X
Yvan Colonna sera jugé à partir de lundi pour la troisième fois par la cour d’assises spéciale de Paris. Il est jugé pour l’assassinat du préfet Claude Erignac en 1998. La famille du haut fonctionnaire sera, quant à elle, pour la cinquième fois partie civile, en comptant les procès des autres membres  présumés du commando.

« La famille est un peu accablée » à l’idée d’un nouveau procès, qui va encore raviver « tout un tas de souvenirs », a indiqué Me Yves Baudelot, l’un des avocats de la veuve du préfet, Dominique Erignac, et de ses enfants Marie-Christophine et Antoine. « Mme Erignac m’expliquait l’autre jour qu’en mettant tous les procès les  uns à la suite des autres, elle aura passé plus de six mois sur les bancs de la cour d’assises de Paris », a-t-il ajouté. « Ca lui est extrêmement pénible. Cela fait 13 ans que ça dure, elle veut en terminer ».

Mme Erignac garde la « certitude que celui qui a assassiné son mari, c’est Yvan Colonna », a ajouté Me Philippe Lemaire, qui assiste la veuve et les enfants du préfet assassiné depuis le tout premier procès, en juin-juillet 2003.

Huit militants nationalistes avaient alors été jugés par la cour d’assises spéciale de Paris (composée de magistrats professionnels). Deux, Alain Ferrandi et Pierre Alessandri, ont été condamnés à la réclusion à perpétuité pour assassinat, les six autres écopant de peines allant de 15 à 30 ans pour complicité.

Seuls Vincent Andriuzzi et Jean Castela, présentés comme les « cerveaux du crime » et rédacteurs des revendications, feront appel. Ils seront acquittés pour l’assassinat au terme du deuxième procès, en février 2006, mais condamnés respectivement à huit et 10 ans de prison pour des attentats sur le continent en 1994.

En novembre-décembre 2007, Yvan Colonna, désigné comme le tireur par plusieurs membres du commando qui se sont ensuite rétractés, comparait à son tour. En fuite depuis mai 1994, il avait été arrêté le 4 juillet 2003, pendant le procès de ses complices présumés. Le 13 décembre 2007, il est condamné à la perpétuité et fait appel. Au terme de son deuxième procès, en février-mars 2009, il écope de nouveau de la perpétuité, avec une période de sûreté de 22 ans. Le verdict est annulé pour vice de procédure par la Cour de cassation le 30 juin 2010.

(source)

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)