Produit CORSU E RIBELLU

X
Le garde des Sceaux a aussi annoncé aux élus que trois des membres du commando Erignac seront transférés à Borgo au printemps. Un tabou est tombé. Ils craignaient un voyage sans saveur. Ils ont eu droit à une rencontre salée à point. Le garde des Sceaux Michel Mercier a offert « le pain et le sel » en signe d’alliance aux élus insulaires. A l’issue d’une réunion au ministère de la Justice qui aura duré une heure et demie, Michel Mercier a égrainé ses piquantes annonces à la délégation composée des députés, du député européen, du président de l’assemblée de Corse, du président du conseil exécutif et de tous les présidents de groupes de la CTC. Quatorze élus s’étaient retrouvés, aux alentours de midi, autour de la table ministérielle pour évoquer, pour la deuxième fois en six mois, le rapprochement dans l’île des prisonniers insulaires incarcérés sur le continent. Comme attendu, les élus ont parlé d’une même voix à un ministre visiblement à « l’écoute » et « prêt à rattraper le retard » selon certains participants. En présence de Marie-Hélène Debart que l’on présente comme la « Madame Corse du gouvernement » et du préfet Jean-Luc Nevache, le ministre de la Justice a fait tomber un tabou. Il a annoncé le rapprochement de condamnés à de longues peines, notamment de Charles Santoni transféré à Borgo dans les prochaines semaines ainsi de trois membres du commando Erignac (Maranelli, Istria et Ottaviani) qui seront rapprochés à l’issue du procès d’Yvan Colonna, fin mai. On savait que les questions relatives au commando Erignac et à l’affaire Santoni posaient problème dans le cahier des négociations. Hier, le gouvernement a levé le verrou. Les cas d’Alessandri et Ferrandi (membre du commando Erignac) ont aussi été évoqués. Dans cette étude du cas par cas, on a appris que Filippi et Balester, condamnés récemment, pourraient rejoindre l’île prochainement. Pour les prévenus, la Chancellerie a annoncé que neuf places seraient disponibles pour ceux dont l’instruction est terminée. Après avis du magistrat instructeur, Casolasco devrait ainsi faire partie du « wagon des prévenus transférables ». « La même loi partout » Tout au long de la réunion, Michel Mercier a martelé qu’il s’agissait d’appliquer la même loi de la République sur l’ensemble du territoire national. « Les prisonniers originaires de Corse obéissent aux mêmes règles que ceux qui sont originaires du Continent. On va traiter tout le monde

.

This content is restricted to site members.

Contenu réservé aux membres

Produit CORSU E RIBELLU