X

(Unità Naziunale Publié le 31 mai à 13h19) Jour 21 :

Patxi gose grebaren 21. eguna betetzen ari da gaur. Lehenengo 12etan egarri greba ere egin zuen.



(Unità Naziunale Publié le 30 mai à 10h58) Jour 20 : Nouvelles mobilisations de soutien à Patxi Ruiz, toujours en grève de la faim. Dans le sillage de la lutte de Patxi Ruiz, l’AAEAM a convoqué une journée nationale de mobilisation pour ce 30 mai. (lien)

Plusieurs centaines de personnes – environ 500, selon la police municipale – ont manifesté dans les rues principales de Bilbao pour soutenir le prisonnier Patxi Ruiz.

Près d’un millier de personnes ont soutenu la manifestation dans la capitale biscayenne, qui a parcouru la Gran Vía, après une bannière avec ce slogan, et précédée de plusieurs camionnettes Ertzaintza et patrouilles de la police municipale.

À Pampelune , une manifestation a parcouru plusieurs rues de la vieille ville. La manifestation a été convoquée par les réseaux sociaux et n’a pas été communiquée à la délégation gouvernementale de Navarre.

Dans la rue : 

L’AAEAM a appelé à une journée de mobilisation au Pays Basque ce samedi 30 mai prochain. Le matin il y aura des mobilisations dans les villes et les régions, et l’après-midi dans différentes capitales. En ce moment, les appels suivants ont été faits pour samedi:

  • Bayonne (Lapurdi), 17h00 place Saint André.
  • Bilbao (Biscaye), à ​​19h00 de l’elliptique.
  • Saint-Sébastien (Gipuzkoa), à 20h15 du boulevard.
  • Vitoria-Gasteiz (Álava), à 19h00 de la Plaza de la Virgen Blanca.
  • Pampelune (Navarre), à ​​20h00 de la place du château.

Comme chaque jour, il y aura aujourd’hui plusieurs mobilisations dans les rues du Pays Basque, en solidarité avec Ruiz et sa lutte:

  • Algorta (Bizkaia), à 20h00 sur les places Txiki et Otaegi.
  • Altsasun (Navarre), sur la place à 20h00.
  • À Andoain (Gipuzkoa), à 20h00 sur la place Zumea.
  • Bayonne (Lapurdi), 17h30
  • Berango (Bizkaia), à 20h00 devant le fronton.
  • Bilbao , à 20 h de la place des frères Etxebarrieta. Ce sera une démonstration.
  • Saint-Sébastien , à 20h15 sur le boulevard.
  • Durango (Biscaye), à ​​20h00 à Ezkurdi.
  • Rome (Biscaye), 21h30 sur la place des échecs.
  • Etxarri (Navarre), à ​​20 heures sur la place.
  • Hernani (Gipuzkoa), à 20h30 sur la Plaza de los Guerreros.
  • Irun (Gipuzkoa), à 19h00 sur la place San Juan.
  • A Pampelune , à 20h30 sur la place de la mairie.
  • Lekeitio (Bizkaia), à 20h00 au quai des Abbots.
  • Estella (Navarre), à ​​20h30 sur la Plaza Foral.
  • Mutriku (Gipuzkoa), à 20h00 au rond-point.
  • Ondarroa (Biscaye), à ​​20 heures à Alameda.
  • Urrugne (Lapurdi), 19h30 au rond-point.
  • Amorebieta (Bizkaia), à 20 heures à Patata.

Depuis que Ruiz a entamé une grève de la faim, les prisonniers politiques ont rejoint le combat dans plusieurs prisons:

    • Le 23, Mikel San Sebastián (Murcie II) a entamé une grève de la faim de cinq jours . Il a terminé son cinquième jour hier.
    • Le 22, Lola López (Brieva) a commencé le « chapeau » .
    • Alberto Viedma et Iñaki Krutxaga (Almeria) refusent le plateau alimentaire depuis le 19 de ce mois . Saioa Sanchez et Itziar Moreno (Rennes) ont tour à tour jeûné. Aujourd’hui, c’est au tour de Moreno. Le même jour, Orkatz Gallastegi (Castellón I) a également jeûné périodiquement .
    • Irantzu Gallastegi (Huelva) et Iñaki Etxeberria (Topas, Salamanque) refusent le plateau alimentaire depuis le 18 de ce mois .
    • Le 14, Jon Kepa Preciado (Cordoue) a refusé de quitter le donjon .
    • Depuis le 12 de ce mois, Ibai Aginaga (Sevilla II) est dans le « chapeau » et Dani Pastor , Oskar Barreras et Aitor Cotano (Puerto III) refusent le plateau de nourriture .

Le jeûne est également en cours

D’un autre côté, des grèves de la faim ont également eu lieu dans différentes parties du Pays basque en guise de solidarité. Actuellement, les dynamiques suivantes sont en place:

      • Dimanche 24, une cérémonie de jeûne et de clôture de 24 heures a débuté à Txantrea (Pampelune, Navarre). En revanche, les cinq jeunes ont commencé leurs journées de jeûne à Urrugne , et prolongeront l’initiative jusqu’à samedi.
      • Le 20, les membres de l’Assemblée des jeunes d’ Etxarri ont commencé un jeûne de 48 heures par paires.
      • Le 19, ils ont commencé un jeûne de 48 heures à Altsasu . Le même jour, deux personnes ont entamé une grève de la faim à Etxarri et ce sera aujourd’hui leur dixième jour. Le 21, une troisième personne d’Etxarri s’est jointe.


(Unità Naziunale Publié le 28 mai à 23h45) Jour 18 : Aujourd’hui, le 28 mai, marquera son dix-huitième jour, et avant cela, il a également entamé une grève de la soif pendant douze jours. Il reste isolé dans le module de soins infirmiers de Murcie II , et l’AAEAM s’est plainte cette semaine que ses droits sont «encore violés» sous le prétexte de COVID-19. Au moment de la mise en quarantaine, entre autres, il ne pourra pas bénéficier de la visite d’avocats ni d’un appel vidéo.

Certaines manifestations en faveur de Patxi Ruiz se poursuivent et d’autres ont pris fin, comme la grève de la faim de cinq jours à Murcie II du prisonnier Mikel San Sebastian et le jeûne de deux personnes à Etxarri-Aranatz.



(Unità Naziunale Publié le 25 mai à 12h11) Jour 15 : Un rassemblement est organisé ce lundi 25 mai à 19 heures à la Croix-Blanche de Mauléon en solidarité au prisonnier.



(Unità Naziunale Publié le 24 mai à 18h23) dimanche, le mouvement Jalgi Urruña a annoncé que cinq jeunes de la commune d’Urrugne ont débuté un jeûne de 24 heures tournant, en solidarité avec Patxi Ruiz et Mikel San Sebastian, prisonnier basque de Lesaka, qui a également fait un jeûne de deux jours. (article)



(Unità Naziunale Publié le 23 mai à 22h38) Bayonne: près de 250 personnes ont manifesté en solidarité avec Patxi Ruiz. (Article)

Près de 250 personnes dans les rues de Bayonne, ce samedi 23 mai, en fin d’après midi. La manifestation qui n’affichait pas d’organisateur formel, apportait un soutien à Patxi Ruiz, cet ancien membre d’ETA emprisonné à Murcia, entré le 11 mai dernier en grève de la faim et de la soif.

 


(Unità Naziunale Publié le 22 mai à 11h00) En soutien au prisonnier Patxi Ruiz qui entame aujourd’hui sa douzième journée de grève de la faim et de la soif, une action a été organisée tôt ce vendredi matin, entre Louhossoa et Itxassou. La route départementale a été coupée à l’aide d’un feu. Les auteurs de cette action ont envoyé un communiqué à MEDIABASK. (<– Lien ici) (Fin de la grève de la soif pour raisons médicales)



(Unità Naziunale Publié le 21 mai à 19h12La santé dégradée de Patxi Ruiz après autant de jours sans s’alimenter ni s’hydrater, a conduit les autorités judiciaires espagnoles à le transférer, jeudi 21 mai, vers un hôpital.



(Unità Naziunale Publié le 18 mai à 21h00) Pays-Basque : Septième jour de grève de la faim et de la soif pour Patxi Ruiz. La grève de la faim et de la soif de Patxi Ruiz continue pour exiger son retour dans le module 8 de la prison de Murcia.



(Unità Naziunale Publié le 16 mai à 12h00)  « Nous exprimons notre vive inquiétude quant à la situation du prisonnier politique basque Patxi Ruiz » ETXERAT

ETXERAT (12-05-2020). Etxerat souhaite exprimer sa plus vive inquiétude quant à la situation du prisonnier politique basque Patxi Ruiz, incarcéré à Murcia II, suite à l’automutilation qu’il s’est infligée et à la grève de la faim et de la soif qu’il a entamée.

La décision de ce prisonnier de Txantrea répond à une réaction disproportionnée des responsables de la prison à son encontre, dans le contexte d’une protestation des prisonniers liée à la crise actuelle du coronavirus et à sa gestion par la prison.

Ce qui arrive à Patxi Ruiz est une autre conséquence de l’exceptionnalité qui continue d’être appliquée aux prisonniers basques, une réalité qu’il faut résoudre au plus vite, notamment en rapprochant tous les prisonniers politiques basques au Pays Basque

Nous les voulons vivant.e.s et à la maison !





Selon les soutiens : Pour dénoncer la situation dans laquelle ils vivent, depuis le 5 mai, plusieurs prisonniers du module 8 ont commencé à organiser des rassemblements. Ils réclament logiquement la liberté des détenus malades et de ceux qui ont presque purgé leur peine. Ils demandent également que des visites soient effectuées, qu’ils reçoivent du matériel pour ne pas être infecté par le virus (masques, gants, etc.), ainsi que la réalisation du test. aux prisonniers et aux geôliers. Et enfin, en cas de décès d’un parent ayant la possibilité d’aller aux funérailles, ce que Patxi Ruiz lui-même avait nié à une occasion précédente à la mort de son père.

Tout cela a été aggravé par le danger d’infection Covid 19, pour lequel les prisonniers basques (comme cela se produit également dans d’autres pays) se voient refuser les mesures de protection sanitaire les plus élémentaires.

Dans le cadre de cette manifestation, un geôlier a tenté de retirer l’affiche de Ruiz et, plus tard, cette même femme s’est rendue dans sa cellule accompagnée du chef du module, pour le menacer de « graves conséquences » s’il continuait la manifestation. Cela a été répété lors d’une réunion ultérieure avec le directeur, le directeur adjoint de la sécurité et le chef des services.

Fatigué de souffrir constamment de l’autoritarisme obsessionnel et pervers de la direction de la prison, à son retour au cachot, le 9 mai, Ruiz s’est blessé en se coupant les veines.

Francisco Ruiz Romero, Patxi , détenu de l’ETA condamné à 30 ans de prison pour le meurtre par balle de Tomás Caballero en 1998, Conseiller de l’UPN au conseil municipal de Pampelune.

Produit CORSU E RIBELLU

Votre site hébergé à partir de 3€ par mois...
Votre nom de domaine offert... Pour tout paiement au comptant d'une année d'hébergement... en cliquant sur le logo IPFIXE
EuroWH hébergement internet