Produit CORSU E RIBELLU

X

Jean-Dominique Allegrini Simonetti était âgé d’une cinquantaine d’années, militant de la cause corse, il a été assassiné le 16 octobre 2012.

Militant d’A Cuncolta, du FLNC Canal Historique, puis porte-parole de Presenza naziunale. Il avait été condamné pour des actions de résistance.

JUIN 1991 : JEAN MICHEL ROSSI et JEAN DOMINIQUE ALLEGRINI SIMONETTI, militant d’A CUNCOLTA NAZIUNALISTA, sont arrêtés.

JeanDoAllegriniSimonetti-Interpellation-FLNC-historique

Le 21 MAI 1992 : Jugement de JEAN MICHEL ROSSI et de JEAN DOMINIQUE ALLEGRINI, militants d’A CUNCOLTA NAZIUNALISTA, ils sont condamnés.

MAI 1992 : Après le procès de JEAN MICHEL ROSSI ET JEAN DOMINIQUE ALLEGRINI SIMONETTI  : Le F.L.N.C canal HISTORIQUE plastique un camp de tourisme du ministère des Finances à PURTI VECHJU. Centre de vacances du ministère des finances, ISULA VERDE, un commando de 40 militants plastique 30 bungalow et une salle polyvalente. Vers 22h45 en plein BAL, 40 retraités font leurs valises et préparent leurs affaires avant d’être enfermés dans une villa sans aucune violence et dans le calme, pendant que le front dépose des charges et fait tout sauter.

Le LUNDI 6 JANVIER 1997 : Vague d’interpellation dans les milieu nationalistes proche d’A CUNCOLTA NAZIUNALISTA en BALAGNA. Interpellations de deux hommes dans un bar de la place PAOLI à ISULA ROSSA, dont le patron par les hommes du raid et les cameras de T.F.1, Le patron du bar est rapidement relâché. Sept personnes dont les épouses des interpellés ont été ainsi emmenés en garde à vue manu militari. Rien du cotés des perquisitions, et une seule personne est en garde à vue. Cinq interpellés à paris. AFFAIRE MITRAILLE HOTEL AREGNO (le 27 octobre 1996 contre l’hôtel Pascal Paoli à Aregno, en Haute-Corse..) L’intervention du R.A.I.D a encore fait une boulette de plus, les hommes cagoulés et armés se sont trompés de porte, et ils ont menacés une mère et sa fille. Très choqué par la conduite des cow-boy elle a du consulté un médecin. JEAN DOMINIQUE ALLEGRINI SIMONETTI est interpellé.

Le vendredi 10 JANVIER 1997 : JEAN DOMINIQUE ALLEGRINI SIMONETTI, JOSEPH GIUNTINI, FREDERIC GIUNTINI, YANNICK GRAZIANI, JEAN BAPTISTE BIAGGI, JEAN MARC PETRUCCI et JEAN LOUIS JOUANENC ont été mis en examen et placé sous mandat de dépôt sauf JOSEPH GIUNTINI, tous militant d’A CUNCOLTA NAZIUNALISTA.

Le 19 Septembre 1998 : JEAN DOMINIQUE ALLEGRINI SIMONETTI remis en liberté (18 mois de prison).

Jean-Dominique Allegrini-Simonetti avait été arrêté par les hommes de la DNAT (Division nationale antiterroriste) le 26 aout 2001. Trois autres militants de Presenza naziunale, groupe de réflexion créé par François Santoni et Jean-Michel Rossi,  avaient également été appréhendés. Ces interpellations interviennent dans le cadre de l’enquête sur la tentative d’attentat, le 28 janvier 2001, contre les locaux de la direction départementale de l’équipement à Corte (Haute-Corse).

Mai 2002 : Cinq condamnations dans l’affaire du mitraillage d’Aregno. Les plus lourdes peines prononcées le 2 mai 2002, par le tribunal correctionnel de Paris concernent Jean-Dominique Allegrini-Simonetti, 40 ans, et Frédéric Giuntini, 30 ans, condamnés à deux ans d’emprisonnement. Le FLNC-canal historique avait revendiqué le mitraillage d’un hôtel à Aregno (Haute-Corse), le 27 octobre 1996.

Prison ferme requis en septembre 2006 contre Jean-Dominique Allegrini-Simonetti

En 2012 il était le gérant d’une entreprise de BTP, il s’était retirée depuis de toute activité militante.

JEANDO-allegrinisimonetti

Photo prise le 08 octobre 2000 à l’Ile Rousse lors d’une conférence de presse