Le 9 janvier 2021, de part et d’autre des Pyrénées, mobilisation en faveur des prisonniers politiques – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte Internationale – Publié le 23 décembre 2020 – article du – source) Sare et Bake Bidea appellent à participer à des mobilisations pour les droits des prisonniers des deux côtés des Pyrénées le 9 janvier

Éliminer la violation des droits des prisonniers basques des deux côtés de la frontière.

Cela nous unit, notre engagement à continuer d’œuvrer pour la paix, la coexistence et la réconciliation dans l’opinion publique.

C’est pourquoi cette année, de part et d’autre des Pyrénées, le peuple basque se retrouvera pour proclamer ces objectifs. Ce sera le 9 janvier à 17h30.

Nous devons admettre qu’au cours des derniers mois, nous avons vu et vécu des circonstances prometteuses, car quelque chose bouge en Espagne alors que les prisonniers se rapprochent des prisons, bien qu’avec des approches limitées.

Avec la France, nous avons été confrontés à un blocus important cette année. En renonçant à la volonté et à la volonté de la majorité politique et sociale, en enchaînant au passé, le parquet s’est engagé à abolir les moyens légaux.

La nécessité d’une nouvelle phase de mobilisation nous a conduit à la partager et à la mettre en œuvre au Pays Basque Nord. Il faisait complètement noir pour que le tunnel donne de la lumière.

Avec la sortie de Xistor Haramboure, l’année 2020 s’achève sur une lueur d’espoir. Lumière fragile, mais ce que nous voulons faire d’un bel avenir…

Dans le sud, nous avons eu des visites presque hebdomadaires, mais nous devons nous plaindre que la plupart d’entre eux ne sont pas allés dans les prisons du Pays basque et sont encore à des centaines de kilomètres de chez eux.

Nous ne sommes donc pas au bout de la politique d’aliénation. La situation de certaines familles a été atténuée par le fait qu’elles doivent parcourir moins de kilomètres pour rendre visite à un parent prisonnier, mais nous ne pouvons pas considérer la situation non normalisée comme normale.

La fin de la politique d’expulsion sera un fait lorsque tous les prisonniers seront au Pays Basque.

Nous pouvons considérer que la violation de leurs droits est terminée lorsque la possibilité de commencer le voyage de retour ne leur est pas limitée, et à cette fin, la progression doit leur être appliquée.

Nous pouvons mettre fin à la violation des droits lorsque des prisonniers atteints de maladies graves sont libérés de prison. Et quand ils libèrent les personnes âgées.

Mais malheureusement, cette réalité est encore loin.

Nous devons continuer à nous mobiliser. Nous devons demander à haute voix de changer cette situation. En réalité:

-107 détenus sont toujours au premier degré, soit: 57%
– 70 détenus au deuxième degré: 37%
– Et seulement 9 détenus au troisième degré: 6%

Toujours en raison de la pandémie, au cours des 9 derniers mois, plus de 80 filles et garçons n’ont pas eu l’occasion d’embrasser leur mère, leur père ou les deux emprisonnés. Et s’ils pouvaient voyager, ils devraient parcourir plus de 1 000 miles.

La normalisation est retardée. Depuis de nombreuses années, les prisonniers basques sont soumis à un régime d’exception.

Nous exhortons les gouvernements espagnol et français à ne plus prolonger ces délais. Appliquer leur législation et agir de manière humaine.

Et nous exhortons ceux qui sont impliqués dans la politique, les tribunaux et les médias à ne pas utiliser la violence comme une réalité aujourd’hui.

Les principaux obstacles à la paix, à la normalisation et à la résolution sont créés par ce bloc arriéré qui vit dans le passé et viole tout principe de légalité à sa convenance.

Bien que pleinement mobilisés et alertes, nous voulons croire que le blocus politique cédera la place à une nouvelle étape et que les conséquences du conflit seront résolues une fois pour toutes.

Dix ans après la fin de la lutte armée, après le désarmement et la dissolution de l’ETA, il est temps de connaître et de valider les avancées irréversibles que le Pays basque a franchies.

Sur le chemin de la vie ensemble, plus ils passent de temps, plus la notion de prison elle-même est incompatible avec le chemin de la paix. Avec la libération conditionnelle et d’autres mécanismes à concevoir, la question des prisonniers doit être résolue une fois pour toutes.

A cause de tout ça. Pour proclamer la paix. Pour proclamer la coexistence et une solution, nous descendrons dans les rues du Pays Basque Sud et Nord le 9 janvier à 17h30.

Sare et Bake Bidea



 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: