Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 26 septembre à 21h00) St’ultime sittimane, atti di viulenza contru à e parsone è sfarente malfatte indegne sò accadute in a Corsica sana. In risposta, manifestazione per dinunzià i fatti è sustene e vittime sò state urganizate in Sartè o in Aiacciu.

Eletti di u gruppu Corsica Libera à l’Assemblea di Corsica anu scuntratu l’urganizatori. Anu intesu u pinseru maiò chì cullava da u carrughju è circatu à appacià da ch’ùn ci sianu altri malanni. Anu dettu dinù, di modu fermu, u nostru ricusu di isse sviature è tistimuniatu di a nostra sulidarità cù e vittime è e famiglie.

Passatu stu mumentu, a rispunsabbilità di u puliticu hè dinù di pone u custattu u più ghjustu è d’avvià a strada di e suluzione.

Alors que les Corses pouvaient penser – parfois à tort – être préservés de certaines formes de délinquance crapuleuse, nous assistons à une augmentation quantitative de ces méfaits que nous ne pouvons tolérer. Le caractère ignoble de ces faits conduit à nous interroger sur les raisons qui ont conduit la Corse sur le chemin de cette criminalité contraire à nos valeurs et à notre culture.

Augmentation de la précarité, effritement du lien social, politique de développement urbain inadaptée depuis des décennies qui a substitué à la vie en société la généralisation des ghettos en tout genre, montée du communautarisme, usage banalisé de produits stupéfiants suivi d’une augmentation considérable de leur consommation, constituent, à n’en pas douter, un terreau favorable aux différents événements survenus ces derniers jours.

Face à cette situation, l’ensemble des responsables publics doivent assumer leurs responsabilités.

A cet égard, l’effectivité de l’action de l’Etat français, seul dépositaire pour l’heure des compétences régaliennes de police et de justice, invite à bien des interrogations lorsque l’on garde en mémoire le zèle et l’énergie déployée afin de traquer les militants politiques corses durant des décennies et aujourd’hui encore au mépris de la situation d’apaisement voulue par le mouvement national.

Il est temps que ses représentants rendent compte de leur action, en ce domaine notamment, devant la représentation du peuple corse.

Cet état de fait, ne conduit pas à exonérer les élus de la Corse d’une action nécessaire dans le cadre des compétences qui sont les leurs. D’abord en faisant usage d’une parole juste face à des actes odieux que nous devons, collectivement, marginaliser.

Ensuite en poursuivant nos efforts en faveur de politiques éducatives, linguistiques, de justice sociale et de solidarité pour favoriser l’intégration et l’émancipation sociale et culturelle autour des valeurs séculaires du peuple Corse.

C’est dans ce cadre que le groupe Corsica Libera continuera à agir. Per un paese di rispettu, di sulidarità è di ghjustizia.

U gruppu Corsica Libera à l’Assemblea di Corsica
26 septembre 2018