Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le vendredi 11 janvier 2019Comme chaque année pour la Santo Tomás, des familles et ami.e.s de prisonnier.e.s et d’exilé.e.s politiques basques se sont rassemblés devant la mairie de Bilbao. Voici le communiqué d’ETXERAT :

Nous sommes des parent.e.s et ami.e.s de prisonnier.e.s et exilé.e.s politiques basques. Nous continuons de subir, 30 ans après, les politiques pénitentiaires d’exception. Nous sommes condamné.e.s, en raison de notre lien familial ou affectif avec elles et eux, à subir de la même façon les mesures d’exception, parmi lesquelles la dispersion, ses conséquences dévastatrices, la violation de nos droits.

Nous l’avons déjà dit mille fois, mais nous le répétons aujourd’hui. Nous ne savons pas à qui bénéficie cette situation, mais nous savons tous que ce n’est pas à la société basque, qui continue de subir une situation de souffrance, une charge qui l’empêche d’avancer vers la résolution et la paix. Pour cela, Etxerat demande à nouveau aux États de faire une fois pour toutes les pas nécessaire à la concrétisation de la demande de la société basque, de ses institutions et de ses acteurs politiques et sociaux : la remise en liberté des prisonniers gravement malades et d’âge avancé ; le rapprochement de tous les prisonniers de l’État espagnol à Zaballa ; l’application de la confusion des peines déjà réalisées dans d’autres États et la désactivation de la perpétuité et du maintien en régime fermé.

Dans ce contexte, l’activation, l’impulsion de la société basque sont indispensables pour parvenir à désactiver les politiques d’exception et obtenir le rapprochement tous les prisonniers au Pays Basque. Nous avons une bonne occasion de le faire le 12 janvier prochain, avec les manifestations organisées par la dynamique Orain Presoak à Bilbao et à Bayonne.

Cette initiative est extrêmement importante, c’est pourquoi nous aussi nous rendrons dans les rues ce jour-là, parce que le chemin vers la paix et la résolution doit être parcouru par toutes et tous ; cette responsabilité revient à toute la société, à tous les acteurs politiques et sociaux, à toutes les institutions politiques et judiciaires, et évidemment, aux États.

Le 12 janvier prochain, nous participerons donc aux manifestations organisées à Bilbao et Bayonne par la dynamique Orain Presoak, sous le slogan « En chemin vers la paix et le vivre-ensemble ». Ce week-end-là, nous ne prendrons pas la route des prisons, nous ne ferons pas nos visites parce que notre place sera à Bayonne et à Bilbao. Nous appelons la société basque à venir remplir les rues ce jour-là, et à exiger le respect des droits, la résolution et la paix. Pour notre part, familles et ami.e.s de prisonnier.e.s et exilé.e.s politiques basques, nous sommes prêt.e.s.

Nous les voulons vivant.e.s et à la maison !



 

La LDH de Corse soutient l’appel « Sur le chemin de la paix et du vivre ensemble : Maintenant les prisonnier.e.s ».

Les artisans de la paix se rassembleront à Bilbao et à Bayonne le 12 janvier pour dire à Madrid et à Paris que les conditions d’une paix juste et durable ne sont pas encore réunies. Ce sont 47 prisonniers politiques en France qui attendent la levée de leur statut Dps ou leur rapprochement ou leur libération conditionnelle. Parmi eux, 10 femmes et 3 détenus incarcérés depuis 30 ans ! En Espagne, ce sont près de 220 prisonniers, dont 21 souffrent de maladies graves, qui sont dispersés à plusieurs centaines voire des milliers de kilomètres de leur famille.

Dans la poursuite de notre solidarité en lien avec la LDH de Bayonne, avec Bake Bidea (le chemin de la paix), après notre participation à la grande manifestation des Artisans de la Paix, à Paris le 9 décembre 2017, nous nous associons à nouveau à toutes les volontés de la société civile basque qui exigent l’abandon des mesures d’exception pour construire une paix juste et durable. De la conférence internationale d’Aïete en 2011 au désarmement et à la dissolution de ETA, « le chemin vers la paix » suppose l’implication des états français et espagnols pour le respect des droits.

Dans un contexte instable marqué par de nombreux conflits et le recul des libertés, la mobilisation des artisans de la paix au Basque est une lumière pour toutes celles et ceux qui regardent vers un avenir démocratique.

Ajaccio, le 11 janvier 2019

LDH CORSICA