Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale publié le 17 octobre 2018 à 15h47) Suite à l’interview de M. Mela, dans les colonnes du Corse Matin, les élus d’Altrimenti au Conseil Municipal de Portivechju tiennent à préciser les éléments suivants :

A la lecture desdits propos, plusieurs commentaires de nature politique nous viennent naturellement à l’esprit, qu’ils concernent le bilan de l’actuelle équipe, son héritage politique (tantôt revendiqué, tantôt renié, les porto-vecchiais apprécieront) ou ses différents « projets ».

Nous y reviendrons plus tard, privilégiant pour l’heure le rétablissement de vérités largement malmenées dans cet article, d’autant qu’elles sont relatives à la majorité territoriale, dont nous sommes clairement partie prenante.

1. Concernant tout d’abord le projet de piscine intercommunale, il est dérisoire (et mensonger) de limiter nos réponses aux rares éléments rappelés par M. Mela.

Nous disposons en effet de tous les récépissés de dépôt de demandes d’aide (en date des 16 janvier et 22 mars 2017) ainsi que des échanges entre nos services et ceux de l’intercommunalité.

Plusieurs options de financement sont actuellement à l’étude et nous avons d’ailleurs fait état, ces derniers jours, du déplacement programmé sur le terrain de Mme Lauda Giudicelli, Conseillère Exécutive en charge notamment des questions sportives.

Plus près de nous, lors de la session de la CDC des 26 et 27 juillet derniers, une réponse fort argumentée du Conseil Exécutif a été apportée, toujours par Mme Giudicelli, à une question orale posée par M. Orsucci, Conseiller Territorial et également élu du Conseil Communautaire, en sa qualité de maire de Bonifaziu, au sujet du développement de la piscine.

Ce dossier, comme tous ceux qui nous parviennent, fait donc l’objet d’un suivi minutieux, même s’il nous faut considérer, à l’instar de tous les experts et de ceux qui en ont eu connaissance, son caractère excessif et surdimensionné, dans une région qui attend pareil équipement depuis au moins trois décennies.

2. Concernant « l’exemple de Figari », qui serait « le parent pauvre de l’infrastructure portuaire de Corse ».

Tous les habitants de notre territoire peuvent facilement en témoigner : c’est sous l’actuelle majorité territoriale que les grands projets relatifs à la commune et à l’aéroport de Figari sont enfin sortis de terre.

Quelques chiffres, parfaitement vérifiables :

– La Collectivité de Corse soutient fortement le projet de Zone d’Activité de la commune, dont l’émergence devrait modifier en profondeur la physionomie économique du territoire.
L’ADEC a d’ailleurs financé, à hauteur de 36 000 euros, un poste de chargé de mission, ainsi qu’une étude technique à hauteur de 100 000 euros.

Elle anime par ailleurs aux côtés du maire de Figari, cheville ouvrière du projet, l’ensemble des réunions de la filière PAM/Cosmétologie, à laquelle la zone sera en grande partie dédiée.

– Lors de sa session du 12 avril 2018, la CDC a voté à l’unanimité, sur proposition de Mme Vanina Borromei, Conseillère Exécutive en charge des infrastructures routières, le programme de renforcement de la piste de l’aéroport, pour un montant de plus de 20 Millions d’euros.

Evoqué depuis des années, ce projet a été validé une première fois en octobre 2011, mais n’a pu être réalisé qu’à travers notre majorité, qui en a fait une priorité stratégique. Les travaux, qui impliquent nombre d’entreprises de la micro-région, ont d’ailleurs débuté.

– Enfin, lors de sa dernière session, en date des 25 et 26 octobre, la CDC a également voté, toujours à l’unanimité et sur proposition de Mme Borromei, l’affectation des crédits pour la desserte routière de l’aéroport, à hauteur de 8,6 Millions d’euros. Ces crédits sont issus du PEI 4 et ont été négociés par notre majorité territoriale et les services de l’état.

Là aussi, comme chacun peut le constater, les travaux ont également commencé.

Nous n’aborderons pas ici, par souci de concision, les efforts déterminants consentis par Air Corsica, en termes d’amélioration de la desserte et d’attractivité de notre territoire.
Aussi, parler de « parent pauvre » quand près de 30 Millions d’euros ont été engagés en quelques mois relève soit d’une profonde méconnaissance des dossiers, soit d’une forme très avancée de malhonnêteté intellectuelle.

Mais dans ce cas comme dans tant d’autres, les porto-vecchiais et plus généralement, les habitants de l’Extrême-Sud seront seuls juges… !

Portivechju Altrimenti