Breaking News

#Corse – Concert à la prison d’Ajaccio : le fils d’Alain Ferrandi empêché de jouer

(Unità Naziunale Publié le 10 mai 2019) Ce jeudi 9 mai, une dangereuse intrusion a été évitée à la prison d’Aiacciu. Grâce à la vigilance du Coordonnateur pour la sécurité en Corse et au sang-froid du directeur de la Maison d’arrêt, des notes de musique n’ont pu pénétrer dans l’établissement…

Organisé par Bernard Cervera, le concert qui devait être donné par l’animateur de Sorru in musica en compagnie de trois musiciens a été modifié car la direction de l’établissement a interdit l’entrée à l’un des musiciens au motif qu’il est le fils d’Alanu Ferrandi.

Cette position dont le ridicule est digne d’un mauvais Guignol est aussi la marque de la volonté répressive de l’Etat Français et de sa soif de vengeance. La décision prise à l’encontre de Simon Paulu Ferrandi incarne la bassesse de l’Etat et de ses fidèles représentants envers Alanu Ferrandi et, au-delà, envers tous les patriotes marqués du sceau de « terroriste ».

Ce choix répressif poussé au paroxysme puisqu’il étend le châtiment d’un père à son fils est la marque minable d’une vengeance aveugle et l’expression d’une politique coloniale imperméable à toute expression corse, fût-elle musicale ! Dans ce mauvais théâtre de boulevard, au sein duquel la préfète, le coordonnateur de la sécurité et directeur de la prison se repassent la patate chaude, transparaît la marque profonde de tous les totalitarismes.

Le Chili de Pinochet amputait le guitariste Victor Jara de ses mains, afin d’éteindre sa musique, la France des Droits de l’Homme Macroniste, afin de se venger du père, poursuit son fils et interdit à sa musique de pénétrer dans les murs des ses cachots. Dans les textes intitulés « La République » Platon écrivait « si tu veux contrôler le peuple, commence par contrôler sa musique » … l’Etat français et son pouvoir politique doivent comprendre que leurs actes imbéciles nourrissent notre conviction et que nul, en Corse ou ailleurs, ne fera taire la voix d’un peuple qui se bat pour sa liberté, et nul n’empêchera la musique et le chant de franchir les murs !

En ces circonstances ou le ridicule le dispute au tragique, Corsica Libera apporte son entier soutien à Simon Paulu Ferrandi, à Alanu Ferrandi, à tous les prisonniers et recherchés et à tous les patriotes encore soumis aux poursuites de cet instrument de vengeance d’état qui se masque derrière l’appellation de « Justice ».

Libertà per tutti i patriotti !
U populu arrittu ùn calerà mai u capu.

CORSICA LIBERA


Core in Fronte Aiacciu porta u so sustegnu à Simon’ Paulu Ferrandi, interdettu di cantà pà i dittinuti di a prigione d’Aiacciu da u direttore francese Didier Timar.
Un ghjuvanotu corsu un pò esse interdettu di pruducesi nantu à so terra.
Pà u Statu francese, a cundana è a vindetta si facini ancu pà i ziteddi di i prighjuneri pulitichi. 
Hè una cundanazioni di più pà sta famiglia di pattrioti

CORE IN FRONTE


Una ghustizia chì cundana a ghjente nant’à parechje generazione. Sarà què u paese di i diritti di l’omi ?‬

‪Purtemu tuttu u nostru sustegnu à Simon’Paulu Ferrandi, giovannu musicante di 22 anni impegnatu in a spartera culturale. #Inghjustizia ‬

FEMU A CORSICA

Cumu ricusà à un ghjovanu impegnatu di sparte una stonda musicale incù prigiuneri di a prisgiò d’Aiacciu
Qualesse seranu e ragione ? Scimità di l’amministrazione penale o Vindetta di Statu ?
Sarà que a famosa « repentance » dumandata da Emmanuel Macron… ?

Femu a Corsica porta tuttu u so sustegnu à Simon Paulu Ferrandi, ghjovanu arradicatu à a so Terra è a so cultura.

Dumandemu dinù à u Statu spiegazione annant’à issu ricusu è di cambià d’attitudine.

Un custruisciaremu micca l’avvene cù una vindetta eterna, ma cù u drittu, a ghjustizia è a pace.

FEMU A CORSICA


U statu è l’alti funziunarii francesi sò piu cà mai in vindetta contru à u populu Corsu. Oghji, Simon Paulu Ferrandi, studianti, musicanti è militanti culturali hè impiditu di sunà è di cantà in a prighjoni d’Aiacciu, à prò di l’incarciarati, pà via di a so casata.

 

Mai inchiitatu da a « ghjustizia », si trova pà sti raghjoni ind’una situazioni ch’ùn pudemu micca accità. U Partitu di a Nazioni Corsa porghji u so sustegnu è a so amicizia à Simon Paulu Ferrandi è a so famiglia.

​U Partitu di a Nazione Corsa


Sustegnu fraternu à Simon Paulu Ferrandi !
Musicante è figliolu di u prighjuneru puliticu Alanu Ferrandi, ùn ha pussutu ghjucà musica in a prigiò d’Aiacciu !

Per u so ultimu pasaghju in Corsica, Emmanuel Macron hà datu a scusa di l’affare Erignac per spiecà chì nunda ùn avanzerà mai.
Oghje chì, dapoi più di dui anni, a pena di prigiò d’Alain Ferrandi è di Pierre Alessandri hè finita, u statu ricusa a cundiziunale.

È avà ci volenu fà crede chì u ricusu d’entrata di u so figliolu ind’è a prigiò d’Aiacciu per un cuncertu culturale ùn hà nunda à chì vede incù a situazione familiale ?

Mantenendu a so pusizione d’impedisce u populu Corsu di sprimesi, u statu francese face di a ripressione a so sola suluzione pulitica !

A Ghjuventù Indipendentista – GI tene à riaffirmà un missaghju chjaru : A FRANCIA FORA !


NON AU DÉLIT DE PARENTÉ !

La décision du directeur de la Maison d’arrêt d’Aiacciu met en relief ce que nous dénonçons depuis des mois :
– La restriction, voire la privation des droits et des libertés concernant les prisonniers politiques, les anciens prisonniers politiques et leurs familles. Le refus signifié à Simon’ Paulu Ferrandi – fils d’Alanu Ferrandi – est abject car il symbolise, au delà du fait qu’il y ait absence d’antécédents judiciaires le concernant, ce délit de filiation parentale que nul(le) ne peut décemment accepter.
A défaut d’un processus de paix, unilatéralement déclaré, mais vidé de tout contenu, c’est bel et bien à une normalisation politique, social et culturelle que nous assistons. Avec dans ce cas, l’accrédition d’un fichage systématisé des enfants – voire des familles – de détenus politiques…
Depuis des mois, nous alertons l’opinion publique sur la déliquescence des règles et des lois du système en place, particulièrement à l’encontre des victimes de la répression française. Un ostracisme civique, professionnel et social les opprime et les assomme au point de les isoler, spécifiquement au moment de leur rénsertion dans la société. Nous avons également saisi l’ensemble des pouvoirs et élu(e)s de la Collectivité Territoriale de Corse.
Devant cette fascisation qui ne dit pas son nom, nous entendons renforcer notre mobilisation pour combattre cette intolérance du quotidien.
Ce qui est arrivé à Simon’ Paulu Ferrandi est antinomique avec la philosophie de notre lutte, avec notre conception du droit et de la citoyenneté que nous entendons faire valoir pour la société que nous voulons construire.
Nous le rappelons : les libertés sont en danger en Corse. Il est grand temps de déplacer le curseur sur le terrain des mobilisations populaires et de masse.
Nous assurons Simon’ Paulu Ferrandi ainsi que toute sa famille de notre entière solidarité.
Cuntinuemu a mubilizzazioni !
Basta a riprissioni !

PATRIOTTI

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: