Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié du 14 décembre au 17 décembre) C’est toute la Corse qui rend hommage au Docteur Edmond Simeoni aujourd’hui.

Bien au delà du mouvement national. Un hommage qui dépasse largement nos frontières.


Revue de presse

(Corse Matin) (Corse Net Infos) (France 3 Corse)

(Alta Frequenza) (Alta Frequenza) (Alta Frequenza) (Alta Frequenza) (Alta Frequenza) (Alta Frequenza) (Alta Frequenza) (Alta Frequenza) (Alta Frequenza)

(Corse Matin) (Corse Matin) (Corse Matin) (Corse Matin) (Corse Matin) (Corse Matin)

(Corse Net Infos) (Corse Net Infos) (Corse Net Infos) (Corse Net Infos) (Corse Net Infos) (Corse Net Info)

(France 3 Corse) (France 3 Corse) (France 3 Corse) (France 3 Corse) (France 3 Corse)

(RCFM) (Slate) (Paroles de Corse)



U Levante

Hè sparitu un gran difensore di a Terra corsa.

Hè statu Edimondu Simeoni, dipoi più d’un mezu seculu, di tutte e lotte (l’Argentella, e fanghe rosse, Tchernobyl, u Vazziu, i ghjetti, l’appiicazione di a lege liturale…) da pruvà à impedisce a distruzzione di u nostru patrimoniu ambientale, a speculazione immubiliara è a predazione di a Terra Corsa.

Ci tocca à salutà l’umanistu sinceru, u militante di a non viulenza, l’innamuratu appassiunatu di a so Terra è u difensore  impegnatu di u bè cumunu !

Hà da mancà assai assai à a Corsica è à u Levante. Possi u so messagiu cuntinuà à truvà un ribombu da fà chì st’Isula ch’ellu tenia cusì caru sia priservata à longu andà !

Addiu Amicu… !



Ghjovani Agricultori

A Corsica hà persu un gran’ parsunaghju di a noscia Storia.
Si n’hè andatu Edmond Simeoni, un omu di valori, un patriottu.
Preghemu curaghju è forza à a so famidda.
Ch’iddu riposa in Santa Paci.



Associu Tocca à Noi

Oghje avemu persu un babbu di u naziunalismu corsu mudernu. Si n’hè andatu per l’eternu Edmondu Simeoni. Tenimu à sprime u nostru umaghju tamantu pà st’omu eccezziunale chì nisun corsu ùn puderà mai sminticà.

Ch’eddu Risposa in santa pace.



RPS

C’est avec une grande émotion que nous avons accueilli la nouvelle de la disparition d’Edmond Simeoni, tant il représentait, pour tous ceux qui œuvrent à la reconnaissance des droits légitimes des Peuples au sein de la République française et de l’Europe, un courage et une volonté sans faille, une détermination sans pareille en faveur de la démocratie, une clairvoyance et une envergure inégalées, toutes valeurs que l’on aimerait rencontrer chez beaucoup de responsables politiques.

Par son action si longtemps poursuivie, il a permis à tous les Corses de rendre possible ce qu’est advenu leur Pays aujourd’hui, comme il leur permet d’espérer que, demain, la pleine reconnaissance leur sera enfin accordée.

A tous les siens, à son épouse et toute sa famille, j’adresse au nom de notre fédération nos plus vives condoléances. A Gilles, son fils aujourd’hui aux commandes de l’exécutif de la Collectivité Territoriale de Corse, à son frère Max et à tous ceux qu’il a su animer de la force nécessaire pour en arriver là où ils en sont collectivement, je voudrais exprimer mon souhait de les voir poursuivre dans la voie qu’il a si brillamment tracée.

Tant de Peuples et de territoires ont à puiser dans tout ce qu’il nous laisse à tous.

Gustave ALIROL

Président de Régions & Peuples Solidaires



PATRIOTTI

Si n’hè andatu à l’eternu Edmondu Simeoni. Omu di prima trinca, militenti passiunatu, hà difesu tutta a so vita una visioni di a Corsica. Hà purtatu l’ingaghjamentu di a risistenza di pettu à l’intransigenza francesa. Hè statu esiliatu è imprighjunatu in i carceri oscuri di a Francia. Hà sempri pisatu a bandera di l’unioni par u Muvimentu Naziunali rammintendu à ugnunu u sensu storicu di « forti saremu si uniti simu ». Hè statu un omu di u riacquistu puliticu. Hè una d’issi voci di tandu è chì ribombani sempri avali è chì ci hà amparatu chì « incù u culunialisimu ùn si cumponi micca, si strughje. » PATRIOTTI s’inchjina dananzi à l’omu chì ci hà apartu incù tant’altri a strada di l’avvena, rammintendu chì u Populu Corsu ùn si pò spannà chè libaru è maestru di u so disstinu. A tutti i soi, famidda è amichi, prisentemu i nosci cundulienzi afflitti. Avvedaci o Edmondu ! PATRIOTTI



I Chjassi di u cumunu

Un homme d’exception nous a quitté ce 14 décembre 2018.

Edmond Simeoni incarna l’homme engagé d’une Corse régénérée, d’une Corse qui voulait ressusciter, d’une Corse qui voulait s’émanciper.
Alors que ses contemporains, hommes politiques parfois brillants, parfois moins, mais tous au verbe haut et au caractère affirmé, symbolisaient soit un clan, soit un territoire, Edmond Simeoni, lui, fédérait et incarnait la Corse. Il n’était ni le candidat du Niolu ni l’émergence d’un entité politique indéfinissable. Non. Il a su raviver une flamme qui brûlait et qui brûle encore en chaque Corse, cette flamme que la soumission à la culture dominante a su atténuer avec tantôt de la brutalité tantôt de la finesse corruptible.

Même dans l’adversité la plus acharnée, et Dieu sait qu’il l’aura subie, personne n’a jamais pu être indifférent à cet homme et au message qu’il a su porter et populariser. De ses ennemis politiques à ses amis, et de ses partisans les plus farouches aux militants qui ont pu être parfois plus critiques, tous ne peuvent qu’être bouleversés par la perte d’un des plus illustres enfants de la Corse contemporaine. Si ce n’est le plus illustre.

Par cette universalisme corse que cet homme a su offrir à tous nos compatriotes, aujourd’hui il ne semble pas malaisé d’affirmer que tous les Corses sont quelque part un peu orphelins.

Condoléances sincères à sa famille, à ses amis et condoléances au peuple Corse.



Georges Mela

Edmond Simeoni s’est éteint aujourd’hui à Ajaccio à l’âge de 84 ans et c’est notre île toute entière qui est endeuillée.

Mes premières pensées vont à ses enfants Gilles et Marc, à son épouse ainsi qu’à son frère Max.

Avec sa disparition, la Corse perd une conscience, celle d’un homme, militant infatigable de la Corse entré de son vivant dans l’Histoire.

La sincérité de ses convictions, son humanisme et l’amour qu’il ne cessa de porter à sa terre et à son peuple ont su forcer le respect de tous.

Une page de l’histoire de notre île se tourne.



Dominique Bucchini

Il nous est arrivé de mener des combats ensemble, même si souvent des océans nous séparaient, se souvient l’ancien président communiste de l’Assemblée de Corse. Edmond s’est battu pour une certaine idée de la Corse qui n’était pas la mienne mais je m’incline devant le parcours du militant empreint de franche conviction. »



Emille Zuccarelli

« On se connaissait depuis l’enfance, souligne-t-il. C’était un remarquable footballeur à qui tous les clubs professionnels tendaient les bras. Les études et la vie professionnelle, puis au moment d’Aleria nos routes se sont éloignées.Nous avons toujours eu des visions politiques très différentes avec pour point commun notre attachement à la Corse. Nous nous sommes affrontés sur le terrain politique pendant de nombreuses années, avec des fortunes diverses et des succès alternatifs, mais toujours dans le plus grand respect. C’est une très grande figure de l’histoire de la Corse qui s’en va. »



Camille de Rocca Serra

« La première fois où je l’ai vraiment connu, c’était en 1989, à l’occasion d’un déjeuner privé à Porto-Vecchio entre mon père et lui. Un échange vrai et intense entre deux hommes qui avaient des divergences d’opinions mais qui se respectaient pour partager des valeurs communes. Ils étaient tous les deux médecins, ils n’avaient pas beaucoup exercé parce que la politique les avait rattrapés, mais ils n’oubliaient pas que les politiques à mener sont avant tout au service des hommes. À l’époque, Edmond m’avait déjà impressionné par sa stature et par cette dualité entre l’excès, parfois la violence du propos, et la parole apaisante du médecin. Je l’ai d’ailleurs toujours appelé docteur. »



Jean Baggioni

« Dans les années 60, j’étais jeune militant culturel et, dans le cadre de la revue U Muntese, j’ai pu fréquenter aussi bien Edmond que son frère Max, se souvient-il. En commun, nous avons nourri des réflexions dictées par le même souci de pérenniser notre langue et nos coutumes. En tant que maire de Ville-di-Pietrabugno, j’ai pu compter la famille Simeoni parmi mes administrés et je dois dire que nous avons toujours eu des relations cordiales et respectueuses. »



Core In Fronte

Core In Fronte saluta a memoria di Edmond Simeoni, chì si n’hè andatu à l’eternu.
Edmond era un patriottu sinceru, cù una fede tamanta, chì hà datu tuttu pè ch’ellu campi u populu corsu.
Dipoi e prime rivendicazione corse ind’è l’anni 1960, Edmond Simeoni hè statu un fanale per parechje generazione di militenti naziunalisti è un esempiu di lotta.
L’omu d’Aleria hè quellu chì, cù d’altri patriotti, hà discitatu a cuscenza naziunale in Corsica, dopu anni è anni d’alienazione è di culunialisimu francese.
Hà fattu a storia è era in a storia.
À tè Edmond, a Patria ricuniscente.



Ghjuventù Naziunalista

Figura di u naziunalisimu mudernu, Edmond Simeoni era di quelli omi dritti è fidi chì hà fattu tantu per u nostru paese. S’hè svegliata a Nazione à latu soiu, è oghje si gira una pagina di u librone di a nostra storia.

E lotte d’eri fanu e vittorie di dumane. À veda ci Sgiò Duttò..



Ghjuventù Indipendentista

Si n’hè andatu in Paradisu Édmond Simeoni à l’età di 84 anni. Firmerà cum’è una di e figure e più impurtante di a storia di a Corsica.

Era à fiancu à tutte e lotte : uppusizione à e prove nuclearie in l’Argentella, lotta contr’à e fanghe rosse, creazione di l’ARC, è soprattuttu occupazione cù una vintina di patriotti di a cantina Delpeille in Aleria, in lu 1975. St’evenimentu hè cunsideratu cum’è l’attu fundatore di u naziunalisimu mudernu.

Al di là di u militante, Édmond Simeoni era dinò un omu di sapè, chì era duttore di mistieru.

Prisentemu à i soi e nostre duglianze.
Ch’ellu riposi in santa pace.



Cunsulta di a Ghjuventù Corsa

U populu corsu pienghji oghji a sparizioni di Edimondu Simeoni, babbu di u naziunalisimu corsu.

Omu di valori è di cunvinzioni, hè statu una figura di a noscia storia cumuna.

Hà datu a so esistenza pà a difesa di i nosci diritti, a prutezzioni di a noscia cultura è a lotta pà l’emancipazioni di u populu corsu.

Ùn scurderemu mai chì i so azzioni ani parmessu à studianti cum’è no di pudè studià in a noscia Università.

Hà scrittu i primi pagini di issa bedda storia, è avà tocc’à no di cuntinuà la.

I nosci pinsati à a so famidda è a l’insemi di u populu in dolu.

Ch’eddu riposa in santa paci…



EH BAI

(eus) Tristezia handi batekin jaso dugu Edmond Simeoniren heriotza. EHBAIk bere sustengu osoa adierazi nahi dio familia eta Kortsikar herriari.
Adiorik ez

(fra) C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de Edmond Simeoni. Nous souhaitons exprimer notre solidarité et toutes nos pensées en vers sa famille et tout le peuple corse dans ce moment douloureux.



Sauveur Gandolfi Scheit

Je tiens saluer la mémoire d’Edmond Simeoni, bien que ses choix ne furent pas les miens, ils intègrent maintenant l’Histoire à laquelle, seule, appartiendra le jugement.

Je retiens moi le militant infatigable qui, jusqu’au soir de sa vie, défendit ses idées au service de celle qui doit prévaloir en toutes circonstances: la Corse.

Mes pensées les plus fraternelles vont au Président du Conseil Exécutif et à l’ensemble de la famille Simeoni.



Pierre Savelli

« Edmond, c’est la constance dans l’engagement, un parcours politique exemplaire, il a su éveiller les consciences » « Il faut voir tout ce qu’il nous apportés. Mon premier déclic citoyen, c’est les boues rouges. J’avais 13 ans. Le bureau, que j’occupe aujourd’hui, a été saccagé à l’époque. Les boues rouges, c’est plus important qu’Aleria, c’est la révolte des citoyens, les petits qui se battent contre les multinationales. Les gilets jaunes, aujourd’hui, nous y renvoient ! Pour moi, Edmond, c’est, d’abord, ça. Et puis, il y a Aleria. La réponse disproportionnée à nos revendications, c’est un choc pour nous tous ! On ne parlait plus que de ça, ça a forgé une âme de militants. Edmond, c’est la constance dans l’engagement, sa détermination quand d’autres ont abandonné. Il n’a jamais lâché. Son parcours politique, durant les 50 années qu’il a duré, a été exemplaire. C’était un pédagogue qui expliquait inlassablement aux gens. Il a souvent dit que la violence était légitime, mais qu’il ne fallait pas la pratiquer. Il a réussi, dix ans après Aleria, à faire son mea culpa sur la mort des policiers. C’est un homme qui est à l’origine de mon engagement car il a su éveiller les consciences ».



Michel Castellani

« Je viens de perdre un ami. Nous avons mené tellement de combats tout au long de notre vie, des combats très durs à Aleria. J’ai siégé à ses côtés à l’Assemblée de Corse. Je l’ai visité quand il était en prison à Fresnes et à la Santé. Je me souviens d’une image très forte : ils l’ont amené du fond d’un couloir qui était bordé de portes en fer. Je l’ai vu arriver les mains entravées dans le dos. C’est une image terrible ! Eh bien même là, il n’a pas baissé les yeux, il n’a pas lâché, il m’encourageait à continuer à me battre. Jamais je ne l’ai entendu se plaindre sur son sort. Il était d’un courage absolu. Il se situait toujours d’un point de vue politique, jamais par rapport à lui-même. Il y a une grande injustice : il a énormément semé tout au long de sa vie, mais il a recueilli très peu. Il a été très touché quand il a vu ses idées gagner, mais il ne pensait qu’au prochain combat. C’était un homme qui ne regardait jamais dans le rétroviseur. Il a mené des combats tous les jours de sa vie. C’était son choix. Il aurait pu accepter les offres qu’on lui a faites dans la politique traditionnelle, il aurait eu une vie politique classique de haut niveau, il n’aurait pas assumé toutes les souffrances qu’il a vécues, mais il n’aurait pas porté non plus le combat d’émancipation pour la Corse. Au-delà du nationalisme, il était capable d’ouvrir des perspectives et des débats avec des gens qui n’avaient pas les mêmes idées que lui. C’était un démocrate. La diaspora était un des combats de sa vie. On va retenir de lui que c’était une bête politique, il avait l’intelligence des situations et la volonté sans limite d’aboutir. Mais Edmond, c’était, avant tout, un homme d’une grande bonté, un médecin qui accompagnait ses malades jusqu’à ce qu’ils ferment les yeux avec beaucoup d’humanité. Des gens qui l’ont beaucoup combattu sur le plan politique, lui faisaient confiance sur un plan médical. C’était un homme d’une grande honnêteté. C’est toute une vie de sacrifices qui s’en va. C’est une page qui se tourne pour nous tous et pour le combat de la Corse contemporaine ».


PUDEMU

C’est le cœur chargé d’émotions que les adhérents et les responsables de PUDEMU ont appris la disparition d’Edmond Simeoni survenue dans la quatre-vingt-quatrième année d’une vie qui a changé le cours de notre histoire. Très tôt celui-ci a posé un regard plein de bienveillance sur notre engagement qu’il qualifiait d’« anticonformiste, courageux, lucide. » Rien de ce que nous pourrons dire ne suffira à rendre compte de ce que nous lui devons que ce soit sur le plan humain tout comme à titre générationnel. Aucun hommage ne saurait être à la hauteur de l’homme d’exception qu’il a été. En effet, aujourd’hui tout le monde s’accorde à dire que nous avons perdu un homme de valeurs mais il ne tient qu’à nous de lui survivre dans l’intransigeance de notre engagement en faveur des intérêts fondamentaux du peuple corse et au service même de la cause nationale de la Corse. À Edimondu Simeoni, a Corsica serà sempre ricunniscente. Ch’ellu riposa in Santa Pace è ch’ellu ùn s’inchieta micca : a lotta cuntinueghja !



Marc Antoine Campana

Je me joins plus personnellement à l’hommage qui commence à être rendu à Edmond Simeoni non seulement par de nombreuses personnalités du mouvement national mais aussi par la plupart des composantes de la classe politique insulaire et de la société corse qui saluent la mémoire d’un homme de valeurs. La première fois que nous nous sommes rencontré, et sans jamais céder à la démagogie du jeunisme, il m’avait dit : « Vous avez la chance d’être jeunes, pas parce que c’est une qualité mais parce que vous débarquez dans une société ouverte qui a les moyens de s’en tirer. L’essentiel ce n’est plus de gagner les élections, ce n’est même pas de rester aux affaires ; l’essentiel c’est que la Corse s’en tire. Les hommes, eux, ils passent ; elle, la Corse, elle reste. Tout ce que vous faites c’est pour cette terre que vous devez le faire en essayant de conjuguer le temps long et la brièveté de la vie humaine. » Les circonstances donnent une résonance testamentaire à ces mots ; ils nous engagent à poursuivre le combat qu’Edmond et une poignée de compagnons de route ont commencé à tracer il y a bientôt 50 ans en éveillant les consciences autour d’un idéal d’émancipation désormais majoritaire. En effet, notre génération est comptable de ce qu’elle doit à celle qui l’a précédé. Ùn ci ne scurderemu mai. N’apprufittu per indirizzà e mo sincere duglianze à tutt’è à tutti quelli chì u tinianu caru è soprattuttu à i so figlioli, Gilles è Marc, à a so sposa, Lucie, è à u so più vechju fratellu di lotta, Max.



Associu Parenti Corsi

Si n’hè andatu Edimondu Simeoni, era un pocu u nosciu babbu à tutti, babbu d’un lutta di cui l’Associu di i Parenti Corsi hè una sprissioni ughjunchi nantu u tarrenu di l’educazioni dapoi 1984.

L’APC s’incline devant l’homme qu’il a été devant l’histoire et devant son peuple. Son engagement et sa droiture ne souffre d’aucune tache quelque soit les désaccords que l’on ait pu avoir avec lui. Il reste pour les anciens comme pour les plus jeunes une référence et une icone du nationalisme corse : nous lui devons d’avoir éveiller nos consciences sur ce que nous étions. Edmond était attentif à l’APC dont il connaissait l’importance et le rôle, il soutenait l’APC pas seulement pour les commémorations du 8 décembre ou de la première guerre mondiale. L’APC présente ses condoléances à sa famille dans cette douloureuse épreuve.

Saluta tè Edimondu dumani raghjunghjarè i sarri niulinchi mà sarè sempri a fianca à nò, puri si a to piazza nimu a puddarà piddà. Nanti i chjassi di a storia suvitaremu a fiaccula di a libartà chi tu purtò cusi altu. A stedda di a to gloria pà sempri luccicarà in cori di u populu corsu.

Denis LucianiCumemurazioni da l’APC di a Festa di a Nazioni in Aiacciu l’8 dicembri 2018. Edimondu rimenti una curona di Fiori cù i ziteddi « a i corsi cascati pà a nazioni » a u pedi di a Statua di Paoli. Come un simbulu u liamu trà u passatu è l’avvena d’un nazioni ch’iddu circo à fà rinascia tutta a so vita. Fù l’omu d’un populu è l’omu di a storia…



L’Attrachju

Oghje a Corsica pienghje torna. Pienghje unu di i puntelli pulitichi ch’ella cunnisciutu.. Omu sincere, chì ùn hà mai stancciatu di vulè u bè per ogni generazione di Corsi di quì o d’altrò. Dipoi à l’evvenimentu d’Aleria à oghje hè statu sinu à u so ultimu soffiu un esempiu… Tante parule à dì chì ùn si ponu contà in quattru filari…
C’assuciemu di sicura à u dulore di a so famiglia.
Riposi in la santa pace di u celente incù tutti quelli chì c’anu lasciatu quist’annu..


Sur twitter :

 

 




« Les responsables et militants de FEMU A CORSICA, unis dans la douleur et le recueillement, veulent rendre un hommage solennel à Edmond Simeoni, décédé ce jour, père du nationalisme corse contemporain, et s’inclinent devant la douleur de ses proches aux premiers rangs desquels sa femme Lucie, ses enfants Marc et Gilles, président du Conseil Exécutif de Corse, leurs épouses et petits enfants. Humaniste et progressiste, homme de paix et de justice, Edmond Simeoni était aussi et surtout comme chacun sait, un militant infatigable de la cause Corse, de la reconnaissance des Droits du peuple de cette île, et du chemin de la responsabilité et de l’autonomie politique en Europe et en Méditerranée. L’homme qui a fondé l’ARC et qui a conduit de nombreux combats justes et nobles sur cette terre pour défendre une communauté de destin et de culture, sa dignité, son environnement et son droit à l’existence, s’en est allé rejoindre les grands hommes du panthéon de la patrie Corse. Par l’Argentella et la lutte contre les boues rouges, par la cave d’Aleria et les combats pour instaurer une réelle démocratie en Corse, par la lutte contre la spéculation et la défense de la langue, par la mobilisation de la diaspora et la lutte contre la précarité… Nous sommes tous les enfants d’Edmond Simeoni.
In stu ghjornu di partenza è di dolu chì face entre Edimondu Simeoni ind’a Storia, chjamemu tutti i corsi à arricurdassi di l’umone ch’ell’era, è à participà à l’umaggi naziunali è sulenni chi li saranu resi ».



Tamant’omu, tamanta strada