovani chì sò stati tichjati di colpi da è milizie di u Statu.St’evenimentu hè una nova prova di a necessità di vede u Guvernatore Lelarge andassi ne di Corsica.Sustegnu maiò à i ghjovani d’Aiacciu !Libertà pà i Patriotti !



Cunsulta di a Ghjuventù Corsa : Soutien total aux jeunes militants s’étant mobilisés aujourd’hui pour demander une nouvelle fois la levée du statut de DPS pour Alain Ferrandi et Petru Alessandri. Combien de délibérations, de mobilisations populaires faudra-t-il pour que l’Etat respecte le droit le plus fondamental pour ces militants ? Dans quel Etat de droit, la justice est-elle rendue par le Premier Ministre ?



Associu Tocc’A Noi : Compte tenu de la gravité de la situation, nous sortons aujourd’hui de notre silence afin de réaffirmer notre soutien fraternel aux jeunes militants qui ont occupé aujourd’hui pacifiquement les locaux de la préfecture. Face aux revendications légitimes qu’ils étaient venus défendre, les seules réponses obtenues ont été un déferlement de violences policières ; des coups de matraques sanglants et une expulsion par la force ! Nous tenons à dénoncer cet acharnement répressif qui s’est à nouveau manifesté ! Cette situation est inacceptable et ne peut que mener dans une impasse. Face à ces injustices, notre Peuple doit plus que jamais resté mobilisé ! Nous appelons également le mouvement national à se rassembler de la manière la plus large possible. Nous demeurons, à ce titre, attentif quant aux éventuelles actions communes qui seront envisagées et aux mobilisations populaires à venir. SUSTEGNU MAIÒ À I NOSTRI PATRIOTTI !!! OGHJE PIÙ CHE MAI, LOTTEMU INSEME PÀ UN AVVENE GHJUSTU !!!



Cullittivu I Liceani Corsi : Purtemi u nostru sustegnu fraternu à i ghjovani chì si sò mossi sta mani in prifittura d’Aiacciu. L’attitude de l’état français vis à vis de la Corse doit impérativement et radicalement changer. Le statut de DPS, maintenu sans autre justification possible que la vengeance d’état, doit être immédiatement levé.
Alanu è Petru, incarciarati dapoi 22 anni in Francia, devini vultà in tarra soia. U solu dirittu à li parmetta.Tinimi ci pronti pà i mubilizazioni à vena.
Libartà pà Petru, Alanu, è pà tutti i patriotti



Associu A Fianc’à noi : Purtemu u nostru sustegnu à a ghjuventù corsa chì s’hè mubilizata sta mane pè dumandà u ritornu in Corsica d’Alanu Ferrandi è di Petru Alessandri. Chì ghjustizia sia fatta ! Chjamemu ancu noi à l’addunita à 4 ore è mezu di dopu meziornu, davant’à a sottu-prefettura di Corti è davant’à a prefettura di Bastia. «COMMUNIQUÉ DU 22 FÉVRIER 2021 Le 22 décembre 2020, le Premier ministre Jean Castex a émis un avis défavorable concernant le retrait du statut de Détenu Particulièrement Signalé pour Alain FERRANDI et Pierre ALESSANDRI. Celui-ci a statué après avoir interdit au ministre de la justice Éric Dupont-Moretti de se prononcer sur cette affaire prétextant un conflit d’intérêts de nature à nuire à son intégrité ministérielle. Ce refus, éminemment politique est la traduction d’une volonté de l’état d’aller au-delà de la condamnation prononcée par la JUSTICE RÉPUBLICAINE prétendument INDÉPENDANTE. Il s’appuie sur des arguments fallacieux et infondés, au regard du comportement irréprochable de ces deux hommes durant leurs 22 années de détention. Étant CONDITIONNABLES DEPUIS 4 ANS, et ayants l’aval des commissions spécifiques chargées de délibérer sur leur retrait du statut de DPS, leur maintien à ce registre est la preuve d’un DENI DEMOCRATIQUE ET JURIDIQUE assumé visant à assouvir une vengeance d’état. Suite au vote à l’unanimité de l’assemblée de Corse et à la signature d’une majorité de mairies insulaires qui se sont prononcées favorablement pour la radiation de ces détenus du registre des DPS, suite à de nombreuses manifestations populaires organisées sur l’ensemble du territoire, notamment celle de Corte le 30 janvier dernier qui a mobilisé l’entièreté du tissu politique et associatif corse, suite aux innombrables recours administratifs menés en vain par les avocats des deux hommes et à l’indignation générale de toute la société, nous nous trouvons aujourd’hui dans l’obligation de franchir un pas dans la mobilisation afin de faire appliquer la loi et respecter les droits de l’Homme. Conscients de se trouver aujourd’hui face à une situation fragile qui va au-delà du destin de deux prisonniers, remettant à la fois en cause la séparation des pouvoirs et le respect des droits et de la volonté du peuple corse. Nous sommes contraints, en tant que jeunes militants de milieux socio-professionnels différents et sans aucune bannière politique, de mener cette action. Nous réclamons de la part de l’état une cohérence dans le traitement de ce dossier. Nous exigeons DÈS AUJOURD’HUI la radiation de Pierre ALESSANDRI et Alain FERRANDI du registre des détenus particulièrement signalés et un engagement écrit du Président français et son premier ministre sur une date de rapprochement dans les plus brefs délais qui permettra aux deux hommes de bénéficier d’un aménagement de peine sur leur terre et près de leur famille en vue de leur libération.»



Europe Ecologie Les Verts : Europe Ecologie I Verdi est indigné par les actes de violences perpétrés à l’encontre de jeunes gens pacifiques qui ne réclamaient rien d’autre que le droit. Nous attirons l’attention du pouvoir actuel sur les graves conséquences que peuvent avoir sur la société, et la jeunesse, en particulier, de tels comportements des forces dites de l’ordre, pour ne pas dire aux ordres, et qui en l’occurrence sèment le désordre L’ordre ne peut naitre que du respect, de l’écoute et de la juste application des règles.



U Gruppu L’Arcusgi : DI PETTU À L’INGHJUSTIZIA, SUSTEGNU È SULIDARITÀ CÙ A GHJUVENTU IN LOTTA …. ! Intorn’a una bandera populu si piserà Cantend’a la terr’entera l’alba di a so Libertà Fendu risplend’a lumera infine di l’unità Francia tandu moverà in l’umanu a cuscenza Una scelta si ferà un appia tantu speranza Chì corsu ùn si scurderà di tant’anni di suffrenza… Lotta ghjuventù, l’avvene si tù !



Canta u Populu Corsu : Canta u populu Corsu porta u sò sustegnu à Simon Paulu Ferrandi e à i sò cumpagni per a sò azzione in Prefettura d’Aiacciu, dumandendu a Libertà per Ferrandi è Alessandri. Il est clair aujourd’hui, au travers du matraquage sanglant de cette manifestation pacifique par les forces répressives que c’est bien l’Etat français qui est responsable de troubles à l’ordre public en ne respectant pas ses propres lois concernant le rapprochement des prisonniers du commando Erignac. On peut légitimement se demander si les députés de la République (pourquoi pas…) en marche ont conscience du scandale politico-judiciaire que représente l’attitude du Président Macron concernant ce dossier où l’exécutif français se moque des décisions de justice et cherche à perpétuer une vengeance d’Etat en se moquant ouvertement du droit français et International. Canta, sarà sempre à fiancu à quelli chì lottanu per a LIBERTÀ.



I Chjami Aghjalesi : Aujourd’hui des jeunes Corses ont décidé d’interpeller le représentant de l’Etat français.En occupant pacifiquement les locaux du Palais Lantivy,à Ajaccio, ils dénoncent le sort inique réservé aux prisonniers politiques protagonistes de l’affaire Erignac et otages d’une véritable vengeance d’État Mais une nouvelle fois encore, le gouvernement français a décidé de fermer les portes du dialogue pour recourir à une répression aveugle; l’intervention violente et disproportionnée des forces de l’ordre en fait la preuve. I Chjami Aghjalesi demande de levée du statut de DPS et le rapprochement immédiat d’Alanu Ferrandi et Petru Alessandri emprisonnés depuis 22 ans, conditionnable depuis plus de 4 ans et appelle tous les corses à renforcer toutes actions allant dans ce sens. Avà femu la finita. Sustegnu à sta ghjuventù. U populu corsu v’accumpagna. LUTTEREMU INSEME.



Diana di l’alba : Torna un’altra volta a ghjuventù corsa hè insanguinata da l’infamu Statu culuniale ! Diana di l’Alba porta un sustegnu maiò à a ghjuventù in lotta per dinuncià a vindetta di Statu è rivindicà una Ghjustizia vera per Petru Alessandri è Alanu Ferrandi ! Simu è seremu sempre à fiancu à tutti i patriotti !



U STC ONF porta u so sustegnu maiò à Simon’Paulu Ferrandi è i so cumpagni in lu quadru di l’azzione in prefettura per u rispettu di u drittu è a ghjustizia.
A risposta di u statu: i bastunati è u ricusu di u drittu di l’omi, ùn basteranu à fà tace a cuscenza. Libertà!



Le STC apporte son soutien aux jeunes qui ont participé à l’action symbolique et pacifique à la Préfecture d’Ajacciu, réclamant la suppression du statut de DPS pour Alain Ferrandi et Pierre Alessandri et leur rapprochement en Corse. Une fois encore, l’Etat français qui renie ses propres lois dans cette affaire, a choisi la répression envers notre jeunesse. BASTA A RIPRESSIONE, GHJUSTIZIA E LIBERTA



Mossa Paisana : A Mossa Paisana porta u so sustegnu à i militanti corsi vittime di a ripressione di u statu francese. L’injustice française trouvera toujours sur sa route un peuple corse épris de justice, de dignité, de respect et de liberté. Le sang versé aujourd’hui par les forces d’occupation vient nous rappeler comment la france bafoue ses propres lois en fonction de ses intérêts propres et comment il entend bâillonner encore la démocratie et le droit.A Mossa Paisana est et sera toujours aux côtés des prisonniers politiques, de leurs familles et de celles et ceux dont l’engagement est source d’espoir sur les chemins difficiles de l’émancipation et de la liberté.


Pà Aiacciu : D’après les informations dont nous disposons, plusieurs jeunes militants qui occupaient pacifiquement un bureau de la préfecture d’Aiacciu en signe de protestation contre le sort réservé aux prisonniers politiques et notamment celui de Messieurs Alessandri et Ferrandi, ont été passés à tabac par les forces de l’ordre.
Nous ne connaissons pas pour l’heure le degré de gravité de leurs blessures. Nous ne pouvons que nous insurger contre ces méthodes violentes et répressives d’un autre âge employées à l’encontre de jeunes gens qui militent pour la liberté et l’application du Droit.



Aiacciu Pà Tutti : Ce matin un groupe de jeunes manifestant s’est introduit dans la Préfecture de Région pour demander de manière pacifique la désinscription du statut DPS d’Alain Ferrandi et de Pierre Alessandri. Nous ne pouvons que condamner ce qui a suivi, en particulier la réponse musclée des forces de l’ordre et la volonté de la préfecture de poursuivre les manifestants en Justice. Aussi vouloir condamner ces jeunes qui ne faisaient qu’exprimer un sentiment d’injustice, en dit long sur la politique faite d’incompréhension et de répression qu’entend mener l’Etat en Corse. Dans le contexte actuel de crise sanitaire et financière auquel nous sommes confrontés, il nous semble que la volonté de dialogue, d’apaisement et de construction devrait être privilégiée. C’est pour cela que nous demandons à ce que les manifestant ne fassent l’objet d’aucune poursuite et que nous réitérons nos demandes de transfèrement d’Alain Ferrandi et de Pierre Alessandri à Borgo



Femu A Corsica : U Prisidenti Hyacinthe Vanni è l’eletti di u gruppu Femu a Corsica portani u so sustegnu tutali è fraternu à i ghjovani mubilizati oghji, di manera pacifica, pà dumandà a libarazioni d’Alain Ferrandi è Petru Alessandri. Sta situazioni un pò durà !


Inseme per Dumane – San Fiurenzu 2020 : Nous avons adressés ce jour un courrier à Monsieur le Maire de San Fiurenzu qui consiste à soutenir la demande de la ligue des droits de l’homme et de l’Ora di u ritornu en faveur du rapprochement d’Alain Ferrandi et Pierre Alessandri par le vote d’une délibération lors du prochain conseil municipal. Notre seule et unique volonté étant le respect du droit et l’application de la loi. Nous apportons également notre soutien aux jeunes qui ont pacifiquement tenter de faire entendre leur voix ce matin en préfecture de région à Aiacciu et appelons à l’apaisement.



« L’action menée en préfecture de Corse par de jeunes militants nationalistes avait pour objectif d’interpeller directement le gouvernement sur la situation d’Alain Ferrandi et Pierre Alessandri. La ligue des droits de l’Homme comprend l’exaspération des jeunes gens. Bien que ce ne soit pas son mode d’action, elle a été choquée par leurs visages ensanglantés. Mais plus fondamentalement, elle partage un même sentiment, celui d’une injustice. La LDH en appelle à la responsabilité de chacun. Cet évènement ne doit pas être un point de bascule vers de nouvelles tensions ici en Corse. Sur le fond, ces jeunes ont raison, c’est le gouvernement qui doit être interpellé sur des revendications précises : le respect du droit et l’application de la loi. Malgré les manifestations de rue, les interpellations des parlementaires de Corse et des élus territoriaux toutes tendances confondues, malgré des rencontres au plus haut niveau de l’Etat mais également des engagements, nous ne sommes pas entendus. Notre demande est pourtant sans ambiguïté : le retrait du statut de DPS, le rapprochement d’Alain Ferrandi et Pierre Alessandri à la prison de Borgo et leur possible réinsertion. Elle s’inscrit dans la décision de la Cour d’assises spéciale qui a jugé les deux hommes. Pour sa part, dans la suite des engagements qui nous réunissent autour de cette demande de justice, la LDH continuera à se mobiliser aux côtés des familles des deux hommes. » Ajaccio, le 23/02/2021



Patriotti : À FIANC’À SSÀ GHJUVENTÙ CHI SI BATTI Intrendu in cori di a Priffetura simbulu di a prisenza francesa in Corsica, i ghjovani hani purtatu dui impurtantissimi missaghji : U primu, cunisciutu chi ramenta à u guvernu, chi ni ha a rispunsabilità parchi hè un drittu, hè l’avvicinamentu di i patriotti incarciarati è esiliati. U sicondu spartutu incù quiddi chi ùn hani ricusatu di battesi contr’à l’uppressioni straniera, hé chi a Priffetura hé è firmarà sempri accessibila è vultarà à mumentu à l’intaressi culletivi nosci. U sangui d’issa ghjuventù in brama di libartà ha cursu è comu tutti l’atti aggressivi contr’à quiddi chi sempri hani ditu innò à u culunialisimu francesu, ùn faci che rinfurzà a noscia ditirminazioni. Comu a scrivia tempi fà u militenti storicu è sputicu Natali Luciani, è ùn s’era sbagliatu,  » u sangui corsu par lu rinforzu sempri rinascerà « . Sciaccamanemu à l’iniziativa d’issa bedd’azzioni ! Par contu nosciu, assicuremu a nosciu ghjuventù in lotta di u nosciu sustegnu patriotticu puliticu. Di pettu à ssa brutta pulitica di l’ustagii tocc’à à i forzi sani e paisani di u nosciu populu à fà fronti. Tempu di mossa hè. LIBARTÀ PAR I PATRIOTTI ! LIBARTÀ PAR ALANU FERRANDI, PETRU ALESSANDRI È IVANU COLONNA ! PATRIOTTI



Core In Fronte soutient l’action des jeunes militants nationalistes qui sont entrés dans la préfecture d’#Aiacciu, pour demander la libération de Petru Alessandri et Alanu Ferrandi. La raison et la vengeance d’Etat ne sont pas une réponse à la situation des prisonniers politiques et au problème national corse.


Aiutu Paisanu : Sustegnu à a ghjuventù corsa! A ripressione ùn serà mai una soluzione à u prublema corsu. Libertà per Ferrandi è Alessandri è pè tutti i patriotti!



U Cumitatu Naziunalistu di a Gravona, porta u so sustegnu a tutti vittimu di a ripressione culuniale. Lotta ghjuventù l’avvene si tù !!!



Pà cambià Zonza Santa Lucia : A noscia ghjuventù hè sempri stata impegnata pà difenda è fà avanzà a ghjustizia è i diritti di tutti. U trattamentu ricevutu eri da i ghjovani in Aiacciu un devi micca essa ammessu. Quandu un’azzioni hè pacifica è legittima l’usu di a viulenza devi essa cundannatu. Lors d’une action symbolique et pacifique dans une volonté de dialogue menée le 22 février à la préfecture d’Ajaccio par les jeunes souhaitant la simple application du même droit pour tous, une réponse violente et disproportionnée par les forces de l’ordre a été apportée. A l’heure où notre société insulaire a besoin plus que jamais d’apaisement et d’installer durablement la paix, de tels excès ne peuvent que nous porter préjudice. Pà cambià Zonza Santa Lucia apporte son soutien à notre jeunesse en quête de paix et de droit.






Les réactions de l’opposition : 



 

 

 



Revue de Presse

(Alta Frequenza) (Corse Matin) (France 3 Corse) (Corse net Infos) (Rcfm)  (Le Petit Corse)

(Alta Frequenza) (Corse Matin)(Corse net Infos) (Le Petit Corse)

(Alta Frequenza) (Corse Matin) (Corse net Infos

(Alta Frequenza) (Corse Matin)  (Corse net Infos

(Corse Matin)  (Corse net Infos

(Alta Frequenza)  (Corse net Infos

 (Corse net Infos

(Corse net Infos)

(Corse Matin)

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: