Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 4 janvier 2019) Le PNC apporte son entier soutien aux personnels du Centre Hospitalier A Misericordia d’Aiacciu.

Les éléments de crise, identifiés depuis de nombreuses années doivent aujourd’hui donner lieu à des réponses pérennes, pour garantir un accès aux soins acceptable pour tous.

Discontinuité de services, surcharge de travail liée à l’augmentation de l’activité du service des urgences, pénurie de lits consécutive aux nombreuses fermetures d’établissements (ces vingt dernières années) et non compensées par l’ouverture de lits dans les établissements publics, épuisement des équipes soignantes, difficultés de communication et d’organisation du service, court séjour gériatrique, part importante des patients…
Le sous-effectif structurel de personnels soignants provoque des dysfonctionnements graves, qui parasitent les urgences et au-delà, l’ensemble des services (médecine générale, cardiologie, chirurgie…).

Le malaise est profond et les facteurs de blocage, connus. Pour autant, les services de l’état, au premier rang desquels l’Agence Régionale de la Santé, se montrent peu réactifs face à la situation, semblant afficher une rigidité digne des intonations macroniennes quant à la couverture médicale, en Corse de façon générale, et à celle du service des urgences du C. H. d’Aiacciu en particulier.

Ce silence de l’état est d’autant plus inquiétant qu’il pourrait provoquer, à très court terme, de graves problèmes de sécurité, par une inadéquation des moyens des soignants aux besoins des malades, avec en corollaire une démobilisation des personnels et une rupture de la continuité de service.

Les difficultés rencontrées au sein du Service des Urgences d’Aiacciu sont à rapprocher des difficultés financières des centres hospitaliers de Corse.

Pour le PNC, et s’agissant du S.A.U. d’Aiacciu, la politique menée par l’état ces dernières années conduit inévitablement à une précarisation des postes de médecins urgentistes. En effet, le recours systématique à l’intérim met en péril la qualité du service public de santé. En outre, cette stratégie s’avère coûteuse d’un strict point de vue budgétaire.
En réponse, il conviendrait de recruter et de sédentariser les médecins, mais également de reconnaître ceux qui sont actuellement en poste.

Pour le PNC, l’urgence est absolue. Il est grand temps pour l’état de se hisser à la hauteur des enjeux. Tant au plan de ses représentants locaux qu’au plus haut niveau de sa représentation politique, le silence et le mépris technocratiques ne peuvent être les seules réponses apportées.

Le PNC réitère donc son entier soutien aux médecins urgentistes du Centre Hospitalier A Misericordia d’Aiacciu, dans le mouvement qu’ils ont engagé.

PNC

4 janvier 2019
SOUTIEN DU PNC AUX PERSONNELS DU SERVICE DES URGENCES DU CENTRE HOSPITALIER A MISERICORDIA D’AIACCIU