Breaking News

« pà ch’iddi campessini i nosci lingui » – #Corse

(Unità Naziunale Publié le 7 octobre 2020, communiqué du 6 octobre 2020) U sabbatu 10 uttrovi a 11 ori manifestazioni davanti à u ritturatu à a ghjama di u cullitivi « pà ch’iddi campessini i nosci lingui ».

Dopu à i riformi di l’educazioni naziunali è di u liceu l’insignamentu di a lingua corsa cunnosci un rinculu mai vistu in liceu. In quantu à u primu gradu a mancanza di a risorsa insignanti pà i filieri bislingui comu di l’intarvinati isterni rimani tramendu, impidindu qualchi novu saltu qualitativu. Ci voli à mubilizzassi nant’à u tarrenu, cusi falaremu in carrughju di fronti à u ritturatu sabbatu prossimu . Chjamamu i parenti è ghjuventù à raghjunghja issa manifestazioni.

Tutti davanti à u ritturatu sabbatu 10 uttrovi à 11 ori perch’idda campessi a lingua corsa.

Associu Parenti Corsi



, ! Oghji più chì mai a lingua corsa hè in periculu. In periculu par via di riformi di l’insignamentu chi sminuisciani u numaru d’insignenti. In periculu dinò par via di una culunisazioni di pupulamenti ch’affuga i locutori. Tocca à a l’Assemblea di Corsica di metta in ballu un veru pianu di furmazioni di l’insignenti è d’impona, à a Francia, un raportu di forza par chi u corsu sia ubligatoriu durenti a scularità sana, da a scola materna sin’à l’Università. Tocca à u Statu di ricunoscia a lingua corsa cume lingua di dirittu in tarra corsa è di dà mezi maiò par ch’idda fussi adduprata in ogni locu. Saria, solu, una prova di richjappà più di 250 anni di culunialisimu francesi, ch’hà distruttu i radichi culturali è linguistichi di u nostru populu. Par dì chi u corsu hè a lingua viva di un populu vivu saremi sabbatu u 10 d’uttrovi davanti à u Ritturatu d’#Aiacciu, à 11ori, accantu à u Collectif Pour Que Vivent Nos Langues. CORE IN FRONTE #DaPerNoi


Sustegnu à l’insignanti di lingua è cultura corsa Femu a Corsica da u so sustegnu fraternu à u Culletivu di l’insignanti di LCC, è dinuncia a riforma Blanquer chì hè un scumpientu per a nostra lingua, e lingue regiunale è di manera generale per a cumunità educativa. Cette réforme pensée par les élites parisiennes, est dès sa deuxième année d’expérimentation complètement inapplicable (exemple des emplois du temps impossibles à organiser avec la liberté donnée aux élèves de choisir leurs spécialités). Et elle est dangereuse car elle met en concurrence les lycées qui ne peuvent proposer la même offre de formation, ainsi que les enseignements. Elle instaure donc un système libéral dans la sélection des matières avec cette concurrence accrue entre les enseignements. De fait, le Corse et les langues régionales qui étaient déjà très mal servis au lycée, se trouvent aujourd’hui dans une situation catastrophique avec : – la spécialité Corse qui pâtit de la concurrence d’autres matières scientifiques ou valorisantes dans le cadre de ParcourSup avec seulement 105 élèves inscrits ; – une option Corse qui était souvent choisie par les élèves précédemment, qui perd en valeur en ne pesant que 0,3% de la note du Bac. Tous les efforts faits dans le 1er degré, dans certaines classes bilingues, la volonté de créer une véritable économie de la langue Corse s’écrouleraient en arrivant au lycée. Aujourd’hui c’est un enjeu : – social avec des postes qui seront supprimées, qui est un des objectifs cachés de la réforme ; – et sociétal pour la société bilingue que nous voulons construire. Femu a Corsica demande donc aux élus de la CDC de se mobiliser et au Rectorat de revoir ses positions sur la place de la langue Corse dans le secondaire. Femu a Corsica demande à court terme à l’Éducation Nationale : – la revalorisation du coefficient au Bac de la LVC au même titre que le latin. – un grand plan de formation en langue corse et un aggiornamento du système bilingue au collège/lycée. – une revalorisation salariale et des heures déchargées pour les professeurs de collège/lycée s’engageant dans l’enseignement bilingue qui permettraient à plus de professeurs de s’engager dans cette voie. Femu a Corsica demande enfin que l’enseignement du Corse soit obligatoire dans tout le parcours scolaire de la maternelle à la Terminale, seule solution pour pérenniser l’enseignement de la LCC et de créer une société de locuteurs corses. Une Académie de Corse mise hors norme et autonome pourrait nous permettre de co-construire avec l’Etat français, notre système éducatif adapté à notre territoire. Voilà aussi pourquoi l’Autonomie de plein droit et de plein exercice revendiquée par Femu a Corsica est la solution pragmatique à de nombreux problèmes tres concrets de la société Corse. Per avà, mubilizemuci cù i nostri prufessori di di Lingua è cultura corsa u 10 d’Uttobre à 11ore in Aiacciu davantu à u Retturatu.P/A Ghjunta Femu a Corsica,Jean-Félix Acquaviva, Sicretariu



CHJAMA À L’ADDUNITA ! U Cullittivu « Pour Que Vivent Nos Langues » urganizeghja una mubilizazioni issu sabbatu à 11 ori davant’à u Retturatu di Corsica in Aiacciu. 📆 Tandu aviamu dinunciatu u periculu chì raprisintaia a riforma Blanquer. Un annu dopu, i risultati mosciani bè a rigressioni pà a noscia lingua indè i culleghji è liceii. Allora mubilizemu ci !! #LinguaCorsa Cunsulta di a Ghjuventù Corsa Ghjuventù Indipendentista – GI Uniti Per l’Università



 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: