Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 18 novembre 2018 à 21h30) Sur Arritti :

Le STC qui a entamé un mouvement de grève au sein de l’Office Public de l’Habitat de la Collectivité de Corse le 7 novembre a décidé de reprendre le travail le 13, ayant obtenu les assurances qu’il souhaitait. La CGT qui s’était greffé sur ce préavis de grève pour prolonger le conflit (son propre préavis ayant expiré), réfléchit encore à cette heure sur les propositions avancées par la gouvernance à l’appui de la Collectivité de Corse.

Les agents STC ont décidé de laisser le temps à la nouvelle gouvernance de mettre en place la politique engagée en mars dernier. L’OPH a un héritage qui est lourd à gérer, les dysfonctionnements sont multiples, la direction et la présidence s’emploient à mettre l’ensemble des services sur les bons rails afin de répondre aux besoins des locataires. L’Office souffre aussi d’un contexte général de crise, avec les mesures Macron prises dans la loi de finances 2018, impactant l’ensemble des bailleurs sociaux, avec notamment la baisse de l’APL à leur détriment (allocation logement) et la hausse de la TVA construction (de 5,5 % à 10 %) supprimant, de fait, le différentiel historique dont la Corse avait bénéficié jusque là. L’OPH 2C est d’autant plus vulnérable à ces mesures, qu’il compte parmi les loyers les plus bas de France, traite des situations précaires avec des locataires tous éligibles à l’APL et dispose d’un parc HLM ancien et dégradé (40 ans d’âge en moyenne). S’ajoutent des dysfonctionnements à tous niveaux et de mauvaises habitudes héritées du passé. Pour autant, il y a des raisons d’espérer. Jamais dans l’histoire, l’Office n’a compté des administrateurs souhaitant s’impliquer comme ils le font dans la vie de l’Office. Preuve en est leur appui dans la résolution du conflit. Et, surtout, l’Office est désormais rattaché à la Collectivité de Corse. Il n’est donc pas un Office de l’Habitat comme un autre. La CdC s’y implique fortement. Tout d’abord par la nomination à sa présidence de la conseillère territoriale Fabienne Giovannini. Ensuite par l’appui que peut apporter le Président du Conseil Exécutif pour aider à la résolution des problèmes. «Ce conflit était nécessaire car les agents avaient besoin d’exprimer leur souffrance et cela nous a permis de les faire adhérer à notre projet, a commenté la présidente, car la réussite ne peut être que collective. Nous sommes dans un même navire qui prend l’eau de toute part. C’est ensemble que nous devons oeuvrer à le remettre à flot. Tout le monde sortira gagnant de ces efforts. Nous avons obtenu un renfort important de la part du Président du Conseil Exécutif pour la bonne marche du service Régie, par la mise à disposition d’un technicien supérieur, et pour opérer à une réorganisation générale par la commande, par la Collectivité de Corse, d’un audit organisationnel, incluant les risques psychosociaux, sur l’ensemble des services. Je suis confiante dans l’avenir car nous sommes tous conscients –agents, direction, administrateurs, partenaires – des responsabilités qui sont les nôtres et des défis à relever. Une page doit se tourner et nous nous y employons. Toutes les garanties ont été apportées aux agents sur les craintes que pouvaient ressentir les uns ou les autres. Nous restons de plus à l’écoute et prenons acte des interrogations qui sont posées et seront résolues au moyen notamment des enseignements que nous permettra l’audit, et qui conduira, en sus d’une réorganisation plus respectueuse des efforts de chacun, à la mise en place d’une convention d’objectifs et de moyens avec la Collectivité de Corse en vue d’un rattrapage historique pour le logement social en Corse. À présent, j’appelle l’ensemble des agents à reprendre le travail ».

Ci-contre, le soutien de Femu a Corsica à la gouvernance de l’OPH 2C.

«Les personnels de l’Office Public de l’Habitat de la Collectivité de Corse ont entamé une grève illimitée. Agents comme locataires sont arrivés au bout de leur patience au terme d’années de gestion calamiteuse qui ne sont pas de notre fait, tant dans l’entretien du parc, que de la gestion des ressources humaines et de l’atribution des logements.

Au niveau d’Inseme per Bastia comme de Femu a Corsica, nous avons toujours combattu le système clientéliste qui en est la cause et qui s’est nourri sans vergogne de la misère sociale, avec la passivité complice de l’État. Il convient à tous les nationalistes corses, et au-delà à tous les démocrates, de le garder en mémoire et de soutenir celles et ceux qui s’emploient à remettre l’outil en état de fonctionner.

Aussi, Femu a Corsica apporte son soutien total à la Présidente de l’OPH et aux administrateurs aux responsabilités depuis seulement sept mois. Leur travail ne pourra se faire qu’avec l’implication et l’effort de tous, une remise en question des gestions passées et des mécanismes qui les ont perverties, et la redynamisation de l’ensemble des services de l’office : la réussite ne peut être que collective.

Les solutions pour une sortie de crise ont été apportées aux besoins des agents, tant par la gouvernance de l’Office que par la Collectivité de Corse, entièrement impliquée à ses côtés, et qui apporte toutes les garanties attendues par les personnels. Le protocole qui leur a été soumis est un engagement fort qui va au-delà même de la demande des syndicats impliqués dans la grève.

Nous rappelons que cet outil est au service d’un public en grande difficulté, que les locataires vivent dans des conditions déplorables depuis des années, dans un parc ancien et dégradé et que répondre aux attentes de ce public doit rester prioritaire.»

Communiqué du 11.11.2018

 



(Unità Naziunale Publié le 15 novembre 2018 à 21h30) Le conflit a trouvé une issue ce jeudi 15 novembre 2018 à l’Office de l’habitat de la Haute-Corse en grève depuis une semaine à l’appel des syndicats STC et CGT qui dénonçaient des dysfonctionnements au sein de l’organisme, notamment à la régie technique.

La direction va mettre en poste un technicien supérieur de la Collectivité de Corse qui aura en charge la régie technique.
Par ailleurs la direction s’est engagée à créer un poste d’adjoint à la régie et va commander un audit des différents services de l’office ainsi que sur les risques psychologiques. Ces propositions ont contenté les syndicats qui ont appelé à la reprise du travail.

(Corse Net Infos)



(Unità Naziunale Publié le 7 novembre 2018 à 16h38) Une trentaine de personnes se sont réunis ce matin devant l’entrée de l’office public de l’habitat HLM, situé dans les quartiers sud de Lupinu.

Parmi eux des fonctionnaires mais aussi des militants du syndicat des travailleurs corses (STC).

Les employés ont déposé un préavis de grève illimité pour dénoncer plusieurs dysfonctionnements. Les grévistes demandent une entrevue avec la présidente de l’office, Fabienne Giovannini.


Voici le préavis de grève du STC en date du 29 octobre dernier

Madame la Directrice Générale Office Public de l’Habitat de la Collectivité de Corse 6,rue François Vittori 20 600 BASTIA

Le 29 Octobre 2018

Objet :

Préavis de grève à durée indéterminée Madame la Directrice Générale, Suite à différents rapports d’audit, des rumeurs inquiétantes circulent, selon lesquelles notre structure serait confrontée à une grave situation financière et amenée à disparaître à l’horizon 2023.

L’inquiétude du personnel est croissante, d’autant que nous sommes face à un manque de communication. Malgré cela, nombreux d’entre nous, de plus en plus sollicités, s’investissent afin d’atteindre les objectifs fixés, notamment à la sous direction du Patrimoine où un agent de catégorie C exercent des fonctions d’encadrement, et ce depuis plusieurs mois.

Cette situation ne pouvant perdurer, nous vous avons alertée ainsi que la Présidente sur l’impérieuse nécessite de procéder au recrutement d’un Directeur du Patrimoine. Une fin de non recevoir nous a été opposée vous retranchant sur l’impossibilité d’un recrutement externe.

Nous regrettons qu’un appel à candidature interne n’ait pas été envisagé. Face à votre immobilisme, l’agent vous a signifié le 21 septembre 2018 sa décision de ne plus assumer la responsabilité de la sous-direction du Patrimoine .Depuis cette date la Régie Technique est un navire sans capitaine, mettant à mal le service rendu aux locataires.

Nous vous demandons de prendre la mesure de l’inquiétude du personnel sur le devenir de notre structure, et de palier au dysfonctionnement de la Régie Technique en procédant au recrutement ou d’un appel à candidature interne d’un Directeur, tout en maintenant le poste de sous-Directeur.

Pour les motifs évoqués ci-dessus, et conformément à la réglementation en vigueur, nous déposons un préavis de grève couvrant l’ensemble du personnel à compter du mercredi 7 novembre à 00h00 pour une durée illimitée.

STC

29 octobre 2018


Revue de presse

(Corse Matin)


La CGT est aussi en grève depuis le 29 octobre indépendamment du STC, il ne s’agit pas pour l’instant d’une grève intersyndicale. 

« Voilà plusieurs semaines que la CGT tire la sonnette d’alarme concernant les conditions de travail et les nombreux dysfonctionnements de l’office de l’Habitat 2B. Face au mépris affiché par la Direction la CGT a déposé un préavis de grève à compter du 29 octobre. »

Service réclamation en souffrance.

En l’absence de Sous Direction du Patrimoine, nomination forcée d’un agent non qualifié pour ce poste (mis devant le fait accompli sans aucune directive ni fiche de route).

Malgré une réunion à l’initiative de la CGT du 27 septembre dernier, la Direction n’a pas répondu aux nombreuses alertes soulevées.

La mise en place de la nouvelle organisation par la Direction en 2017 contre l’avis de la CGT à des effets déplorables voir dangereux pour l’avenir de la structure.

De plus en plus de mal être au travail se traduit par de nombreuses saisines du CHSCT et de la médecine du travail. Le manque de reconnaissance ainsi qu’une forme de mépris imposés à certains agents fragilisent leur position  avec des conséquences graves sur leur santé.

Le 8 novembre, la CGT se mobilisait aussi sur le terrain.

Voici les doléances de la CGT :

Le fonctionnement de l’Office HLM et les méthodes employées par la Direction se dégradent considérablement, les conditions de travail des personnels et accentuent un malaise dans tout l’Office.

Les conditions de travail dans la Régie Technique ne sont plus supportables. La colère légitime des locataires qui n’obtiennent pas les interventions indispensables pour leur logement se traduit par des agressions inadmissibles contre les agents. Ce qui se traduit par une souffrance au travail insupportable et de nombreux arrêts maladie.

De plus les agents ne peuvent plus effectuer les travaux exigés faute de matériel à disposition.

Pour la Régie Technique, la CGT demande le rétablissement des conditions de travail normales et sereines. Que le personnel encadrant soit un véritable technicien.

La CGT dénonce la réorganisation mise en place en 2017 à l’issue d’un CE et malgré notre opposition. Il est plus que temps qu’un véritable dialogue social et respectueux s’installe à l’office.

Ensemble agissons pour un office de l’habitat qui respecte ses personnels et ses locataires.