Produit CORSU E RIBELLU

X

Le STC est un syndicat inscrit dans la Lutte de Libération Nationale du peuple corse, ainsi que dans la Lutte de Libération sociale (LLN et LLS) des travailleurs de ce peuple.  Le Syndicat des travailleurs corses / Sindicatu di i travagliadori corsi (ou STC) est un syndicat créé en Corse le 1er mai 1984, qui s’inscrit pleinement dans la LLN de ces années 80. A l’époque, il s’agissait d’une stratégie de diversification du mouvement nationale. Le mot d’ordre était d’investir tous les terrains de lutte et de mettre en place des contre-pouvoirs( Cf- Le Livre Blanc du FLNC, conférence de presse clandestine du 01/04/81 ).

C’ est donc un syndicat de classes.

A ce titre, il entretient avec les organisations syndicales des nations sans état, mais avec bon nombres d’organisations syndicales traditionnelles, des relations régulieres et pérennes.  (voir le site du PNSE par exemple) Le STC a été créé, dans la section maritime, en 1986, soit deux années apres la déclaration de sa naissance ( 1er mai 1984 ).

il est aujourd’hui, la deuxieme force syndicale des compagnies maritimes, concessionnaires du service public, entre la corse et le continent.  Le STC se fixe comme mission, la défense des interêts des travailleurs, corses, bien sûr, mais également d’origine et de confession différentes.  Le postulat de sa lutte, se résume en une volonté farouche d’émanciper les travailleurs et de les libérer d’un double carcan : celui du capitalisme ainsi que du colonialisme.

(photo : affiche de 1984, naissance du STC)

Dans les années 1970, la contestation se développe dans l’île et le problème corse occupe la une. Les salariés décident de lutter quotidiennement pour l’amélioration de leurs conditions de travail et de leurs salaires. Regroupés au départ dans des syndicats traditionnels, ils s’inscrivent clans des schémas de lutte et de réflexion découlant des analyses et des mobilisations impulsées au plan français.

Avec la montée en puissance de la revendication, et de la lutte armée clandestine, des adhérents de ces syndicats mettent en avant des revendications locales. Tirant leurs analyses et prises de position d’une approche spécifique des problèmes sociaux, ils mobilisent autour des thèmes des conditions de travail et d’emplois propres à l’île. Investissant les syndicats traditionnels, surtout la CFDT, ces pionniers font évoluer leurs structures « régionales », les amenant à des positions plus « politiques », du fait clé la progression des idées autonomistes et nationalistes au sein de la société corse.

Au début des années 80, cette stratégie clé « l’entrisme » connaît ses limites et le mouvement nationaliste en pleine ascension va en tirer les enseignements. Impulsée par le FLNC, Front de Libération Nationale delà Corse, est alors élaborée la stratégie des contre-pouvoirs politiques, économiques, sociaux, culturels, associatifs. « L’entrisme » prôné jusqu’alors, est abandonné et la création d’une structure spécifique de-défense clés salariés est mise en chantier. Officialisé le 1er mai 1984, le STC.

« Sinclicatu di i Travagliadori Corsi », va confirmer au fil clés années et des luttes sociales, une progression constante dans tous les secteurs d’activité. Arrivé en tête aux élections prud’homales en décembre 2002, il devient le premier syndicat de l’île, confirmant sa place prépondérante clans le paysage social corse. C’est l’histoire de ce syndicat, « spécifique et identitaire », que l’auteur, Petru Poggioli  a choisi de traiter dans son livre (en vente au profit des prisonniers politiques sur la boutique de l’Associu Sulidarità).

 Article de mai 2010 réactualisé par Pierre Battesti

Revue de Presse et suite de l’article  : 

Sur le Journal de la Corse, Sur Alcudina, sur Corsica Infurmazione/Unità Naziunale, sur France 3 Corse, Sur Corse Net Info (CNI), sur Corse Matin, sur Alta Frequenza, sur RCFM

Corsica Infurmazione: l’information de la Corse, des Réseaux sociaux et des Blogs politiques [Plateforme Unità Naziunale]
Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !