Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 30 novembre 2018 à 16h23) Dernière étape du processus de création du PARTI POLITIQUE FEMU A CORSICA – ASSEMBLÉE GÉNÉRALE STATUTAIRE.

En suite du Congrès Constitutif du 15 Octobre 2018 et en application des engagements pris et des statuts votés par les militantes et militants réunis à Corti ce jour là, l’Assemblée Générale Statutaire du 02 décembre 2018, constituera la dernière étape du processus de création du PARTI FEMU A CORSICA.

Une organisation nouvelle à la hauteur des espoirs et des enjeux (« Unpaese da fà ! »), inscrite dans le fil historique de la lutte du peuple corse et ouverte sur l’ensemble de la société corse.

Une organisation nouvelle, au sein de laquelle chaque militante et militant, quelle que soit son appartenance militante antérieure (ou son absence d’appartenance) soit à égalité de droits et de devoirs, sur le principe fondateur de toute vie démocratique interne : 1 femme ou 1 homme = 1 voix.

PROGRAMME

  • 13h30 : Accolta di i militanti
  • 14h00 : U filu di a storia : l’identité politique de FEMU A CORSICA
  • 14h30 : Discours introductif de Gilles Simeoni, Presidente di u Cunsigliu Esecutivu di Corsica.
  • 15h00 : Discussions politiques générales :

– Situation politique et urgences économiques et sociales ;
– Préparation des échéances politiques à venir ;
– Réponse à l’attitude de l’Etat et préparation de la venue du Premier Ministre, E. Philippe, les 10 & 11 décembre 2018.

  • 16h30 : Présentation et vote des Statuts finalisés de FEMU A CORSICA.
  • 17h30 : Vote des instances de FEMU A CORSICA.
  • 18h15 : Discours du Secrétaire National et présentation des Responsables de l’Exécutif.
  • 19h00 : Clôture de l’AG

Candidature de Jean-Félix Acquaviva. Il se présente avec une liste de 25 hommes et femmes qui composeront le premier tiers du conseil national de  la structure. Le deuxième tiers sera désigné par les territoires, le troisième tiers issu du collège des élus par la suite.

Sa déclaration:

Car’amichi,

Le 15 Octobre 2017, après de nombreuses réunions de coordination et ateliers de travail, nous décidions de fonder, tous ensemble, un parti unifié reconnaissant en son sein les sensibilités, FEMU A CORSICA.

Ce jour-là, réunis en congrès fondateur à Corti, nous avons décidé, à l’unanimité, de doter ce nouveau parti tant attendu, de Statuts clairs, d’une déclaration de politique générale, et d’une charte de valeurs et de principes.

Nous prenions l’engagement solennel de dissoudre les structures préexistantes ayant concouru à la fondation de FEMU A CORSICA (PNC, Inseme Per A Corsica, Chjama Naziunale) et de tenir dans les 6 premiers mois de l’année 2018, l’Assemblée Générale Statutaire visant à doter la nouvelle organisation des instances à même de la faire fonctionner de manière démocratique et efficace.

L’Objectif affiché était clair : rassembler les adhérents des anciennes structures, mais aussi et surtout toutes celles et ceux, désireux de s’engager sur la voie nouvelle de construction du pays, au travers d’un outil politique adapté et moderne, d’un parti à la fois unifié et pluraliste, un parti de militants et de gouvernement.

Depuis, la victoire historique et sans équivoque de la coalition « Per a Corsica » est intervenue en décembre 2017.

La création de FEMU A CORSICA, par l’espoir et la dynamique suscités, a largement contribué, de manière décisive, à cette victoire.

Nous savons aussi depuis lors que les événements politiques, mais aussi les retards, tergiversations et débats interminables au sein de la coordination provisoire entre partenaires, chargée d’appliquer le mandat d’octobre 2017, n’ont pas permis la tenue de l’AG Statutaire dans le premier semestre 2018 comme convenu lors du Congrès constitutif.
La teneur des échanges a tourné essentiellement autour d’une nouvelle proposition statutaire, émise par les responsables du PNC, fondamentalement différente de celle adoptée ensemble et à l’unanimité en congrès : l’instauration d’une structure fédérale pour FEMU A CORSICA à partir des mouvements fondateurs qui ne se dissoudraient donc pas, relativisant aussi par là-même le rôle de « l’assemblée générale souveraine » fonctionnant sur le principe d’un Homme, une Femme = une voix, et remettant en cause la fusion, seule à même de faire en sorte, pourtant, que de nombreux hommes et femmes n’appartenant à aucune structure rejoignent la dynamique créée .

Nous avons donc été nombreux à considérer que seule une nouvelle Assemblée Générale Statutaire convoquant l’ensemble des adhérents s’étant mobilisé le 15 Octobre 2017 pouvait confirmer, amender ou défaire ce que le congrès avait décidé. C’est dans cette optique que l’Assemblée Générale Statutaire a été convoquée pour le dimanche 2 décembre à 13h30 et que des réunions de territoires ont eu lieu exposant les enjeux du moment et les choix.

Cette Assemblée générale doit être le moment de désignation des premières instances de FEMU A CORSICA.

Il s’agit non seulement de respecter les engagements pris en octobre 2017, mais il s’agit plus encore de redonner la parole aux hommes et aux femmes qui veulent participer pleinement à la poursuite et l’amplification de l’œuvre de transformation démocratique initiée.

Elle doit être le lieu de présentation et de débat de la feuille de route stratégique du parti dans le contexte politique général, économique et social dans lequel se trouve la Corse aujourd’hui.

Elle doit être le point de départ du déploiement de ce nouvel outil vers la société corse, ses territoires, son peuple, sa jeunesse, afin d’enraciner l’idée moderne d’un peuple corse, communauté de culture et de destin, maître de ses choix, et la nécessité d’un Statut d’Autonomie de plein droit et de plein exercice pour permettre l’épanouissement de notre île en Méditerranée.

Ce déploiement et cet enracinement se feront par le Projet et ses déclinaisons sectorielles et territoriales, et la pratique concrète et au quotidien de l’autodétermination, droit reconnu au peuple corse et à ses citoyens. La Corse est confrontée à des fractures sociales et territoriales importantes. Sa jeunesse est frappée de plein fouet par des maux issus de cette fracture (acculturation, problèmes importants de drogue, de violence en milieu scolaire…). Nous nous devons de donner des réponses à ces situations, non seulement par la promotion d’un modèle de développement, économiquement socialement, et écologiquement soutenable, mais plus encore par des actions concrètes.

Mettre sur les rails et consolider FEMU A CORSICA est donc une tâche indispensable pour réinvestir tous les champs politiques, culturels, économique et sociaux qui ne peuvent dépendre de la seule sphère institutionnelle.

Mettre sur les rails et consolider FEMU A CORSICA est le plus sûr moyen de créer le mouvement de lignes, la lame de fond, permettant le rassemblement le plus large, ouvert à toutes celles et ceux qui ont vocation à rejoindre cet outil, cet espace, quelle que soit leur origine politique antérieure.

Il s’agira, à partir de cette Assemblée Générale, au travers de l’installation de tous les moyens d’expression et de représentation permis par les Statuts de FEMU A CORSICA :
– De faire en sorte que tous les rouages et outils permettant l’expression la Démocratie interne la plus riche, la plus créative, la plus sereine et incontestable, fonctionne de manière fluide, transparente et efficace (Exécutif , Conseil National , Conseils Territoriaux, sections) ;

– Que l’administration du parti se dote de tous les moyens de communication interne et externe adéquats, afin que l’information soit partagée et transparente;
– De fixer comme priorité majeure l’objectif de formation et d’accompagnement de nouveaux cadres politiques, dans le but, non seulement, de permettre, de manière significative, le renouvellement des instances du Parti dès le prochain congrès, mais aussi de préparer la prise de responsabilité dans de nombreuses strates institutionnelles, administratives et économiques de la Corse, notamment lors des prochaines élections municipales et territoriales de 2020 et 2021 ;
– De permettre un réinvestissement militant sur tous les terrains d’actions démocratiques que jugera nécessaire d’explorer le parti pour défendre les intérêts fondamentaux et collectifs du Peuple Corse ;
– De préparer un redéploiement stratégique devant la persistance des refus de l’Etat de prendre en compte les demandes et revendications exprimées démocratiquement par les corses lors du scrutin de décembre 2017, et de reconnaître la dimension politique du problème corse.
Pour permettre cette mise en œuvre effective de FEMU A CORSICA, j’ai l’honneur d’être candidat comme secrétaire national, avec pour vice-secrétaire, François Martinetti, – dans l’hypothèse d’une validation par les militants de cette proposition statutaire – et une liste de 25 hommes et femmes ci- jointe qui composeront le premier tiers du Conseil National de FEMU A CORSICA. Le deuxième tiers du Conseil National sera désigné par les territoires, et le troisième tiers sera issu du collège des Elus, dans les semaines qui suivront l’Assemblée Générale.

De même, conformément aux Statuts, nous proposerons un Exécutif de 13 personnes, proposition sur laquelle aura à se prononcer le Conseil National dans sa première séance plénière, après désignation du collège des élus et de celui représentant les régions.

Ma candidature vise à initier la dynamique de renforcement du parti et la préparation de la transmission sans délai et dans les meilleures conditions aux nouvelles générations de militants de la responsabilité de le diriger, de l’animer, et de le faire vivre. La présence à mes côtés de Francois Martinetti qui figure en deuxième position sur ma liste, les 23 autres candidats qui sont autant d’incarnations du parti, mais également d’autres hommes et femmes nouveaux que je proposerai, si je suis élu, pour constituer l’exécutif du parti, sont les signes tangibles que nous nous situons dans le cadre d’une volonté affirmée et concrète de renouvellement et de passage de relais dans un temps court, celui nécessaire au déploiement du parti, sans volonté de figer les choses à compter de l’AG du 2 décembre, eu égard au contexte particulier dans lequel se tient notre Assemblée Générale.

Pour cela, nous devons d’abord structurer et déployer FEMU A CORSICA et le projet émancipateur qu’il doit incarner. Nous devons concomitamment transmettre et former.
Enfin et surtout, nous devons répondre aux défis et attentes du Peuple Corse.
C’est ce à quoi nous devons nous atteler sans plus tarder désormais.

Aio ch’hè ora !

Sentimi fraterni

Jean Félix Acquaviva



SOUTIEN DE PUDEMU

« Demain, Femu a Corsica se structure définitivement à Corti à partir de 13h30 (Amphi Landry UFR Droit, Università di Corsica). Après l’inlassable recherche d’unité qui prévalait lorsque près de 1.200 adhérents ont voté à l’unanimité des statuts de fusion des anciennes structures, le mouvement citoyen Pudemu sera présent à l’occasion de cette assemblée générale constitutive. Nous vous rappelons qu’à partir de lundi une adhésion à Femu a Corsica ouvrira le droit à la qualité d’adhérent de Pudemu. Dans cette perspective, une sensibilité « PUdemu » sera créée au sein même de Femu a Corsica si bien que vous pourrez continuer à contribuer à notre projet de société entreprenante, solidaire et responsable tout en militant à l’intérieur du premier parti de Corse.
Face à toutes les manœuvres qui sont téléguidées depuis le plus haut niveau de l’Etat, nous avons le devoir de soutenir celles et ceux qui sont aux responsabilités de notre collectivité pour doter notre famille politique d’une assise militante active qui jouera le rôle de force de proposition représentative de la société civile et de la diversité d’opinion qui existe au sein de notre famille politique. Avec un mouvement fort de plusieurs centaines d’adhérents de toutes générations confondues et issues d’horizons politiques différents, nous avons toutes les raisons de croire en un avenir digne de la Corse dont nous rêvons pour nos enfants. Ne manquez pas cette occasion de faire la Corse : Dumenica v’aspettemu numéro si pè fà a Corsica »



Revue de presse

(Corse Matin)