Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 9 octobre 2018 à 18h36) Décembre 2017, les natios deviennent majoritaires « absolus » à la Collectivité de Corse.

Octobre 2017, plus de 1.000 militants réunis en Congrès à Corti décident de fusionner les mouvements autonomistes, votent des statuts, mettent en place une coordination de 30 personnes pour organiser l’AG constitutive dans les deux mois. Mais les retards s’accumulent.

Une partie est due au face à face, CdC majorité nouvelle/ President de la République nouveau, lequel manoeuvre un ballet de Ministres pour arrimer la Corse dans la République par un article spécifique, le 72-5, qui le rend maître du jeu pour définir les compétences et les financements de l’Assemblée Unique votée à la fin de la mandature de Hollande.

Mais des retards sans jamais d’explication officielle. Les interprétations, les bouches à oreilles, les rumeurs, laissent entendre que l’essentiel de ce retard viendrait des réticences de certains à fusionner et préféraient un parti fédéraliste, ou à tendances, ce que les statuts votés rejettent.

Finalement, du moins ce 30 septembre, les « responsables » nous disent que l’engagement public d’il y a un an, sera respecté en cette fin d’octobre. On peut constater que malgré les appels de Gilles SImeoni, l’ambiance est plutôt morose et la dynamique pour un grand rassemblement n’est pas lancée. Or il est important de le réussir. Il faudra que tous s’y emploient. Le premier statut Mitterand/ Defferre en 1982 est venue 20 ans après que les premières revendications d’autonomie ont été formulées, après Aleria en 1975 suivi d’une radicalisation FLNC se voulant lutte de libération nationale (LLN). Puis le statut Joxe avec la reconnaissance du Peuple Corse aussitôt rejetée par le Conseil Constitutionnel présidé par Badinter. Un nouveau statut avec Jospin (le processus Matignon) inachevé par une alternance de droite. Même cas de figure pour l’Assemblée Unique, Hollande cède la main à Macron.

commandez en ligne vos produits « Corsu è Ribellu » du siècle dernier

Jusque là, les plus optimistes pouvaient penser qu’on était proche, à quelques foulées de l’autonomie depuis qu’une majorité « absolue », avec une opposition claniste républicaine évaporée, le FLNC ayant arrêté la clandestinité. La majorité natio sans renoncer à ses deux fondamentaux, reconnaissance du Peuple Corse et autonomie, prenait comme base d’échange avec le nouveau pouvoir simplement le Padduc (Maria Giudicelli/Paul Giacobbi) qui a été près de quatre ans négocié avant d’être consensuel et voté par tous.

Macron à la tête d’une République pyramidale jacobine n’a plus le choix. Il est devant une impasse. Il ne peut pas discuter avec une majorité natio sur la base d’un Padduc sans mettre en difficulté le dogme jacobin. Une seule langue, la coofficialité pas question, mais le bilinguisme que l’État contrôle, pas de droit, pas de base juridique, et donc comme le dit le Rapport de l’Unesco sur les langues minoritaires, le choix tacite de la disparition en toute connaissance et en toute hypocrisie. Pas de statut de résident contraire à un seul Peuple, une seule nation, donc obligatoirement un seul territoire. Pas de pouvoir financier pour sortir des Arrêtés Miot et de la spéculation immobilière.

Le Padduc porte atteinte à « l’égalitarisme républicain ». La demande de la majorité natio est par nature irrecevable. Elle devient un danger si elle donne un espoir aux autres régions en proie à la même répression historique. Il faut la mettre en échec définitivement.

Le scénario de l’anniversaire de l’assassinat d’Erignac est l’annonce de l’attaque contre les natios pour les réduire avec leurs revendications à l’impuissance.

Face à la volonté de l’État jacobin quel que soit son président de droite ou de gauche, il ne peut y avoir le moindre espoir dans une négociation démocratique : c’est un rapport de force politique. Ce Padduc consensuel, ce minimum accepté par les natios est rejeté et ils sont sifflés hors jeu avant d’être expulsés. Pas question de les accréditer.

Encagés dans l’article 72-5, ils attendent le menu imposé de loi organique par le Chef élyséen. Ses Ministres défilent pour faire comprendre à tous les secteurs inquiets dans le court terme, économiques, fonctionnaires, syndicats, culturels, associatifs, que seul l’État est en mesure de les soulager. Ils déminent, désamorcent, promettent des mesures dérogatoires passagères sans aucune base juridique pérenne mais téléguidées par son administration préfectorale.

L’État, avec ces missi dominici, domestique et rassure à peu de frais.

Sans la reconnaissance de l’existence du Peuple Corse et le pouvoir de faire la loi, il en sera toujours ainsi. Un siècle de loi Douanière (1818-1913), guerre de 14-18, guerre de 39-40, conquêtes coloniales et encadrement de l’Empire, le réservoir d’hommes est vidé : 160.000 habitants dans l’île, corsophones et âgés, en 1962.

La terre insulaire dépeuplée, à l’heure de la civilisation des loisirs devient une opportunité pour l’État français. En 1972 le Conseil des Ministres adopte un document pour l’avenir de la Corse: le Schéma d’Aménagement de la Corse qui envisage son développement jusqu’en 1985 par un tourisme de masse et un apport tout autant massive d’une population allogène. Il s’agit d’une mort programmée du Peuple Corse mais les jacobins n’ont rien à craindre de leurs lois, ni de leurs conscience puisque le Peuple Corse n’existe pas et qu’ils sont dépositaires des valeurs universelles. La divulgation par l’ARC du rapport secret de l’Hudson Institut en 1971 disqualifiera ce rapport mais le même projet a été poursuivi jusqu’à nos jours en fait, mais « en douce » : la Corse ne tient-elle pas le record, et de loin, des résidences secondaires ?

Rien ne changera avec des statuts institutionnels qui nient l’existence légale du Peuple Corse. Il continuera à glisser vers le néant.

Pour dire qu’il est impératif de faire un parti unifié. Se contenter de gérer avec les moyens d’une Assemblée Unique concoctée par les jacobins revient à ne rien pouvoir faire d’efficace pour le but historique du mouvement national qui est de sauver le Peuple Corse sur sa Terre, en danger d’extinction programmée.

Un mouvement démocratique conscient fortement organisé seul pourra résister.

Perdre son temps à ne raisonner qu’en terme d’élections, de coalitions électorales c’est ajouter du ridicule au drame d’un Peuple en péril.

Max Simeoni