Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 13 novembre 2018) BASTIA : PER A DIFESA DI I CUMERCIANTI CHI STRAZIANI.

Le lundi 12 novembre, le bureau de la CAB s’est réuni pour décider des attributions de lots de terrains à la SEM d’Erbaghjolu.

Une quinzaine de dossiers ont été soumis au vote.

Core In Fronte est clairement contre toute nouvelle surface commerciale, sur des terrains publics, à l’extérieur de Bastia.

Deux candidatures présentaient des surfaces commerciales importantes : La Foir’fouille ainsi que la grande surface de produits frais U Mercà 1000m2, portée par un dirigeant de l’enseigne « Grand Frais ».

La commune de Bastia compte 7 représentants sur 12 au bureau de la CAB.

A cette réunion décisionnelle, du 12 novembre, 3 élus bastiais étaient absents, dont Gilles Simeoni, ramenant le nombre de votants à 9.

En l’absence du président de l’Exécutif, sans consignes claires, les élus de la majorité votent ou s’abstiennent en ordre dispersé, au gré des convenances et amitiés.

La candidature de la Foir’fouille a été rejetée avec seulement 2 voix contre, 1 voix pour et 6 élus se sont abstenus.

On est loin de choix clairs et assumés.

Le bureau de la CAB, ne prenant pas ses responsabilités, a reporté sa décision pour le projet de grande surface de produits frais, en conditionnant son vote à un avis…de la chambre d’agriculture.

Ceci est farfelu, d’autant qu’on ne tient pas compte de l’avis négatif de la chambre des métiers et de son président et qu’on ne sollicite pas la chambre de commerce pourtant concernée.

Dans un courrier adressé à la CAB, les porteurs du projet se prévalaient d’un soutien du président de la chambre régionale d’agriculture pour valider le projet U Mercà. Or il n’en est rien, les chambres départementale et régionale d’agriculture ont démenti cette information durant la séance.

Core In Fronte rappelle sa position de voir abaisser le seuil minimum des nouvelles surfaces commerciales de 1000 m2 à 400 m2, pour être soumises à autorisation de la CDAC, comme c’est le cas à Paris.

Nous demandons que sur les surfaces restantes de la ZAP, les grands lots soient divisés en lots de 3000 m2 maximum.

Nous pensons que proposer un lot de 1ha n’est pas conforme aux besoins du tissu économique de Bastia, et ne peut générer que des candidatures de projets surdimensionnés.

Le commerce bastiais est en difficulté, il faut des mesures fortes et des signaux clairs à l’adresse du centre ville et des petits commerçants.

Gilles Simeoni, absent lundi, doit assumer un positionnement clair, être présent à la prochaine réunion et ramener à la raison ses élus dispersés.

Il doit y avoir adéquation entre le discours et les décisions, pour refuser sur des terrains publics des projet surdimensionnés pour Bastia, qui menacent les petits commerces existants en difficulté.

CORE IN FRONTE 
#DaPerNoi