Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale – 14h00 – 30 janvier 2018) Katty Bartoli, Présidente de l’Associu Sulidarità, est convoquée ce jour à Paris devant un juge antiterroriste au prétexte d’une hypothétique solidarité à l’endroit d’un militant politique alors recherché.

Les élus Corsica Libera à l’Assemblée de Corse apportent un soutien et une solidarité sans réserve à l’égard de Katty Bartoli.

Nous réaffirmons que dans un temps politique où les Corses aspirent à la paix et à la construction d’une ère nouvelle pour leur pays, la répression demeurera toujours une impasse. Elle n’altère en rien la détermination du mouvement national et se situe à contre-courant d’une résolution politique pourtant à portée de main.

La convocation d’une militante politique dans une affaire dite de « terrorisme » – appellation que nous rejetons – plus de trois ans après la décision de démilitarisation prise par le FLNC, le refus de levée du statut de « Détenu Particulièrement Surveillé » pour Yvan Colonna, et ce au mépris du droit, les comportements dilatoires visant à repousser sans cesse le rapprochement des prisonniers politiques en Corse relèvent d’une approche de la situation politique corse d’un autre temps.

Nous réaffirmons notre disponibilité au dialogue sans préalable, pas au renoncement.

Pour le groupe Corsica Libera à l’Assemblée de Corse

Le Président,

Petru Antone Tomasi