X

Lors du procès en appel en 2009, l’ancien secrétaire général de la préfecture avait affirmé avoir appris en décembre 2002 que deux hommes soupçonnés d’être impliqués dans l’assassinat de Claude Erignac seraient toujours dans la nature…Ces affirmations avaient fortement perturbé le procès avant qu’un supplément d’information demandé par la défense ne révèle aucun élément nouveau. La cour avait proposé de reconvoquer Didier Vinolas ce matin pour reprendre le débat. Mais hier après-midi le présidenta proposé de simplement faire comparaître après le week-end de l’Ascension quelques unes des personnes citées par Didier Vinolas au cours de sa longue audition et de le faire revenir également à ce moment-là.. Hier les témoins qui sont venus à la barre disent tous qu’ils n’ont vu que deux hommes et pas trois, le soir de l’assassinat du préfet Erignac, et ne reconnaissent pas l’accusé comme l’un des deux agresseurs… Ferrandi et Alessandri, déjà condamnés en 2003, étaient sur place. Ce qui exclut de fait Yvan Colonna s’est félicité la défense de l’accusé. Un raisonnement contesté par la partie civile et l’accusation qui pointent des contradictions dans les déclarations des témoins, entre celles faites le soir même après les faits et celles faites à la barre, devant la cour d’assise spéciale…

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)