Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 6 février 2019) Toujours privée d’un véritable statut, la langue corse demeure dans une situation précaire au plan juridique. Ce faisant, non seulement l’objectif de co-officialité ne peut, en droit, être appliqué, mais les quelques avancées issues de décennies de combat sont menacées à chaque réforme de l’enseignement en France.

Il en va ainsi de la nouvelle réforme du baccalauréat. Lorsque la liste des « spécialités » désormais proposées aux lycéens a été publiée en juillet dernier, la catégorie des langues dites « régionales » avait purement et simplement disparu, actant ainsi l’éviction de la langue et de la culture corse des matières à part entière.

Afin de réintroduire un enseignement du corse au moins équivalent à la situation actuelle, une motion du groupe Corsica Libera a été approuvée par l’Assemblée de Corse lors de la séance des 25 et 26 octobre 2018. Celle-là demandait à ce qu’une option « langue et culture corses » soit proposée dans l’ensemble des lycées de l’île. A la suite de ce vote, la rectrice de Corse annonçait par voie de presse que le Ministre de l’Education Nationale validait cette demande et s’apprêtait à prendre un nouvel arrêté intégrant une nouvelle spécialité « littératures, langues et cultures régionales » (cf. Corse-Matin du 07/01).

En réalité, les choses ne sont pas si claires. Dans un courrier adressé à la Présidente du Conseil des Programmes en décembre, le ministre Blanquer annonce que la nouvelle spécialité engloberait les

« langues, littératures et cultures étrangères et régionales ». Sous couvert d’ouverture et d’accès à l’universel, le courrier du ministre relègue le corse et les langues minorées au rang de « sous- spécialité ».

Alors que les « littératures, langues et cultures de l’antiquité » bénéficient d’une spécialitéautonome, la langue corse se retrouvera en concurrence avec les langues étrangères. Loin de la généralisation actée par le Plan Lingua 2020, la mise en œuvre de cette mesure marquera un recul sans précédent pour l’enseignement de notre langue.

Cependant, il est encore temps d’agir avant la publication du nouvel arrêté ministériel. Il y a quelques jours, le groupe Corsica Libera a déposé devant l’Assemblée de Corse une nouvelle motion avec demande d’examen prioritaire. La dernière commission permanente de l’Assemblée de Corse a écarté, majoritairement, la demande de priorité et renvoyé le texte à une prochaine session. Au regard des enjeux et du calendrier qui s’accélère à l’approche de l’entrée en vigueur de la réforme, nous renouvelons notre demande d’un examen en séance publique dès la réunion du mois de février.

Sans attendre cet examen, sachant que la question linguistique fait l’objet d’un large consensus, le Président de l’Assemblée de Corse a saisi le Ministre de l’Education dès vendredi dernier afin d’obtenir une audience dans les meilleurs délais.

Par ailleurs, ce mercredi 6 février, les défenseurs des langues minorées se mobiliseront au Pays Basque, en Bretagne ou en Occitanie pour le respect des droits linguistiques et l’enseignement effectifs de leurs langues au sein de la réforme du baccalauréat.

En Corse, nous serons, comme toujours, aux côtés de ceux qui portent ce combat.

Pè a lingua, pè u populu, pè a Corsica.

Pour le groupe Corsica Libera

Le Président, Petru Antone TOMASI

5 février 2019



La motion de Février 2019

POSTA DA :           U GRUPPU « CORSICA LIBERA »

UGETTU :              RIFORMA DI U BASCIGLIÈ.      

VISTU u decretu Nu 2018-614 di u 16 di lugliu di u 2018 mudifichendu e dispusizione di u codice di l’educazione chì toccanu à l’insignamenti chì portanu à u bascigliè generale è à e furmazione tecnulogiche chì portanu à u bascigliè tecnulogicu,

VISTA a deliberazione Nu  18/415 di l’Assemblea di Corsica di u 26 d’uttobre di u 2018 dumandendu chì a lingua corsa fussi pruposta cum’è insignamentu di spezialità in ogni liceu generale di l’isula in u dispusitivu novu di a riforma,

CUNSIDERENDU a risposta di a rettrice di l’Academia di Corsica in u cutidianu Corse-Matin di u setti di ghjinnaghju di u 2019,

CUNSIDERENDU dunqua chì a dumanda di l’Assemblea di Corsica hè stata presa in contu,

CUNSIDERENDU chì per avà e lingue dette regiunale sò integrate in una specialità « lingue, litterature è culture strangere è regiunale,

CUNSIDERENDU chì e lingue anziane anu una specialità specifica « lingue è culture di l’antichità »,

L’ASSEMBLEA DI CORSICA

DUMANDA chì a specialità di lingua detta regiunale sia specifica, spiccata da a specialità di lingua strangera, da dà li un cuefficiente attrattivu d’almenu 10% di a nota finale.

DUMANDA à u cunsiglieru esecutivu in carica di a lingua corsa è à a cummissione ad hoc in carica di a lingua corsa d’inizià tuttu ciò chì hà da parmette di sbuccanni nantu à sta quistione à u più prestu da chì sta riforma possi permette d’accimà l’ugettivi di u Pianu Lingua 2020, quelli di a cunvenzione CDC-Statu è di sviluppà l’insignamentu bislinguu à u cullegiu è à u liceu.

MANDA una delegazione di l’Assemblea di Corsica è di u Cunsigliu esecutivu per neguzià a riforma di u bascigliè direttamente cù u Ministru di l’educazione naziunale è di a ghjuventù.



La Motion d’Octobre 2018 

POSTA DA : U GRUPPU « CORSICA LIBERA »

UGETTU : INTEGRAZIONE DI A SPEZIALITÀ « LINGUA E CULTURA CORSA » IN OGNI LICEU DI CORSICA IN PIÙ DI E SETTE SPEZIALITÀ À SCEGLIE DA I LICEI.

VISTU u decretu nu 2018-614 di u 16 di lugliu di u 2018 mudifichendu e dispusizione di u codice di l’educazione chì toccanu à l’insignamenti chì portanu à u bascigliè generale è à e furmazione tecnulogiche chì portanu à u bascigliè tecnulogicu,

VISTU l’arrestatu Nu 0162 di u 16 di lugliu di u 2018 chì tocca à l’urganizazione è à i vulumi urarii di l’insignamenti di u ciculu terminale di i licei, sanziunati da u bascigliè generale,

CUNSIDERENDU chì i liceani chì sò in seconda quist’annu seranu i primi à passà a versione nova di u bascigliè in u 2021,

CUNSIDERENDU chì sta riforma face sparisce e filiere Literarie (L), Scentifiche (S) è Ecunomiche è Suciale (ES),

CUNSIDERENDU chì nanzu à a riforma, i liceani di a filiera literaria pudianu sceglie un insignamentu di spezialità di lingua corsa è cultura corsa cù un forte cuefficiente d’ottu,

CUNSIDERENDU chì ogni liceu generale deve prupone à sceglie à i liceani di prima di l’annu chì vene frà 7 spezialità nantu à e dodeci di previste da a riforma,

CUNSIDERENDU chì i licei sò in traccia d’adunisce i so cunsigli pedagogichi per sceglie e spezialità per l’annu chì vene nanzu di falle vutà à i cunsigli d’amministrazione à vene,

CUNSIDERENDU chì l’insignamentu di a lingua è di a cultura corsa ùn face micca parte di a lista di l’insignamenti di spezialità,

CUNSIDERENDU chì i puteri publichi sò ublicati di prupone un insignamentu di lingua è di cultura corsa fin’à a sesta oramai è ch’ellu deveria dunque esse prupostu dinù in spezialità à i liceani chì a volenu,

CUNSIDERENDU u gran’pianu di furmazione di l’insignanti di u primu gradu finanzatu per mità da a CDC è u Statu,

CUNSIDERENDU i bisogni impurtanti à vene di prufessori di e scole bislingui,

CUNSIDERENDU chì un insignamentu di spezialità lingua è cultura corsa seria una bona per appruntà i futuri candidati à i cuncorsi di l’insignamentu (prufessori di e scole bislingui, prufessori certificati o agregati abilitati…),

CUNSIDERENDU chì e risolze umane (prufessori certificati o agregati di lingua è cultura corsa) sò digià in postu è ch’elle davanu digià insignamenti di spezialità,

CUNSIDERENDU tandu ch’ella ùn cambieria nunda à livellu di l’urganizazione di i licei generali di Corsica è ch’ella ùn custeria nunda di più à e finanze publiche,

CUNSIDERENDU chì a dumanda d’amparera di a lingua è di a cultura corsa hè di più in più impurtante fora di a scola è dunque chì a sucetà corsa abbisogna di più in più furmatori cursofoni qualificati,

CUNSIDERENDU chì per l’Assemblea di Corsica, a lingua è a cultura corsa si devenu d’esse insignate à ogni livellu sculare,

CUNSIDERENDU i mezi finanziali è umani messi in opera ogni annu da l’Assemblea di Corsica per chì a lingua corsa si rinvivissi ch’ella fussi à a scola o in a sucetà,

CUNSIDERENDU chì mette a spezialità lingua è cultura corsa per u bascigliè currisponde à a vulintà magiuritaria di l’Assemblea di Corsica d’andà versu un bislinguisimu veru in ogni locu,

L’ASSEMBLEA DI CORSICA

DUMANDA chì a lingua corsa fussi pruposta cum’è insignamentu di spezialità in ogni liceu generale di l’isula in u dispusitivu novu di a riforma.

DUMANDA à u Ministru di l’Educazione è à u Ministru di l’Agricultura è di l’Alimentazione di mudificà in cunsequenza l’arrestatu Nu 0162 di u 16 di lugliu di u 2018 per integrà sta dispusizione.

Aduttata à l’unanimità da l’Assemblea di Corsica u 26 d’uttobre di u 2018.