Produit CORSU E RIBELLU

X

Antoine Sollacaro, ancien bâtonnier de Corse du sud, défenseurs de très nombreux militants au temps du FLNC uni a été lâchement assassiné le 16 octobre 2012.

Étudiant, il a fondé à Nice avec Pierrot Poggioli et quelques autres la CSC, qui était la première fédération d’étudiants corses. Viscéralement nationaliste, le jeune Proprianais choisit le métier d’avocat « par goût ». Il prête serment en 1977.

Deux ans plus tard, il plaide déjà « pour l’histoire » : le procès des 21 du FLNC en 1979 devant la cour de sûreté de l’État. Au final, un procès politique et une tribune pour le « Front. » « On veillait à ce que les militants ne soient pas traités comme des voyous »

En janvier 1999, il s’en était pris au préfet Bonnet, arrivé en Corse quelques mois plus tôt après l’assassinat en 1998 du préfet Erignac, par un commando dont faisait partie Yvan Colonna, qu’il défendra plus tard. Le 13 janvier 1999, lors de la rentrée solennelle du tribunal d’Ajaccio, le bâtonnier avait dénoncé de sa grosse voix les «dragonnades» du préfet. C’était avant que l’on apprenne la navrante équipée en zodiac des gendarmes incendiaires du préfet. Outré des propos de l’avocat, ce dernier avait quitté la salle. Aucun magistrat ne l’avait suivi.

Ensuite, Sollacaro avait donc assuré la défense d’Yvan Colonna, condamné à la prison à perpétuité pour l’assassinat de Claude Erignac. Il avait récolté à cette occasion un avertissement sans peine complémentaire pour avoir «manqué à son devoir de délicatesse envers la cour d’assise». Il avait lancé aux magistrats un tonitruant : «Mais où sommes nous ici ? Devant une cour d’assise ou devant la junte birmane ?» Il s’était ensuite retiré de l’équipe des défenseurs.

Le 19 octobre 2012 : Le procès des soutiens à Yvan Colonna durant sa cavale reportée.  Me Garbarini a tenu a rendre hommage à son confrère et ami Antoine Sollacaro en expliquant que « vue la tragédie que vie la Corse et qui endeuille le barreau, c’est une décision juste et adaptée à la gravité des faits que de ne pas plaider cette affaire ».

Le 25 octobre 2012, Femu A Corsica rendait hommage à travers un communiqué à Maître Sollacaro.

#Corse – LDH de Corse : Antoine…

(France 3 Corse)