Breaking News

#Corse #Présidentielle 2012 – La famille de droite entre amours interdites et liaisons dangereuses

Nicolas Sarkozy a fait mieux que limiter la casse : 6 000 voix perdues sur 2007 mais une première place assurée Comment le candidat peut-il maintenant réussir le grand écart entre les électeurs de Le Pen et de Bayrou ?

A droite, toutes. À première vue, si l’on cumule le score réalisé par Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, la droite et l’extrême droite représentent 56 % des suffrages exprimés dans l’île. La Corse se situe à l’inverse de la tendance nationale en choisissant le trio de tête : Sarkozy, Le Pen, Hollande. Avec un électeur sur trois qui vote Sarkozy, l’UMP reste la première force politique en Corse. Avec un électeur sur quatre qui choisit Marine Le Pen, le Front National réalise une percée significative.

En faisant progresser de 10 points le score réalisé par son père en 2007, Marine Le Pen s’affirme comme la deuxième force de l’île. Elle réalise des scores historiques dans les villes comme dans les campagnes. De droite, comme de gauche. A Ajaccio, elle n’a que 600 voix de retard sur Nicolas Sarkozy et 900 voix d’avance sur François Hollande.

Elle arrive devant Sarkozy à Bastia et n’a que 400 voix de retard sur Hollande. Elle grignote à Porto-Vecchio : elle est à 700 bulletins de Sarkozy et décroche une avance de 200 voix sur Hollande. Scénario à peu près identique à Calvi… La Corse terre de droite : la surprise n’en est pas vraiment une, sauf qu’en cinq ans, le candidat UMP a perdu du terrain (- 6 000 voix) et la représentante du FN progresse considérablement (+16 000 voix). Entre amours interdites et liaisons dangereuses, la droite semble être à la croisée des chemins.

Suite et source de l’article

 

Vous aimez cet article ? Faîtes-en profiter vos amis !
Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: